Les dangers des perturbateurs endocriniens et comment les éviter

Mise en garde:

Autant commencer cet article par une mise en garde: ce que vous allez y lire va probablement vous faire gamberger et vous enlever une bonne dose d’insouciance. Nous y retracerons les risques et dangers des produits de notre environnement/ de notre alimentation/de notre quotidien. Vous êtes nécessairement concerné(e)s par les produits que nous allons citer, et ces produits sont vecteurs de nombreuses maladies, notamment, et en grande partie, des cancers. Vous n’avez pas peut être pas envie de noircir votre journée, auquel cas, vous pouvez passer votre chemin. Si au contraire, vous avez envie de découvrir la vérité, nous vous apporterons aussi quelques consignes pour éviter autant que possible les effets dévastateurs des produits que nous citerons.

Les effets toxiques du Bisphénol a sont bien connus. Des canettes et boites de conserves, aux polycarbonates plastiques durs jusqu’aux revêtements thermiques sur les reçus de caisse enregistreuse, c’est l’un des pires perturbateurs endocriniens que l’on retrouve pourtant encore partout. Le Bisphénol a est lié à une multitude de maladies graves, notamment au cancer du sein, au cancer de la prostate, au syndrome ovarien polykystique et aux problèmes de puberté précoce.

Mais saviez-vous que le Bisphénol a n’est qu’un élément parmi des milliers de produits chimiques ou mélanges chimiques qui peuvent affecter les systèmes hormonaux délicats de notre corps et provoquer des maladies graves ? (source: endocrinedisruption.org)

Les perturbateurs endocriniens comme les phtalates, le triclosan et les composés détectés dans votre quotidien figurent parmi plus de 15 000 produits de beauté/hygiène fabriqués en France (lemonde.fr). Ils sont présents dans les produits de tous les jours et dans l’environnement. Par exemple, saviez-vous que des éléments comme l’atrazine augmentent la toxicité de l’eau du robinet? L’atrazine est interdit en France depuis 2001, mais continue pourtant de menacer notre santé…voir www.consoglobe.com.

Les recherches sur les 25 dernières années impliquent les perturbateurs endocriniens dans de nombreux problèmes de santé, notamment les troubles de la reproduction, la mort prématurée, l’obésité et le diabète, les effets neurologiques, le cancer du sein, l’endométriose, les troubles de la reproduction féminine, les troubles immunitaires, le cancer du foie, l’ostéoporose, le cancer en général et les troubles de la thyroïde.

Nos lois actuelles ne fonctionnent évidemment pas, et ces lois sont pourtant nécessaires pour protéger les gens contre les conséquences néfastes de l’exposition à ces perturbateurs endocriniens.

Que font les perturbateurs endocriniens?

Tout d’abord, nous devons nous demander: Qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien?

Selon l’Institut national des sciences de la santé environnementale, les perturbateurs endocriniens sont des produits chimiques qui peuvent interférer avec le système endocrinien du corps et produire des effets néfastes sur le développement, la reproduction, notre système neurologique et immunitaire, aussi bien chez l’homme que chez l’animal. Les dommages sont considérés parmi les plus sévères lors de l’exposition prénatale ou au début de la grossesse. (source: www.niehs.nih.gov)

En effet, depuis le jour de la conception jusqu’à la naissance, le développement de chaque étape de la vie est entièrement sous le contrôle des hormones.

Les changements qui se produisent pendant le développement sont beaucoup moins réversibles que ceux qui se produisent chez un adulte; Vous ne pouvez pas revenir en arrière…

Le système endocrinien, composé de toutes les hormones différentes du corps, réglemente tous les processus biologiques dans le corps de la conception à l’âge adulte et à la vieillesse. Cela comprend: (4)

  • Développement du cerveau et du système nerveux
  • Croissance et fonction du système reproducteur
  • Fonction du métabolisme et de la glycémie

Les principaux composants du système endocrinien comprennent:

  • Ovaires féminins
  • Testicules mâles
  • Glande pituitaire
  • Glande thyroïde
  • Glandes surrénales

Les autres composants comprennent:

  • Glande pinéale
  • Thymus
  • Hyperthalamus
  • Glandes parathyroïdes
  • Pancréas
  • Hypothalamus

L’hypothalamus relie nos systèmes endocrinien et nerveux ensemble. L’hypothalamus entraîne le système endocrinien.

Glande pituitaire

L’hypophyse reçoit des signaux de l’hypothalamus. Ce lobe postérieur sécrète des hormones qui sont faites par l’hypothalamus. Le lobe antérieur produit ses propres hormones. Certains d’entre eux agissent sur d’autres glandes endocrines.

