Après un cancer du Sein, adoptez une bonne hygiène alimentaire!

Par Fériel Berraies

Le cancer est la deuxième cause de décès (après les maladies cardiovasculaires) en France selon l’Institut national de la santé et de la recherche médicale. Chaque année, on consacre des milliards aux traitements conventionnels du cancer. C’est dire l’ampleur de cette maladie dans notre quotidien. A côté des Protocoles oncologiques, qu’il ne faut jamais abandonner, il est important aussi d’adopter une bonne hygiène de vie.  La nutrition, les plantes et les extraits de plantes naturelles peuvent accompagner les protocoles d’observance thérapeutique du cancer. Gérer l’après est important: Il y a véritablement une hygiène de vie à adopter, que ce cela soit en curatif ou en préventif.

Globalement, il faut rester dans la vigilance (suivre les conseils de son médecin oncologue) mais aussi, soigner son corps et son esprit (faire appel par ex à la Sophrologie qui est bien cadrée dans ce domaine), et savoir s’alimenter (soigner sa nutrition) et faire une activité physique qui tienne compte de votre écologie.



En rappel : privilégiez pour tous vos aliments la cuisson douce (pas de micro ondes ou de plaques) choisir des aliments sains non industriels ou transformés. Choisissez des protéines de qualité, et privilégier les crucifères et les antioxydants parmi vos végétaux. Évitez les laitages dérivés du lait de vache.

Il est vrai qu’après la thérapie, les protocoles, et après la rémission, on peut se sentir « abandonnée » et se poser de nombreuses questions, notamment sur la nutrition et l’hygiène de vie.  Dans la majorité des cas, les médecins et oncologues ne vous préparent pas ou peu à l’après. Alors pour toutes celles qui sont passées par cette « case » et qui sont sur le chemin de la reconstruction, mentale et physique, voici quelques petits conseils d’hygiène vitale.

L’objectif est ici de garder (au mieux) les cellules cancéreuses en sommeil. Ce que vous mangez et comment vous vivez peuvent faire la différence.

Mais aussi et surtout, comment vous appréhendez l’après… et quel état psychologique vous nourrirez au quotidien.

Tous ces paramètres importent dans la résilience et ils restent important pour le maintien de la  rémission. Alors premier mot d’ordre, méthode Cauet « restez zen et positive » et rappropriez vous votre corps et votre esprit, avec plus de recul, de détachement (oui, c’est un travail quotidien) et surtout, faites vous du bien et reprenez confiance en votre corps et en la vie !

Voici quelques conseils selon mon approche holistique de la santé.

Alimentation

Commençons par les interdits, il faut proscrire les sucres industriels car ils sont toxiques, les cellules cancéreuses s’en délectent et c’est en fait mauvais pour tout le monde  !

Pas de cigarettes, pas d’alcool, pas de sodas, au lieu de cela, privilégiez les jus frais et smoothies et buvez buvez beaucoup d’eau, que ce soit en infusion ou en eau minérale, car il faut alimenter ses cellules tous les jours !

Pas de viande rouge, consommez de la volaille bio, des oeufs, évitez les laitages, les fritures, optez pour des huiles de première pression à froid. Beaucoup de fruits et légumes.

Si vous êtes gourmande

Prenez du sucre naturel que vous trouverez dans les fruits et les sucres lents (pâtes et riz complets). N’oubliez pas le concept du plaisir, vous pouvez faire des écarts mais tout est dans la mesure et l’équilibre. Il faut se dire en fait que par un régime alimentaire sain nutritif, on peut conjurer les pathogènes et activer le système immunitaire pour lutter contre les cellules cancéreuses ( à titre préventif et curatif).

Du côté des légumes frais

Broccoli

Le brocoli contient un composé appelé linamarase, qui, lorsqu’il pénètre dans les cellules cancéreuses, se décompose en cyanure et peut ainsi tuer les cellules tumorales. Pleurétique et détox, le brocoli est idéal pour garder la ligne.

Betterave

Ce légume-racine est plein de vertus nutritives. La betterave préserve la santé du cœur. Elle renferme 266 mg de potassium aux 100 g, et des antioxydants.

Le potassium contribue à abaisser la pression artérielle, les antioxydants protègent des radicaux libres impliqués dans les maladies cardiovasculaires. Sans oublier les fibres qui aident à réduire le cholestérol et les triglycérides. La betterave contribue à prévenir le cancer et entretient en plus votre ligne.

Ail

Mettez en dans toutes vos sauces et vos aliments, c’est bon pour la santé et en plus ça donne du gout à nos célèbres sauces italiennes et plats du Sud.

