Anémie: Symptômes, Prévention, Traitement, vidéo

L’anémie se caractérise par une dimi­nution, au-dessous des valeurs nor­males, du nombre de globules rouges et du taux d’hémoglobine dans le sang. Sans un taux d’hémoglobine adéquat, le sang ne peut plus transporter la quantité nécessaire d’oxygène aux cellules de l’organisme.

Dans l’anémie ferriprive, le déficit en fer mène à une diminution du nombre des globules rouges et, par voie de conséquence, à une oxygénation insuffisante de l’organisme qui se traduit par des difficultés respiratoires (es­soufflement) avec tous les autres symp­tômes de l’anémie.

Anémie Causes :

Les deux causes principales de la maladie sont les suivantes : tout d’abord, déficit en fer dû à des carences nutritionnelles, qui s’observe essentiellement chez le nourrisson dont le régime lacté intégral est trop longtemps poursuivi, chez l’enfant en pleine croissance dont le régime alimentaire n’est pas assez diversifié et chez la femme enceinte ; ensuite, hémorragies chroniques (sou­vent occultes), par exemple en cas d’ulcère gastro-duodénal où les pertes de sang sont lentes et insidieuses mais persistantes.


Parmi les autres causes plus apparentes, il faut citer les ulcères hémorragiques, les hémorroïdes, les rè­gles abondantes, les diarrhées san­glantes, le ténia et l’ankylostome (qui sucent le sang de l’hôte), ou tout autre trouble provoquant des hémorragies. Un examen approfondi du malade est toujours nécessaire pour déterminer la maladie causale.

L’anémie ferriprive peut également se déclarer en cas de malabsorption du fer par l’organisme, lorsque celui-ci souffre d’un déficit en cuivre ou en cobalt, éléments indispensables à l’absorption du fer.

Danger : Un déficit en fer menant à l’anémie peut être la cause d’une insuffi­sance cardiaque. Lorsque l’anémie est grave, la pression artérielle peut chuter et provoquer un état de choc.

Anémie Symptômes :

Outre les signes classiques de pâleur, d’essoufflement, de fatigue, de faiblesse et de palpitations, des troubles additionnels se manifestent, en fonction du degré et du type d’anémie.


Quelques lectures intéressantes:

La pâleur du teint passe souvent inaper­çue, car de nombreuses personnes sont naturellement pâles. On peut en revan­che la détecter aux blancs des yeux qui peuvent avoir une touche de bleu, aux gencives et aux muqueuses décolorées, ainsi qu’aux lits des ongles et aux conjonctives (intérieur des paupières). Cette pâleur est le résultat d’une dimi­nution du nombre des globules rouges dans le sang.

Le petit enfant est souvent irritable, souffre de difficultés respiratoires. Chez l’adulte, la langue s’élargit, devient flasque et pâle, laissant apparaître la marque de dents. Il peut y avoir somnolence, vertiges, tachycardie et bourdonnements d’oreille. Les ongles sont dits « en cupule » rainés longitudinalement et de forme concave. Les cheveux deviennent ternes et secs, la perte de la libido est également fréquente.

Dans les cas graves, on observe une langue douloureuse, une jaunisse, un engourdissement des membres avec perte relative du contrôle musculaire, une soif excessive et le choc. Troubles de la mémoire, respiration faible et haletante, nausées et diarrhée sont éga­lement possibles.

Anémie Traitement :

Il faut avant tout détermi­ner l’agent causal de l’anémie. Le traitement est fondé sur un régime riche en fer et en protéines. Les aliments contenant du fer en quantité sont les suivants : viande, en particulier le foie, œufs, épinards, raisins, bettes, fanes de radis, pain complet. Le cuivre, égale­ment essentiel, se trouve dans les mêmes aliments. Le cobalt, indispensable pour l’absorption du fer, se trouve principale­ment dans la vitamine B,,.

Quant au zinc, également indispensable à l’ab­sorption du fer, il se trouve dans les aliments riches en fer, en particulier les légumes verts à feuilles et le hareng. Outre la vitamine Bl2, l’administration de sels ferreux, sulfate ferreux ou gluconate ferreux (0,3 g trois fois par jour après les repas), permet d’éviter les troubles abdominaux. Si le malade ne supporte pas le fer par voie buccale, on pratique des injections intramusculaires dont les dosages doivent être soigneuse­ment calculés, car un excès est toxique.

L’anémie grave nécessite les transfu­sions sanguines, mais pas avant d’en avoir déterminé la cause.

Les signes (symptômes) de l’anémie en vidéo :

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com