Glande thyroïde

Cette glande est essentielle au développement sain des humains. Elle régule également le métabolisme.

Glandes surrénales

Composé de deux glandes, le cortex et la médullaire, les glandes surrénales produisent des hormones en réponse au stress. Les glandes surrénales régulent également la pression artérielle, le métabolisme du glucose et l’équilibre du sel et de l’eau du corps.

Pancréas

Le pancréas est responsable de la production de glucagon et d’insuline. Les deux hormones aident à réguler la concentration de glucose (sucre) dans le sang.

Gonades

Les gonades reproductrices mâles sont appelées testicules. Les gonades reproductrices de la femelle sont des ovaires. Les deux produisent des stéroïdes qui affectent la croissance et le développement et régulent aussi les cycles de reproduction et les comportements.

Les stéroïdes gonadiques les plus importants se trouvent chez les hommes et les femmes, mais à différents niveaux:

  • Androgènes
  • Oestrogènes
  • Progestatifs

Les perturbateurs endocriniens: la dose ne fait pas le poison

En ce qui concerne les produits chimiques et la toxicologie, il semble logique de penser que des doses plus élevées sont plus dangereuses parce que les effets sur la santé sont plus immédiats et plus évidents (pensez simplement à ce qui se passe quand quelqu’un est exposé à des niveaux élevés de pesticides). Mais quand on regarde les perturbateurs endocriniens, c’est différent. Même de très petites doses peuvent conduire à des effets dévastateurs sur la santé.

Vous aimerez aussi :  15 Aliments sains plus savoureux que n'importe quelle cochonnerie d'apéritif

Mais parfois, ces répercussions sur la santé ne se manifestent pas pendant des années ou même des décennies après l’exposition. Et contrairement aux intoxications à fortes doses, il n’est pas aussi facile de faire la connexion cause-effet.

Les chercheurs font des avancées énormes en montrant comment les perturbateurs endocriniens ont un impact sur la santé humaine. Et c’est véritablement catastrophique.

« Depuis des décennies, les études sur les produits chimiques perturbateurs du système endocrinien ont mis en question les concepts traditionnels en toxicologie, en particulier le dogme de« la dose fait le poison », parce que ces produits peuvent avoir des effets à faibles doses qui ne sont pas prédits par les effets à des doses plus élevées . » Lauren Vandenberg, Ph.D., auteur d’étude sur le sujet. (source: www.ncbi.nlm.nih.gov)

Nos systèmes hormonaux sont si délicats que même de petites expositions aux perturbateurs endocriniens à des points clés de développement pourraient entraîner des maladies plus tard dans la vie. Nous (et nos enfants) sommes sujets aux expositions à ces produits en permanence…

Aux etats-Unis, les scientifiques membres de la Endocrine Society ont publié un rapport dans lequel ils affirment:

«Nous présentons la preuve que les perturbateurs endocriniens ont des effets sur la reproduction masculine et féminine, le développement du sein et le cancer, le cancer de la prostate, la neuroendocrinologie, la thyroïde, le métabolisme et l’obésité et l’endocrinologie cardiovasculaire».

Effarant.

Perturbateurs endocriniens dans les cosmétiques: 185 produits cosmétiques concernés

Triclosan dans le dentifrice, benzophénone dans le fond de teint, parabènes dans le rouge à lèvres, phtalates dans le parfum, triphenyl phosphate dans le vernis, resorcinol dans les colorations… La liste est longue et non exhaustive. « On trouve beaucoup de pertubateurs endocriniens dans les cosmétiques. Une étude Notéo a montré qu’on en trouvait, au moins un, dans un tiers des produits d’hygiène-beauté classiques.

L’une des pistes est de se fier à l’éco-label européen », explique à L’Express Ludivine Ferrer, présidente de « Santé environnement France ». (www.lexpress.fr)

Même les grandes marques sont à épingler : ces substances sont retrouvées aussi bien dans des produits de grandes marques de fabricants que de distributeurs. Ainsi parmi les 26 produits contenant les tristement célèbres parabènes à longue chaîne, on trouve 3 produits de la marque ‘Roc’, 2 produits de chez ‘L’Oréal’, 2 produits ‘Carrefour’, 2 de chez ‘Leclerc’, ainsi que chez 17 autres marques courantes. Pire, 8 lingettes pour bébés des marques ‘Bébé Cadum’, ‘Mixa’, ‘Nivea’, ‘Pampers’, (…) contiennent du phenoxyethanol un conservateur toxique pour le foie et le sang !