Il est bien connu que l’ail possède certaines propriétés antibiotiques qui peuvent être utilisées pour se débarrasser de divers agents infectieux comme les bactéries, les levures et les champignons. La présence de composés soufrés alkyle, en fait un très bon agent anti-cancer. (Cela en amenant les cellules malignes à subir une mort cellulaire naturelle, également connue sous le nom d’apoptose). L’ail joue également un rôle important dans l’activation des cellules du système immunitaire contre les cellules cancéreuses. Il est toujours préférable de manger de l’ail cru plutôt que de le consommer sous une forme cuite.

Haricots verts ou légumineux

Les chercheurs ont constaté que les femmes qui mangent des légumineuses au moins deux fois par semaine présentent une réduction des risques de développer un cancer du sein, par rapport à celles qui en mangent moins (lentilles par ex)

Champignons

Portobello, cremini, boutons et champignons shiitake tous ont des propriétés anti-cancer. Les Champignons contiennent réellement plus d’antioxydants que les citrouilles, les carottes et les tomates. C’est parce qu’ils sont riches en ergothionéine et en sélénium, deux antioxydants qui stimulent le système immunitaire. Les champignons contiennent également des bêta-glucanes, trouvés surtout dans le shiitake et le maitake, qui renforcent le système immunitaire et peuvent prévenir le cancer. En omelette ou pour accompagner vos rôtis.

Épinards

En salade ou en tarte, ils sont riches en bêta-carotène et en lutéine, deux puissants antioxydants. Des chercheurs de l’Institut national des sciences de la santé environnementale ont constaté que les femmes qui ont mangé des épinards plus de deux fois par semaine avaient un risque plus faible de développer un cancer du sein.

Vous aimerez aussi :  Tiques: Comment s'en débarasser ?

 Tomates

Les tomates contiennent le lycopène, antioxydant puissant qui peut aider à prévenir le développement du cancer du sein et aider à arrêter la croissance des cellules cancéreuses. Le lycopène peut également arrêter le développement d’autres cellules cancéreuses dans d’autres organes comme les poumons ou l’endomètre. En jus, c’est top aussi.

Persil

Ajoutez quelques pincées de persil frais haché à vos plats tous les jours.

Chou frisé, patates douces et courge

Faites-vous des soupes, c’est la période et c’est bon pour vous !

Manger des aliments riches en caroténoïdes a été liée à une réduction des risques de récidive du cancer du sein. Les caroténoïdes sont des pigments naturels présents dans les aliments jaunes et oranges (comme les carottes, les patates douces et la courge) et les légumes à feuilles vert foncé comme le chou frisé, les épinards et les blettes. L’objectif est de garder les cellules cancéreuses en sommeil, et ce que vous mangez peut faire la différence «. Parmi les légumes crucifères: le brocoli, le chou frisé, le chou et le chou-fleur ( top si vous faites la diète, car c’est aussi détox)

Huile d’olive

Vous l’aimez sur vos salades vos  rôtis vos poissons et viandes, on la retrouve dans tous les régimes méditerranéens. L’huile d’olive est connue pour ses bienfaits pour la santé, elle réduit également le risque de cancer.  Selon des études récentes l’hydroxytyrosol, une composante majeure de l’huile d’olive, peut aider à prévenir le cancer du sein chez les femmes ménopausées.

Du côté des fruits

Grenade

Il y en a au rayon fruits tropicaux de votre supermarché. Sinon vous les trouvez en herboristerie.

La recherche a démontré que la grenade peut aider à détruire les cellules cancéreuses sans affecter les cellules saines. La grenade contient des polyphénols, une forme d’acide ellagique connu pour ses propriétés antioxydantes. Elle permet d’éviter la formation de cellules cancéreuses dans la région du sein.

Raisin

Le raisin contient un composé appelé proanthocyanidine qui réduit la production d’œstrogène dans l’organisme. Il en résulte un traitement efficace du cancer du sein, comme le montrent certains essais cliniques effectués sur plusieurs patients atteints de cancer du sein. L’étude a démontré que l’extrait de raisin affecte les tumeurs cancéreuses du sein. L’extrait des pépins de raisin aide à inhiber l’aromatase, ce qui aide à prévenir la formation du cancer. L’extrait de pépins de raisin aide à prévenir la croissance et la propagation des cellules cancéreuses.

Myrtilles ou Bleuets

Les bleuets frais sont une excellente source d’antioxydants, notamment l’acide chlorogénique qui lutte contre le cancer, ainsi que les pigments anthocyanes qui leur donnent leur couleur. L’action antioxydant d’un aliment est mesuré en unités ORAC- qui signifie «capacité d’absorption des radicaux oxygénés  » et les bleuets ont un taux plus élevé que n’importe quel fruit ou légume.

