Recadrez votre addiction par la méthode douce !

Le terme « addiction » existe depuis l’Antiquité, semblerait t-i l du temps même de l’empire romain.

Addiction, que signifie t’elle ?

C’est une envie irrépressible que l’on ne peut contrôler et qui aliénerait notre liberté. Elle est aujourd’hui intégrée dans le jargon et le champ d’application médico psychiatrique. Elle se présente sous plusieurs formes et touche plusieurs domaines : toxicomanie, tabagisme, addictions comportementales etc

Une spirale sans fin


Elle fonctionne comme une pulsion et on a du mal à la contrôler, c’est pourquoi elle est considérée dans les médecines douces comme un comportement pathologique. Elle relève du champ médico psychiatrique et les médecines douces ne peuvent intervenir qu’en parallèle ou en supplément.

L’addiction se caractérise par une envie répétée et irrépressible de faire ou de consommer quelque chose sans que l’on puisse y résister (addiction au sucre, au tabac, drogue, au jeu, au numérique ou au sexe, au vol etc.)

Recadrer le circuit de « la récompense »

Au début, on éprouve un certain plaisir à combler l’envie, mais avec le temps, on en veut encore plus et on dépasse largement le seuil de tolérance et les limites. A ce stade, cela devient compulsif et dangereux.

Quel que soit le type d’addiction, la dépendance de plus en plus accrue va commencer à déséquilibrer l’individu. Cela va alors avoir un effet sur sa vie, ses relations et ses habitudes. Et in fine mettre en danger sa santé.

Une panoplie de conséquences psychosociales

Souvent en manque, l’individu va développer de l’anxiété, de la nervosité, de la culpabilité. Il ne va plus fonctionner normalement totalement submergés par ses besoins inassouvis. Deviendra agressif susceptible, fuyant, il s’isolera.

Alcool, drogues, jeu, sexe, shopping, nourriture, etc…

Les addictions peuvent être liées ou non  à un produit ou générer un comportement ( comme l’addiction au sexe). Parmi les plus répandues la dépendance à l’alcool et au tabac, à la nourriture. En ce qui concerne les addictions sans produits, on peut citer l’addiction sexuelle, l’addiction au travail, les jeux  ou encore les achats compulsifs.

Les hommes et les jeunes sont les plus concernés

Elles apparaissent à n’importe quel moment d’une vie et selon certaines études surtout les hommes et les jeunes ( sauf les addictions alimentaires où c’est plus les femmes).A noter aussi que les individus ne sont pas égaux face à l’addiction, certains facteurs culturels, sociaux ou génétiques peuvent augmenter le risque de dépendance.


Quelques lectures intéressantes:

Comment s’en sortir ?

Les médecines douces peuvent vous aider:

L’hypnose et l’acupuncture, notamment, peuvent vous aider à vous défaire d’une addiction.

Par la suggestion et l’empreinte, l’hypnothérapeute peut agir sur le comportement néfaste et faciliter le changement. Mais cela ne fonctionne pas sur tout le monde bien sûr. Il faut rester réaliste.

Arrêter une addiction est d’abord une décision personnelle et une bataille personnelle. 

L’acupuncture, avec la stimulation de points spécifiques, peut aider les personnes souhaitant arrêter de fumer. L’acupuncture permet notamment de réduire le stress et la sensation de manque.

La Sophrologie, elle, peut intervenir pour le sevrage quand l’individu aura déjà commencé à arrêter de fumer et qu’il a besoin de trouver une méthode qui lui permette de mieux vivre les périodes de manque.

La respiration, la visualisation positive, la détente musculaire peuvent améliorer le confort de la personne en sevrage.

Mais ce qu’il faut retenir comme pour une cure de désintoxication ou un régime, c’est que la ressource est en vous et aucune thérapie brève ou patch nicotine ou autre formule ne fonctionnera si vous n’est pas engagé et motivé.

Les thérapies brèves ou longues ne garantissent aucune obligation de guérison ou de résultat.

Avant d’aller vers les thérapies brèves, je vous conseille d’aller voir votre médecin de famille qui vous conseillera probablement de voir un addictologue.

En cours de processus ou à la fin, vous pourrez voir un thérapeute en médecines douces.

En même temps que vous suivrez votre thérapie, faîtes du sport, de la méditation, nourrissez vous sainement, évitez les situations difficiles et les personnes qui pourraient vous entrainer dans vos anciennes habitudes.

C’est une bataille au long cours!

Article rédigé par Fériel Berraies
Sophrologue et Hypnothérapeute, en formation en Naturopathie
Prix Sanitas de l’innovation santé à Monastir Tunisie en 2018
Prix UFA 2015 à Bruxelles
Site: www.feriel-berraies-thérapeute.com
Lui écrire: fbsophro@gmail.com

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com