Gare aux mentions marketing faussement rassurantes : en l’absence d’encadrement réglementaire spécifique, les consommateurs ne peuvent même pas se fier aux mentions apposées par les fabricants pour les rassurer. Ainsi malgré la mention «  hypoallergénique » figurant sur le lait de toilette ‘Mots d’enfants’ de Leclerc, la ‘Crème pour le change’ des bébés de ‘Corine de Farme’ ou encore sur les nettoyants féminins ‘Physélia Intimate’, nous avons relevé la présence dans ces produits de MIT un conservateur auquel des dermatologues ont décerné en 2013 la palme peu enviable de l’allergène de l’année !

Malgré les alertes répétées des toxicologues et des dermatologues, les fabricants n’ont toujours pas changé leurs pratiques. Dans l’attente cruellement longue d’une réglementation enfin protectrice, l’UFC-Que Choisir recommande aux consommateurs de ne plus acheter les produits contenant ces composés, notamment pour les usages les plus à risques (bébés, enfants, produits non rincés) et pour ce faire :

une carte-repère est utilisable au moment de l’achat avec les 12 substances les plus à risque, ainsi que sa base de données accessible gratuitement sur son site quechoisir.org (www.quechoisir.org)

Perturbateurs endocriniens dans les produits pour bébé

L’organisation non gouvernementale Women in Europe for a Common Future (WECF) a tiré la sonnette d’alarme. Des ingrédients ou familles d’ingrédients classés à “risque élevé” ont été retrouvés dans 299 produits pour la toilette des bébés (shampooings, lingettes ou encore laits nettoyants). Le même mois, l’UFC-Que choisir a épinglé 185 cosmétiques courants contenant des composés préoccupants, dont des lingettes pour bébés. Parmi eux, on retrouve des allergènes, des conservateurs ou encore des parfums, des substances ayant un impact sur la santé, seules ou en association avec d’autres.

Evitez à tout prix les produits suivants:

Le méthylisothiazolinone (MITCe conservateur, utilisé dans de nombreux produits de soin en remplacement des parabens, est particulièrement allergisant. Dès 2012, la Société française de dermatologie (SFD) a alerté sur le risque d’eczéma du visage et du siège déclenché par l’utilisation de lingettes nettoyantes contenant ce conservateur.

Le phénoxyéthanol
Omniprésent dans les cosmétiques, notamment pour bébés, il pourrait bientôt être interdit dans les produits qui s’utilisent sans rinçage. Ce conservateur qui a beaucoup fait parler de lui ces dernières années, entre dans la composition de crèmes pour le corps, le visage, dans des solaires, mais aussi dans des lingettes. Il est suspecté d’avoir des effets toxiques sur la reproduction : c’est ce qu’on appelle un perturbateur endocrinien, une substance qui a la faculté d’interférer avec les messages hormonaux et de les dérégler. Or, le système hormonal est très fragile à certaines périodes clés de la vie, particulièrement chez le bébé dont l’organisme est immature. Depuis 2012, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) recommande de ne plus utiliser de phénoxyéthanol dans les produits destinés à nettoyer les fesses du bébé, et de réduire la teneur maximale à 0,4 % pour les enfants de moins de 3 ans.

Les parfums
« Nous avons été étonnés de trouver autant de produits pour bébés contenant des parfums, alors qu’on sait qu’ils favorisent les allergies, souligne Elisabeth Ruffinengo, responsable projets santé-environnement de WECF. Et les produits biologiques sont également concernés même si les parfums utilisés présentent un peu moins de risque car d’origine naturelle. »

Vous aimerez aussi :  La vérité sur l'huile de coco: bienfaits, utilisations et dangers potentiels

Mercure et dioxines

  • Les dioxines constituent un groupe de composés chimiquement apparentés qui sont des polluants organiques persistants dans l’environnement.
  • Dans le monde entier, les dioxines sont présentes dans l’environnement et elles s’accumulent dans la chaîne alimentaire, principalement dans les graisses animales.
  • Plus de 90% de l’exposition humaine passe par l’alimentation, principalement la viande, les produits laitiers, les poissons et les fruits de mer. De nombreuses autorités nationales ont mis en place des programmes pour surveiller l’approvisionnement alimentaire.
  • Les dioxines sont très toxiques et peuvent provoquer des problèmes au niveau de la procréation, du développement, léser le système immunitaire, interférer avec le système hormonal et causer des cancers.
  • Mais comme nous venons de le voir, ces contrôles fonctionnent avec des doses repères. L’exposition de fond n’est pas/mal étudiée.
Le poisson en particulier, est à surveiller.
Il est indispensable à une alimentation équilibrée (moins calorique que la viande, riche en oméga 3). Toutefois, mieux vaut ne pas en manger les yeux fermés! Les poissons sont contaminés par plusieurs polluants tels que le mercure (surtout dans le thon), les dioxines et les PCB.

