Lupus érythémateux: Traitement et Solutions en vidéo

Lupus érythémateux (discoïde et disséminé) 

Le lupus érythémateux discoïde (fixe) et le lupus érythémateux disséminé constituent en réalité deux types dis­tincts d’affection cutanée : alors que le premier est un trouble bénin atteignant
uniquement la peau, le second est une maladie grave se manifestant aussi par l’atteinte de plusieurs organes vitaux : le cœur, les poumons, la rate et les reins.

La maladie atteint plus fréquemment les femmes. Sa cause reste inconnue. On considère actuellement qu’il s’agit d’une affection auto-immune dans laquelle l’organisme produit des anticorps atta­quant ses propres tissus conjonctifs.


Aisément identifiable à ses manifesta­tions cutanées, la maladie est souvent déclenchée par un coup de soleil, par une exposition aux rayons X ou une vive tension émotive. Elle peut être aussi due à l’administration de certains médica­ments, notamment l’hydralazine (anti- hypertenseur provoquant un lupus érythémateux dans 10 p. cent des cas), l’isoniazide (l’un des médicaments ma­jeurs de la tuberculose) et tous les antiépileptiques.

Danger : Le lupus érythémateux dis­coïde peut entraîner une alopécie (chute des cheveux) ; la mortalité due au lupus érythémateux disséminé a considérable­ment régressé depuis l’application des traitements médicamenteux modernes qui permettent de prolonger sensible­ment la vie du patient.

Lupus érythémateux Symptômes :

Le lupus érythémateux forme des plaques rouges et prurigi­neuses siégeant « en ailes de papillon » sur les joues et l’arête du nez, ainsi qu’ers d’autres points. Les plaques cicatrisent et desquament pendant que de nouvelles lésions se forment.


Quelques lectures intéressantes:

Dans le lupus érythémateux dissé­miné, les manifestations cutanées s’ac­compagnent d’arthrite et de douleurs articulaires sévères, d’inflammation pul­monaire (Pleurésie 118) et d’une atteinte cardiaque. La complication la plus grave est l’inflammation des reins (Né­phrite 197), dont l’issue peut être fatale. Le malade est habituellement fiévreux, émacié et anémié. D’autres symptômes sans relation apparente avec la maladie peuvent également survenir brusque­ment.

Lupus érythémateux Traitement :

La forme bénigne (lupus érythémateux discoïde) sera traitée effi­cacement par les antipaludéens associés à une corticothérapie. Dans la forme disséminée, les antipaludéens sont moins efficaces, mais les corticoïdes, qui permettent de contrôler la maladie durant sa phase aiguë, sont d’une importance vitale.

La suppression du stress, de l’anxiété et du surmenage, recommandée dans le traitement de toute maladie, est ici particulièrement nécessaire. L’état d’affaiblissement du patient le prédis­pose aux infections. Les différents or­ganes atteints doivent aussi faire l’objet d’un traitement spécifique.

L’évolution est souvent imprévisible. Elle dépend surtout du degré d’atteinte des organes : limitée aux manifestations cutanées et aux arthral- gies, la maladie a meilleur pronostic que dans le cas d’une atteinte rénale ou pulmonaire. Le lupus érythémateux dis­séminé est une maladie chronique qui peut connaître plusieurs années de ré­mission, mais aussi beaucoup de rechu­tes. Cependant, il est rare qu’elle ait une évolution foudroyante aboutissant à la mort en quelques semaines. Les rémis­sions sont souvent durables, parfois permanentes.

Lupus érythémateux Traitement en vidéo :

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com