Prunes et pêches

Sachez qu’elles contiennent deux types de polyphénols (antioxydants) qui peuvent aider à tuer les cellules cancéreuses du sein, tout en laissant les cellules saines intactes.

Les plantes naturelles en phytothérapie

Le pissenlit

La plante tout entière faciliterait l’assimilation du fer, qu’il soit fourni par l’alimentation ou par des compléments, ce qui la rendrait efficace pour soigner certains types d’anémie. Il se peut même qu’elle puisse aider au traitement du cancer, en tant que stimulant de facteur de nécrose tumorale (TNF-alpha). C’est du moins ce que certaines études ont déjà indiqué : les Japonais ont mis au point un extrait de racine de pissenlit lyophilisé destiné à soigner les tumeurs, et les Chinois, encouragés par les résultats de ce type de thérapie sur les animaux, essaient de traiter le cancer du sein avec des extraits de pissenlit.

L’herbe de blé

C’est une herbe bénéfique pour la santé, connue pour ses avantages contre le cancer. lorsqu’elle est prise sous forme de jus ou crue, elle a un effet contre la croissance des cellules cancéreuses comme il a été démontré par le Centre du cancer « Memorial Sloan-Kettering » . L’herbe aide en fait à renforcer le système immunitaire et à éliminer les toxines de l’organisme.

Thé Vert

Nous connaissons tous le fameux thé vert à la menthe, et bien sachez mesdames qu’il est antioxydant (n’abusez pas trop quand même, car il fait tomber la ferritine et donc risque d’anémier) et privilégiez le thé vert bio bien entendu…

Préparez le thé vert à base de plantes en faisant bouillir une certaine quantité de feuilles de thé dans un verre d’eau jusqu’à ce qu’elle se réduit à la moitié. Ceci a des propriétés anti-inflammatoires et est très efficace contre la formation du cancer du sein ainsi que d’autres cancers.

Les lignanes

Les lignanes sont présents dans les graines de tournesol, noix de cajou, les fraises, les graines de lin et les arachides. Ces composés empêchent les tumeurs œstrogène-dépendantes en ralentissant leur taux de croissance et leur progression. Un de ces aliments peut être inclus dans votre alimentation quotidienne.Ne les oubliez pas en apéro…

Le lin 

Le lin pourrait aider à mieux prévenir certains 
cancers. Il renferme des lignanes qui se convertissent en éléments semblables aux œstrogènes, mais dotés d’une activité réduite. 
En occupant les récepteurs d’œstrogènes, ils diminuent
 les effets des vrais œstrogènes,
plus puissants. Les chercheurs
 se sont donc penchés sur le rôle que pourrait jouer le lin dans 
la prévention des cancers hormono dépendants comme ceux du sein ou du côlon. Saupoudrez-en sur des céréales chaudes ou froides. Mettez-en dans le yogourt ou le granola.

Le gingembre

De récentes études ont mis en évidence le rôle que pouvait jouer le gingembre pour se protéger de certains cancers (sein, côlon, ovaire). Son efficacité est due à sa teneur en antioxydants, lesquels permettraient d’éliminer les toxines. Alors n’hésitez pas à en mettre dans vos plats comme dans la semoule du couscous, au Maghreb on ne s’en prive pas!

Vous aimerez aussi :  BioFit, l'aventure sportive totalement insolite

La Bardane

La racine de bardane est riche en nitrate de potassium et en inuline, qui possède des propriétés anticancéreuses et détoxifiantes. Elle contient également des polyènes et des polyines, aux propriétés antibactériennes, de nombreux acides alcools (diurétiques), des hormones végétales. Enfin, elle contient de l’arctigénine, aux riches propriétés antitumorales. En décoction ou en tisane. Très bénéfique surtout après une chimiothérapie ou radiothérapie du cancer du sein.

Le curcuma

Mettez-le dans toutes vos sauces et vos plats de viandes, poulet ou poisson, il vous aide à lutter contre le cancer. Ces bienfaits anti-inflammatoires sont indéniables et il a son poids sur le lien entre l’inflammation et le développement du cancer.

Le Ginko biloba 

C’est un très puissant antioxydant aux vertus anti cancéreuses .Cet arbre asiatique est connu pour ses propriétés anti-angiogénèses comme le curcuma, c’est- à-dire qu’il empêche le développement de la tumeur en stoppant la formation de nouveaux vaisseaux.

Contre quels types de cancers prendre du Ginkgo Biloba? Tous types de cancer mais en particulier le cancer du sein.

En pratique : deux à trois gélules d’extrait de feuilles de Ginkgo Biloba par jour en cure de 3 à 6 mois en action préventive ou après une chimiothérapie.