Ces substances sont-elles dangereuses? En plus d’être cancérigènes, les dioxines et PCB sont des perturbateurs endocriniens, c’est-à-dire qu’ils nuisent à la reproduction humaine. Le mercure est particulièrement toxique durant la grossesse pour le fœtus.

 

Comment éviter les perturbateurs endocriniens – la base:

  • Evitez de prendre/conserver les tickets de caisse dont vous n’avez pas besoin.
  • Evitez la nourriture en conserve ou dans des contenants en plastique (polycarbonate)=> En bref, évitez l’alimentation industrielle.
  • Attention aux substituts du bisphénol a => Le bisphénol s serait tout aussi toxique.
  • Mettez vos jus et eau dans des bouteilles en verre plutôt qu’en plastique
  • Evitez de manger les poissons suivants: L’anguille, le barbeau, le brème, la carpe et le silure sont les plus à risque d’être contaminés. L’Anses déconseille aux enfants de moins de 3 ans, aux adolescentes, aux femmes en âge de procréer, enceintes et allaitantes d’en consommer.
  • Il faut éviter les emballages alimentaires en plastique ou recouverts de résines époxy qui contiennent du bisphénol A telles que les cannettes de boisson, les récipients en polycarbonate tels que les bouteilles recyclable, la vaisselle jetableLe polycarbonate est identifié par le numéro 7 inscrit dans un triangle sur le récipient.
  • Interdisez-vous de réchauffer vos aliments ou vos boissons dans des récipients en plastiques, car le BPA migre d’autant plus facilement dans les aliments que les récipients sont chauffés.
  • Éviter les phtalates. Les phtalates représentent une famille de substances chimiques que l’on trouve dans quasiment tous les objets en polychlorure de vinyle (PVC) tels que les jouets, les adhésifs, les rideaux de douche, les tuyaux, les couches, les encres d’imprimerie… La principale exposition est la voie alimentaire, mais ils peuvent être également inhalés ou absorbés par la peau. Les phtalates perturbent le système reproducteur et pourraient favoriser les tumeurs du foie et les cancers hormono-dépendants tels que le cancer du sein.
  • Éviter les composés perfluorés. Il est très difficile d’éviter l’exposition aux composés perfluorés (PFC) qui sont présents dans nombre d’objets de notre quotidien : revêtement antiadhésif des ustensiles de cuisine, traitements antitaches et imperméabilisants des textiles, insecticides, emballages alimentaires en papier ou en carton… La principale source de contamination est l’alimentation du fait de la migration des PFC des ustensiles de cuisine dans les aliments. Les PFC favoriseraient l’obésité et les petits poids à la naissance.
  • Protégez les personnes sensibles comme les femmes enceintes, les jeunes enfants et les adolescents des objets contenant des phtalates.
  • Ne placez pas l’imprimante dans la même pièce que votre bureau ou aérez souvent la pièce si vous ne pouvez faire autrement.

  • Aérez les nappes en plastique, les rideaux de douches… quelques jours avant de les installer chez vous.

  • Portez attention à la liste INCI indiquée sur l’emballage des cosmétiques et éviter d’utiliser ceux contenant des phtalates.

  • Évitez d’acheter des ustensiles de cuisine recouverts de revêtement antiadhésif et préférez-leur des ustensiles en inox, des plats en verre…ou la pierre.

  • Évitez l’utilisation des insecticides à l’intérieur de l’habitation ou aérez longuement pendant et après avoir utilisé un insecticide en pulvérisation.

  • Éviter exposer les nouveau-nés et les femmes enceintes aux produits contenant des composés perfluorés.

  • Éviter les retardateurs de flamme. Ils sont ajoutés aux matériaux pour mieux résister aux flammes (il s’agit de différentes familles de dérivés bromés, tels que les polybromodiphényléthers dits « PBDE »). Ils servent à ignifuger les équipements électroniques, les matelas et les oreillers, les tapis, les vêtements, les matériaux automobiles… Ils peuvent perturber le système hormonal thyroidien et entraver le développement neurologique des enfants.

  • Aérer quotidiennement votre habitation, votre bureau, mais aussi votre voiture.
  • Opter pour les fibres naturelles non traitées labellisés Oeko-Tex.
  • Éviter les textiles antibactériens.
  • De façon générale, réduisez l’utilisation des objets en plastique et optez pour des objets en verre, inox, céramique, porcelaine, fonte, fer, bois, tissus naturels…
  • Éviter la fumée de tabac. Éviter de fumer ou de subir le tabagisme des autres. www.prioritesantemutualiste.fr/