Les effets du froid

FROID n. m. Hygiène. Les effets du froid dépendent de facteurs concomitants ; l’humi­dité augmente la nocivité du froid sur l’appareil pulmonaire et les articulations, la brusquerie des variations de température, le vent aggravent ses conséquences.

Deux mécanismes entrent en jeu. Dans certains cas le froid réduit les possi­bilités de défense de l’organisme et déclenche des maladies latentes : atteintes pulmonaires, néphrites, certains rhumatismes ; c’est ainsi qu’une pleurésie ou une paralysie faciale est dite a frigore (par le froid). Dans d’autres cas le froid agit directement. Dans un premier stade apparaît un retentissement sur le ren­dement, souvent constaté chez les travailleurs augmentation des accidents et réduction de la capacité de travail. A un degré plus élevé le froid cause des troubles locaux engelures, gelures avec nécrose (v. FROIDURE).


Quelques lectures intéressantes:

A un stade extrême il entraîne un coma hypothermique, qui se voit surtout chez les sujets dénutris, âgés ou ayant absorbé de l’alcool, qui réduit les réactions de défense. Le refroidissement se manifeste d’abord par un frisson, des trem­blements, une lourdeur des jambes, une démarche titubante, une oligurie, un ralentis­sement du pouls et de la respiration ; le besoin invincible de sommeil conduit au coma. La mort survient, causée par une fibrillation car­diaque vers 25 °C.


Certains sujets ont cepen­dant pu être ranimés après avoir atteint une température centrale de 20 à 22 °C. Le coma hypothermique est rare et ne s’observe que chez les sujets exposés durant plusieurs heures à un froid intense. Les effets du froid sont combattus par le port de vêtements chauds et appropriés, par l’exercice physique et par une alimentation riche en graisses.

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com