Sténose ou rétrécissement du pylore: Symptômes, Prévention, Traitement

Bien qu’essentiellement une maladie du nourrisson, la sténose du pylore s’observe parfois chez l’enfant et l’adulte. Les premières manifestations apparaissent chez le nourrisson entre la seconde et la quatrième semaine après la naissance. Cette maladie est considé­
rée comme une tare héréditaire, bien qu’il subsiste quelque doute quant à ses caractères génétiques. Elle frappe un nouveau-né sur deux cents, le plus souvent de sexe masculin ; l’alimenta­tion au sein ou au biberon n’a pas d’incidence.

Dans la sténose du pylore, le sphinc­ter pylorique, muscle reliant l’estomac au duodénum et permettant le passage du bol alimentaire, s’hypertrophie et provoque le rétrécissement du pylore et l’occlusion.

Danger : Non traitée, la maladie mène à la dénutrition, qui se manifeste par une perte de poids et un retard de croissance. L’occlusion intestinale est un danger constant.


Sténose ou rétrécissement du pylore Symptômes :

IL apparaissent habituelle­ment entre la seconde et la quatrième semaine après la naissance, mais parfois seulement au troisième ou quatrième mois. En condition normale, le poids du nouveau-né chute juste après la nais­sance, pour reprendre quelques jours après ; dans la sténose du pylore, cette chute est continue. Des vomissements en fusée (contenant parfois du sang), la constipation, la perte de poids et la déshydratation constituent les signes majeurs. Les vomissements, toutefois, ne semblent pas altérer l’appétit du nourrisson qui continue à s’alimenter juste après.


Quelques lectures intéressantes:

Parfois, une palpation de l’abdomen du nouveau-né permet de percevoir la masse pylorique, de la taille d’une olive environ. Le diagnostic peut être confirmé par radiologie, bien que dans la plupart des cas ce ne soit pas nécessaire.

Sténose ou rétrécissement du pylore Traitement :

Le médecin prescrit d’abord un traitement de soutien : un antispasmodique et un sédatif léger sont administrés quelques minutes avant la tétée ; entre les heures régulières de tétées, donner un complément de lait épaissi de céréales. La réhydratation se fait par injection intraveineuse.

L’intervention chirurgicale a lieu lors­que le nourrisson est plus résistant et que le diagnostic de sténose est confirmé. Pratiquée dans les meilleures conditions, elle connaît un taux de mortalité de 1 à 5 p. cent. Le rétablisse­ment est la règle.

Chez l’enfant et l’adulte : le traite­ment est le même que celui de Y Ulcère gastro-duodénal 157. Si l’occlusion per­siste après quatre à six semaines de traitement, l’intervention chirurgicale est indiquée.

Résultat: Toujours excellent après traitement chirurgical.

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com