Traitement naturel du rhume et de la grippe par la médecine traditionnelle chinoise

Les états grippaux se manifestent par une impression de grande fatigue et les refroidissements par un coryza. Il est nécessaire de prescrire un traitement d’attaque dès le début de la maladie. Les préparations végétales se prêtent bien à la prophylaxie et à la thé­rapeutique des infections qui se développent dans la cavité bucco­pharyngienne et les poumons.

Les troubles de l’appareil respiratoire sont fréquents (coryza, laryngite, trachéite, bronchite, pneumonie, pleurésie). Dans les traitements traditionnels, on distingue les remèdes de la toux (Aconit), les remèdes de l’expectoration (ré­glisse), les remèdes de la dyspnée (Ephedra), les désinfectants (menthe) et les déeongestionnants (noix vomique).
La phytothérapie des affections respiratoires permet de soigner les refroidissements, la grippe, la bronchite, etc.

Traitement naturel du rhume et de la grippe: Traitement simple

Il consiste à veiller au repos et à l’antiseptie des fosses nasales. On préconise des stimulants ou des défatigants à base de vitamine C ainsi que des fruits riches en vitamines A, B et C ( Citrus).


Le muner, le chrysanthème et le thé médical entrent dans la composition d’infusions contre les refroidissements. La grippe est traitée à l’aide de recettes à base de Lonicera ou de Forsythia.

Lonicera
La « fleur d’or et d’argent», Kin-yin houa (Flos lonicerae), est un médicament spécifique de la grippe à ses débuts. Elle est connue sous le nom de« chèvrefeuille du Japon» ou Lonicern Japonica Thunberg (Caprifo/iaceae). La fleur de Lonicera est prescrite contre la fièvre. On la trouve au Ho-nan, au Chan-long et dans le Ngan-houei.

(La drogue composée de Loniccra japonica et de Forsythia suspensa est recommandée contre la grippe par Wang Shou-liang et Chu I-lsi–hua (1958). Les bourgeons floraux du Kin··yin houa, Flos Loniccrac (Caprifoliaceae), ont une action antipyrétique et antiinflammatoire. Ils traitent le « Réchauffeur supérieur ». Leur description, donnée par F.l. lbraguimov el V.S. Jbraguimova (Moscou, 1960, pp. /63/165, pl. 74) est précisée dans le Codex officiel de la République populaire de Chine
(Pékin, 1963, Vol. 1, p. 168))

Forsythia
Le Lien-k’iao (Forsythia suspens a Vahl.) ( 0/eaceae) est un arbrisseau de la Chine septentrionale (Chan-si, Ho-nan, Chen-si, Hou-pei et Chan-tong). Il abonde au Chan-si. La partie employée est le fruit (Fructus Forsythiae). Il est recommandé pour enrayer la grippe et lutter contre l’élévation de température.

Ardisia
L’Institut de Médecine traditionnelle du Hou-nan ( 1973) a entre­pris des recherches sur l’ A rdisia japonica Thunb. Bl., dans le traite­ment des maladies de l’appareil respiratoire et notamment contre l’inflammation des bronches. L’A rdisia était un remède traditionnel de la toux. Il s’est révélé efficace contre la bronchite chronique.


Quelques lectures intéressantes:

Traitement naturel du rhume et de la grippe: Le traitement combiné

La grippe (en chinois: Kan-mao), maladie infeetieuse et épidémique, sévit dés l’automne avec la « vague de froid » qui provoque de brusques changements de température. En Chine, la mousson d’hiver qui vient de Mongolie souffle de septembre à mars.

Elle justifie à Pékin le port du masque de gaze ou de tissu protecteur.La grippe frappe les organismes affaiblis et se manif’este par des complications qui ont été expliquées par Yc Kouei (16651745) sous les Ts’ing. Les médecins de la République populaire de Chine ont repris les vieilles recettes contre la grippe.
Les tablettes de Lonicera et de Forsythia, réputées antidotes, comportent les extraits de plantes suivants :

rhume

Ce remède a une action désinfectante. Il supprime les céphalées et les frissons. Il est antipyrétique, antitussif et sédatif. Les tablettes de Lonicera et de Forsythia sont exportées sous la marque de la « Grande Muraille ». Elles viennent de T’ien-tsin, chef-lieu de la pro­vince de Ho-pei.

L’usine pharmaceutique de Pékin fabriquait en 1975 des « pastil­les à base de mûrier et de chrysanthème » (Sang-kiu p ‘ien). Elles sont indiquées contre les refroidissements et la grippe. Elles traitent les céphalées et la toux, les courbatures fébriles, les douleurs articulaires et musculaires. La forme de ces pastilles brunes, en tubes, évoque la présentation des pastilles blanches d’aspirine.
L’écorce et les fruits du mûrier (Mol’us alba L.) sont toniques et ses feuilles, sudorifiques.
Les fleurs du chrysanthème (Chl’ysanthemum sinense Sabine) étaient considérées comme des drogues de longue vie. D’après le R.P. Roi (1955), la plante contient une huile essentielle, de l’adénine, de la choline et de la stachydrine.

L’usine pharmaceutique de Pékin (1975) conseille un « remède antithermique contre la grippe» (Kan-mao ts’ing-jo ts’i) composé d’extraits de plantes. Il s’agit de petits sachets préparés pour l’infusion ou la décoction.
Le « remède antithermique contre la grippe» renferme le Semen Sinapis, le Radix Platycodi, le Radix Bupleuri et le Semen Armenia­cae dulcis. Il traite les états grippaux, les céphalées et les coryzas, la gêne respiratoire ( oppression) et la toux.

Les informations, les opinions et les conseils contenus dans cet article ne doivent pas être utilisés comme outil de diagnostic ni être substitués à un diagnostic médical.
Il est fortement recommandé de demander un avis médical auprès d’un professionnel de santé avant d’envisager tout traitement.

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com