Traitement naturel des affections respiratoires en médecine traditionnelle chinoise

La phytothérapie des affections respiratoires montre l’importance de la médecine symptomatique. L’inflammation est, en médecine traditionnelle, due à l’action du « feu ». Cet état maladif se traduit par la chaleur et la rougeur. Il se complique avec l’exsudation, le gonflement et la douleur. Si on lutte contre le« feu», contre la fièvre, avec des drogues antithermiques, on combat l’inflammation avec des remèdes spécifiques. Le mal est traité directement par des appli­cations froides (antidotes). Dans les maladies du pharynx et l’in­flammation des amygdales, on prescrit les « pilules dites des six esprits » (lieou-chen wan). Ces indications sont révélatrices de la persistance des valeurs classiques en médecine chinoise. La recher­che des médications naturelles montre que pour supprimer l’inflammation, l’ensemble des médications est considéré comme un arsenal antiphlogistique. Cette théorie n’est pas nouvelle. F. Broussais (1772-1838) montre, dans son Examen des doctrines médicales (1820), que toutes les maladies sont causées par l’inflammation.

Son système est fondé sur l’irritabilité des tissus (débilité et irritation). La médecine traditionnelle chinoise attribue le phénomène inflam­matoire à l’action d’un agent irritant ou à un état de déséquilibre. La médication naturelle tend à faire recouvrer la fonction normale. Ici encore, nous retrouvons le caractère fondamental de la médecine classique qui s’appuie sur le défaut d’énergie ou l’excès d’énergie. Le refroidissement comme cause de maladie suit également cette règle. La médication, comme l’acupuncture, doit agir sur un organe troublé ou une fonction dérythmée.


Quelques lectures intéressantes:

Les campagnes de prévention contre les maladies associent tou­jours (c’est là une très vieille tradition) à leur action, la phytothéra­pie des affections de l’appareil respiratoire. Elles s’appliquent sur­tout à la lutte contre les maladies épidémiques qui ont une durée relativement courte et qui frappent une population importante.
Dans l’ordre des priorités, la lutte contre la grippe (maladie infec­tieuse épidémique) occupe la première place. Elle appartient à la longue liste des maladies discutée par Tchang Tchong-king dans le Traité du froid nocif ( Chang-han louen, vers 142-212). Il prévoyait le traitement d’attaque des refroidissements et de la grippe qui se manifestent en période d’invasion par des maux de tête, des courba­tures, des frissons accompagnés de fièvre. La médication préventive en période d’épidémie doit enrayer la maladie.
La thérapeutique des affections respiratoires par les drogues tradi­tionnelles a été bien étudiée par le doyen Wong Sheng-san (Faculté Mixte de Médecine et de Pharmacie traditionnelles, Canton, 1952-1957).
Les médecins de la Municipalité de Pékin et les travailleurs médi­caux de l’usine pharmaceutique n° 1 complètent le traitement en sti­mulant la résistance naturelle de !’organisme avec les drogues chinoises (l 975).


Les informations, les opinions et les conseils contenus dans cet article ne doivent pas être utilisés comme outil de diagnostic ni être substitués à un diagnostic médical.
Il est fortement recommandé de demander un avis médical auprès d’un professionnel de santé avant d’envisager tout traitement.

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com