Aigremoine eupatoire: diurétique, antidiabétique et cicatrisant

Les membres du genre AIgremoine, comptant quelques 15 espèces, sont distribuées principalement dans la zone tempérée de l’hémisphère Nord.

L’Aigremoine eupatoire, utilisée à des fins médicinales, pousse dans toute l’Europe, exception faîte de l’extrême Nord, en Asie mineure, Iran dans le Caucase et Afrique du Nord.

On récolte aussi fréquemment pour ses vertus “médicinales” l’espèce similaire, thermophile, A. procera qu’on trouve seulement en Europe. Toutes deux sont d’égale valeur quant à leur teneur en principes actifs. Pour le marché des plantes médicinales, on récolte les sommités fleuries avec de nombreuses feuilles, sans la partie ligneuse, sans feuilles, de la base des tiges qui sont pauvres en principes actifs. Ceux-ci comprennent du catéchol, des tanins, des principes amers glucosidiques, des flavonoïdes et des traces d’huile essentielle, en d’autres termes, des principes actifs relativement communs. Néanmoins, combinés, ils ont un effet stimulant certain dans les troubles digestifs provoqués par un taux d’acidité bas des sucs gastriques. Elle est également utilisée comme léger astringent et comme antalgique pour soulager les douleurs de la vésicule biliaire.


Détails sur la plante:

L’Aigremoine eupatoire pousse sur les talus, dans la clairières, les pâtures et les prés secs, souvent en sol calcaire. Elle atteint 30 à 100 cm de haut, selon la localité.

Autres appellations de l’Aigremoine:

  • Herbe de Saint-Guillaume
  • Thé des bois
  • Herbe de la mère

Eléments utilisés de la plante:

  • Feuilles et fleurs

Composés connus:

  • Essence
  • gomme
  • tanin
  • phytostérine

Bienfaits de l’Agremoine

Usage interne:


Quelques lectures intéressantes:

  • Astringent
  • Diurétique
  • Modérateur des processus inflammatoires (décongestionne)
  • Antidiabétique
  • Cicatrisant

Usage externe:

  • Tonique des muqueuses de la bouche et de la gorge
  • Cicatrisant
  • Résolutif

Indications:

Usage interne:

  • Diarrhées, dysenteries
  • Coliques néphrétiques
  • lithiase rénale
  • Hémoptysie
  • Albuminurie
  • Pertes blanches
  • Diabète
  • Hépatisme
  • Obésite
  • Asthme

Usage externe:

  • Angines
  • Stomatites
  • Aphtes
  • Plaies
  • Entorses
  • Contusions

Comment l’utiliser?

Usage interne:

  • Infusion: 30 à 50 grammes par litre d’eau. 1 tasse 3 fois par jour, entre les repas (pour: incontinence d’urine, pertes blanches, diarrhées, lithiase rénale, asthme, glycosurie)
  • Teinture: 20 gouttes 2 fois par jour

Pour information: c’est aussi une infusion agréable, utilisée dans le Nord en guide de thé (10 à 12 grammes de feuilles pour 1/2 litres d’eau). Donnée également dans les hématémèses, hémoptysies (tuberculose). Excellent prophylactique des angines.

Usage externe:

  • Décoction: 3 poignées par litre. Faîtes bouillir 3 minutes. Dans les leucorrhées, en injections.
  • En gargarismes et compresses: pharyngites, angines, glossites, aphtes, stomatites, plaies torpides (comme la feuille de ronce). En compresses chaudes contre les entorses et les contusions.
  • Vin: 200 grammes de plante sèche bouillie 5 minutes et infusée 1 heure dans 1 litre de vin rouge: en lavages et pansements des ulcères de jambe, plaies infectées.
  • Cataplasme: Les feuilles en cataplasme pour les migraines, névrites, plaies atones.

Les anciens employaient cette plante contre les morsures de serpents.




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com