Qu’est-ce que l’intestin irritable ? Quelles sont les solutions naturelles qui marchent ?

On l’appelle aussi colopathie fonctionnelle ou trouble intestinal fonctionnel. Il s’agit d’une affection chronique assez fréquente, qui touche davantage les femmes. Ces troubles ont la particularité de ne pas présenter de lésions au niveau de l’intestin. C’est un motif de consultation très fréquent. Les symptômes sont variables, constipation, diarrhée ou alternance des deux, ballonnements, aérophagie, fatigue chronique, douleurs abdominales au passage du bol alimentaire, crampes, brûlures, spasmes … Ils évoluent de façon fluctuante, alternant accalmies et poussées douloureuses. Les symptômes sont souvent amplifiés en cas de stress.

Il y a colopathie fonctionnelle lorsque ces symptômes se manifestent plus de 3 jours par mois, pendant 3 mois d’affilé.

Quelles en sont les causes de l’intestin irritable?

Les causes peuvent être très variées. L’échange avec le thérapeute sera le moment privilégié pour tenter de les identifier.


Le milieu intestinal peut être détérioré, la flore déséquilibrée ou la muqueuse perméable, suite à des carences enzymatiques, des prises excessives de médicaments (antibiotiques, anti-inflammatoires, corticoïdes …) ou encore à un processus auto-immun.

Il peut y avoir une intolérance alimentaire, gluten, lactose, caséine, alcool ou encore les aliments fermentescibles (FODMAP).

Il peut s’agir de somatisations digestives provoquées par un excès de stress ou d’anxiété ou encore de troubles de la motilité intestinale.

Une mastication insuffisante peut également être la cause d’une colopathie fonctionnelle, en effet, la digestion démarre dans la bouche grâce à des enzymes digestives. Les aliments devraient être liquide avant leur passage dans l’œsophage afin de soulager les activités de l’estomac et de l’intestin. Si ce n’est pas le cas, il y a surcroit de travail au niveau stomacal et intestinal. L’énergie n’est alors plus mise à disposition pour les autres fonctions de l’organisme.

Enfin divers agresseurs comme les produits raffinés, les additifs, les gras saturés, l’excès de sucre, les boissons gazeuses ou encore le tabac peuvent être à l’origine de ces inconforts chroniques.

Le cas des légumineuses

Il est intéressant de consommer des légumineuses. En effet elles sont une bonne source de protéines végétales et associées à des céréales elles contiennent l’ensemble des acides aminés essentiels, elles sont riches en vitamines, en minéraux et en fibres, elles ont un index glycémique bas et ne contiennent pas de gluten. Ceci dit, elles peuvent être très irritantes pour les intestins, car elles contiennent des lectines à l’origine de troubles gastro-intestinaux (gaz, ballonnements, diarrhées, nausées …). Pour éviter cela, il existe un moyen simple, les faire tremper dans de l’eau pendant une douzaine d’heures et après avoir jeté l’eau de trempage les faire cuire à la vapeur douce. La germination est ainsi amorcée et les légumineuses seront plus digestes.

Les solutions médicales

Le syndrome du côlon irritable n’est pas une maladie, il n’y a donc pas de traitements appropriés. Selon les cas les médecins prescrivent des antidouleurs, antispasmodiques, anti-diarrhéiques, laxatifs ou encore antidépresseurs, ce qui entraine souvent un surcroit d’inflammation et une détérioration de la flore intestinale. La solution sera par conséquent comportementale, agir à la source, c’est-à-dire trouver la cause, modifier l’alimentation ou gérer son stress selon les cas.


Quelques lectures intéressantes:

Les solutions naturelles

Elles seront variables selon les symptômes. L’anamnèse permettra d’identifier les causes et de proposer des solutions adaptées.

En cas de porosité intestinale

L’inflammation étant à l’origine de l’hyperperméabilité intestinale, il conviendra de supprimer les aliments pro-inflammatoires, gluten et produits laitiers ainsi que les aliments d’origine industrielle, les gras saturés et le sucre. Les aliments anti-inflammatoires seront à privilégier comme les oméga-3 avec des petits poissons gras et de bonnes huiles vierges.

Un travail sur le stress sera indispensable, en effet celui-ci favorise la porosité intestinale.

La glutamine favorisera la réparation de la muqueuse, ainsi que la réglisse grand anti-inflammatoire des muqueuses. Le noyer en gemmothérapie est également efficace. On pourra y associer du cassis ou encore du curcuma, puissants anti-inflammatoires.

En cas de constipation

Le thérapeute conseillera d’augmenter la consommation de fibres (légumes, fruits, aliments semi-complets), de boire davantage d’eau pour hydrater les selles, et d’éviter les aliments constipants (pomme, banane, coings, riz blanc, myrtilles …). Il pourra suggérer l’utilisation ponctuelle de laxatifs naturels comme le psyllium ou le gel d’aloé. Ajouter des graines de lin moulues ou de chia pourra faciliter le transit. Certaines plantes comme l’artichaut, le romarin ou le radis noir agiront sur les sécrétions biliaires. L’exercice physique sera indispensable pour favoriser le péristaltisme. Enfin une cure de probiotiques et pré-biotiques sera indispensable. Dans les cas extrêmes, une hydrothérapie du côlon sera proposée.

En cas de diarrhées

Dans ce cas, il faudra diminuer les fibres et préférer les jus de légumes, supprimer les céréales complètes, diminuer les gras saturés et consommer pommes, bananes, coings, myrtilles, riz blanc … Les probiotiques et pré-biotiques seront également conseillées ainsi que la gemmothérapie de noyer. L’argile ou le charbon pourront aider temporairement à diminuer les diarrhées.

En cas d’intolérances alimentaires

Une fois le ou les agresseurs identifiés, il faudra les diminuer ou les supprimer momentanément. La réintroduction se fera petit à petit et il sera nécessaire d’observer ce qui se passe dans l’organisme, l’accompagnement aura ici toute sa place surtout dans le cas des FODMAPS. (Voir article allergies et intolérances).

Dans tous les cas une mastication suffisante sera recommandée pour favoriser la digestion et instaurer de bonnes habitudes alimentaires.

En conclusion

Dans le cas d’un intestin irritable, il sera donc essentiel d’identifier la cause avec le thérapeute et de mettre en œuvre des changements comportementales définitifs concernant l’alimentation, l’exercice physique et la gestion des émotions.

 

Article rédigé par Laurence Guillon

Naturopathe

Laurenceguillon.naturo@gmail.com

06 07 04 26 76

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com