Précautions d’emploi : le Ginkgo Biloba est déconseillé aux femmes enceintes, aux jeunes enfants, aux hémophiles et aux personnes devant subir une intervention chirurgicale. Attention, les plantes ne sont pas des remèdes anodins. Demandez toujours conseil à un médecin avant d’entamer une cure.

Les compléments alimentaires

Vitamine D

L’apport en vitamine D a été associé dans plusieurs recherches à une réduction du risque de cancer du sein. Vous pouvez la trouver cette vitamine dans les œufs et l’huile de foie de morue, sans oublier l’exposition au soleil (attention tout de même à mettre une protection et ne pas en abuser, l’effet inverse est cancérigène)

Calcium

Il est important de consommer du calcium, en particulier dans la période de pré-ménopause. Le calcium peut  réduire le risque du cancer du sein selon plusieurs études différentes. Les aliments riches en calcium sont le jus d’orange, les amandes et les légumes verts. N’hésitez pas à faire travailler votre centrifugeuse !

Propolis

C’est un mélange naturel produit par les abeilles à partir de quelques éléments notamment les substances qu’elles collectent des plantes et des arbres. Cette substance véritablement thérapeutique,  protège non seulement contre les intrus, mais elle peut aussi repousser et traiter toutes sortes de problèmes de santé indésirables.Les bénéfices de la propolis incluent des propriétés antimicrobiennes, antioxydantes, anti-ulcères et antitumorales.

Aloe vera  c’est la plante bénéfique en interne ou en externe

Vous pouvez la prendre en  gélules végétales dosées à 245 mg

– Possède des antioxydants très efficaces

– Protège efficacement des radiations (association Ginkgo Biloba)

– Aide à la prévention du cancer de la peau (les Japonais s’en sont servis après la bombe nucléaire)

– Stimule et renforce le système immunitaire

– Anti-inflammatoire général (association Curcuma et Gingembre)

– Stimule le métabolisme, fortifie l’organisme, combat la fatigue (association Ginseng et Maca)

Protéines oui surtout le poisson et les fruits de mer

Saumon ( attention, cependant il contient aussi du mercure…) malheureusement, la contamination aux métaux lourds est une autre réalité de nos modes de consommation) dans la  modération ce poisson, donc.

Toutefois le Saumon est excellent car il est riche en oméga 3.

Des chercheurs de l’Université de Californie du Sud et de l’Université nationale de Singapour ont trouvé que les femmes ménopausées qui ont mangé une moyenne de 45 g à 85 g de poissons ou de crustacés chaque jour, étaient 26 pour cent moins susceptibles de développer un cancer du sein au cours des cinq années de l’étude que ceux qui mangeaient moins de fruits de mer. En papillottes c’est succulent.

 Pour booster votre système immunitaire, un petit travail complémentaire à faire

Les oligoéléments

Le trio cuivre-or-argent est utilisé pour contrer virus (rhume, grippe, gastro…) et bactéries. Le cuivre est à la fois antiviral et antibactérien, l’or stimule l’action des globules blancs et l’argent est plutôt bactéricide donc c’est stimulant et antiinfectieux

La Spiruline

Consommée régulièrement, la spiruline renforce et booste votre organisme et système immunitaire, elle diminue le stress et c’est un excellent coup de fouet en cas de fatigue.

Avertissement : tout ce que vous avez lu ici ne représente pas un traitement contre le cancer du sein ou de sa récidive. Il s’agit de conseils en hygiène de vie.

Une consultation de votre gynécologue de façon régulière est importante, et si vous prenez des médicaments, toujours consulter et aviser votre praticien (médecin et naturopathe ) avant de prendre des plantes naturelles (aromathérapie, ou phytothérapie) pour éviter les interactions entre protocoles, et pour rester vigilants sur les dosages.

INTERDITS en récapitulatif

Pas de THS ou phyto oestrogénes ou hormones like ( sauja, houblon, ect )

Pas de consommation de lait de vache

d’aliments transformés

de sucre industriel

à la place, lait végétal ou brebis

Proscrire tout ce qui est stress

Faites une activité physique douce car l’endorphine c’est top pour le moral. Aussi si vous voulez, quelque chose de plus calme, du yoga de la méditation voire de la Sophrologie pour apprendre à évacuer bien respirer et évacuer les émotions parasites qui nourrissent diverses pathologies !

Demandez toujours conseil à un médecin avant d’entamer une cure, ces conseils ne sont pas une prescription médicale, mais vous donne des pistes pour mieux prendre soin de votre corps.

Article rédigé par Fériel Berraies

Retrouvez ces conseils sur : www.feriel-berraies-therapeute.com

Pour lui écrire : fbsophro@gmail.com