Pipi au lit : Les solutions naturelles pour aider l’enfant

Votre enfant fait pipi au lit, et ce jusqu’à un âge avancé ? Vous avez chercher toutes les solutions ? C’est la galère pour l’envoyer chez papi et mamie ou au centre aéré ?

Grâce aux médecines alternatives, on peut aider l’enfant à s’accepter et à prendre conscience de ses peurs pour corriger le problème de l’énurésie (le fait de faire pipi au lit).

Des cause émotionnelles avant tout


Cela ne sert à rien de gronder votre enfant. Si votre enfant à 3 ans passés fait encore pipi au lit, il faut en chercher la raison des peurs et des blocages.

Cela peut être dû à un manque d’insécurité dans sa chambre (trop noire, trop grande, trop isolée…) ou au niveau de ses relations, que ce soit à l’école (il se fait embêter par ses camarades), chez la nourrice ou au sein de la famille (l’arrivée d’un petit frère ou d’une petite soeur ; il a peur de perdre votre amour ?).

Si l’on fait le parallèle avec la médecine chinoise, les reins et la vessie représentent les peurs. En l’occurrence ici les peurs que l’inconscient laisse s’échapper la nuit.

On peut agir sur l’inconscient de l’enfant grâce à l’homéopathie, aux Fleurs de Bach et grâce à des techniques de visualisation comme en sophrologie. L’hypnose peut aussi être une aide intéressante, choisissez un praticien habitué à intervenir auprès des enfants.

On peut aussi prévoir un petit calendrier sur lequel on collera le matin une gomette ou un autocollant nuage pluie ou soleil en fonction du pipi ou non ! Cela encouragera l’enfant à remplir son calendrier de soleils !

Dans tous les cas, privilégiez la communication avec votre enfant et la tolérance. Ce n’est pas de sa faute, le gronder ne servirait à rien. Bien au contraire, il perdrait confiance en vous, ses peurs iraient en augmentant et le problème s’empirera. Un enfant n’aime pas faire pipi au lit. Les enfants préfèrent devenir grands et ils n’ont tout comme nous adultes que peu de maîtrise sur leur inconscient.

Une possible cause mécanique

On vérifiera si l’énurésie n’est pas aussi une raison mécanique. Cela peut-être par exemple dû à des sphincters immatures.


Quelques lectures intéressantes:

On peut apprendre à l’enfant muscler ses sphincters en lui demandant de s’entraîner à interrompre le jet par la volonté puis de relâcher et recommencer quand il fait pipi aux toilettes. Cela fortifie les muscles.

Une visite chez un ostéopathe peut également être une bonne idée.

La qualité de la soirée

Il est important que les deux dernières heures de la journée déroule correctement.

On mettra en place un environnement calme et un cadre structuré pour l’enfant.

Prévoir un dîner à des heures régulières et un coucher tôt afin que l’enfant puisse avoir un rythme.

Faites attention à la quantité d’eau que votre enfant boit au dîner !

Les aliments que vous cuisinez peuvent aussi avoir une importance s’ils sont riches en eau.
C’est le cas de certains légumes diurétiques comme les poireaux par exemple ou du potage, et aussi des pommes de terre, du riz et des pâtes.

Il vaut mieux boire au début du repas et dans l’après-midi qu’à la fin du dîner.

Et bien sûr on n’oublie pas l’étape indispensable d’aller aux toilettes avant de se coucher !

Une petite histoire juste avant de dormir détend l’atmosphère, permet de se raconter des confidences et au besoin de retourner une deuxième fois aux toilettes !

Une possible parasitose

Une parasitose, c’est-à-dire une infestation massive par des vers intestinaux peux être responsable du pipi au lit.

Dans ce cas il faudra traiter l’enfant contre les vers.

Soit grâce à l’homéopathie avec Cina en 9CH.

Soit grâce au sirop du massif de la Chartreuse que vous trouverez en pharmacie.

Un manque de vitalité

Enfin l’énurésie peut-être due à un manque de vitalité chez l’enfant.

C’est le cas notamment des enfants qui ne sortent pas assez dehors, qui ne font pas assez d’exercice physique, qui passent beaucoup de temps devant la télévision, l’ordinateur ou les jeux vidéos.

Un enfant a besoin de courir et de se dépenser au grand air.

Cela augmente la vitalité générale, augmente le nombre de globules rouges (et donc combat l’anémie) et booste le système immunitaire.

L’enfant se renforce physiquement et évacue ses émotions.

Si vous n’avez pas de jardin, les parcs de ville ont souvent des espaces aménagés pour les enfants.

Rappelez-vous l’enfant que vous étiez !

 

Article rédigé par Clotilde Rolland,

Naturopathe-Iridologue et Sylvothérapeute, spécialiste Fleurs de Bach
Tél : 06 26 67 49 69
clotilde.naturo@gmail.com

 

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com