Therapeutes magazine

EndométrioseNaturopathie

L’achillée millefeuille en soulagement de l’endométriose

L’endométriose est une maladie chronique généralement récidivante

L’endomètre est le tissu qui tapisse l’utérus. Sous l’effet des hormones (oestrogènes), au cours du cycle, l’endomètre s’épaissit en vue d’une potentielle grossesse, et s’il n’y a pas fécondation, il se désagrège et saigne. Ce sont les règles.

Chez la femme qui a de l’endométriose, des cellules vont remonter et migrer via les trompes. Le tissu semblable au tissu endométrial qui se développe hors de l’utérus provoque alors des lésions, des adhérences et des kystes ovariens. Cette colonisation, si elle a principalement lieu sur les organes génitaux et le péritoine peut fréquemment s’étendre aux appareils urinaire, digestif, et plus rarement pulmonaire.

La stérilité, comme une ablation de l’utérus ou même des ovaires peuvent en être des conséquences, ainsi que des fausses couches à répétition et des grossesses extra-utérines.

L’endométriose est une maladie très invalidante et fatigante car elle est très douloureuse. Les malades décrivent des douleurs comme des coups de poignard leur déchirant le ventre. La douleur peut aller jusqu’à l’évanouissement.

Outre la fatigue accumulée et les dégats, elle est très handicapante professionnellement et socialement. Les malades sont obligées de poser des arrêts maladie pratiquement tous les mois.

Qu’est-ce que l’achillée millefeuille ?

L’achillée tire son nom d’Achille, qui aurait découvert et utilisé la plante pour guérir les blessures de ses soldats lors de la guerre de Troie. On l’appelle aussi herbe à la coupure, herbe à la saignée, herbe aux militaires, herbe aux charpentiers. Parfois on trouve aussi l’appellation de sourcil de Vénus, peut-êytre en référence à la forme de ses feuilles toutes douces qui aident les femmes.

C’est une plante herbacée vivace (qui pousse toute l’année) de la famille des astéracées.

Elle se présente sous forme de touffes de feuilles, ayant progressivement tendance à tapisser le sol grâce à ses nombreux petits rhizomes très étendus. Ses tiges sont uniques ou en groupe peu dense, à port dressé. Les feuilles sont allongées et vert foncé. Elles mesurent de 2 à 15 cm de longueur. Elles dégagent une odeur légèrement camphrée.

La floraison, sous forme de capitules blanches ou rosées, a lieu de juin à septembre.

L’achillée est naturellement très présente dans les prairies. Elle donnerait un bon goût au fourrage du bétail et elle fortifierait les animaux.

Les feuilles amères, peuvent être consommées en salade et elles peuvent aussi aromatiser la bière.

Considérée comme une excellente plante compagne, l’achillée éloigne certains insectes nuisibles. De plus, elle ferait augmenter la teneur en huile essentielle des plantes qui poussent à proximité.

Utilisation de l’achillée millefeuille lors de l’endométriose

Pour améliorer et calmer les règles douloureuses chez la femme souffrant d’endométriose, l’achillée millefeuille est une allée précieuse.

En effet, l’achillée soigne à la fois les problèmes de la sphère génitale et ceux de la sphère digestive  Grâce à son action antispasmodique, tonique et cicatrisante, elle sera utile pour calmer l’inflammation.

On s’en servira sous forme de teinture mère diluée dans de l’eau mais vous pouvez aussi en prendre sous forme de tisane en récoltant ses feuilles et ses fleurs.

L’infusion se prépare à raison de 30 grammes par litre d’eau. On en prendra 3 tasses par jour, entre les repas. La teinture – qu’on préparera avec 1 partie de plante pour 5 parties d’alcool à 90 % – se prend à raison de 20 à 30 gouttes, trois fois par jour.

Vous pouvez aussi demander à un herboriste de vous préparer de la teinture-mère ou de vous fournir des feuilles et fleurs sèches pour vos tisanes.

Attention, chez certaines personnes, elle peut provoquer des règles plus abondantes. Si c’est le cas chez vous, il faudra soit employer une autre plante, soit l’associer à la bourse-à-pasteur.

Les autres alliés santé

A l’achillée millefeuille, nous vous conseillons d’allier le thé vert à consommer toute la journée. C’est un antioxydant puissant qui réduit l’étendue des lésions de l’endométriose. Deux tasses par jour d’un thé vert de qualité fournit un apport raisonnable en antioxydants.

Pensez aussi un effectuer un petit drainage de votre foie, afin de l’aider à éliminer les toxines dues à l’inflammation de l’endomètre. Vous pouvez pour cela prendre du chardon marie, de l’artichaut, du fumeterre ou du pissenlit.

Par ailleurs, le grand maître de l’inflammation est la curcumine extraite du curcuma. Associée à la pipérine du poivre et à la quercétine pour une meilleure assimilation, c’est le principe actif pour combattre les inflammations de toute source.

Dans tous les cas, nous vous conseillons de prendre l’avis d’un naturopathe spécialisé sur l’endométriose.

L’accompagnement de l’endométriose par la naturopathie commence par la stimulation de l’organisme en visant à rétablir une réponse inflammatoire saine, en équilibrant les hormones et en aidant le foie à éliminer les toxines et les œstrogènes présents naturellement.

L’accompagnement naturopathique s’adresse à la globalité de l’individu. Pour de nombreuses femmes, l’endométriose peut être à l’origine d’un stress important, souvent dus à la douleur, à la difficulté du diagnostic et aux épreuves associées à une maladie souvent invisible. Les naturopathes apporteront aussi une réponse à ces difficultés en vous aidant à soulager le stress et la douleur, et en vous apportant un programme personnalisé au niveau de la nutrition également.

Nutrition

Il existe de nombreuses influences nutritionnelles liées à l’endométriose. Les naturopathes commencent souvent par l’alimentation, où les consultants peuvent prendre une part active à la gestion et à la prévention des symptômes. La recommandation d’un régime anti-inflammatoire fait souvent partie du plan afin de réduire l’inflammation et de favoriser l’équilibre des œstrogènes.

Une étude portant sur 500 femmes a montré que le risque de développer une endométriose diminuait de manière significative en cas de consommation élevée de fruits et de légumes verts. À l’inverse, un risque accru d’endométriose était associé à une consommation élevée de viande rouge. Les aliments riches en fibres alimentaires sont associés à un équilibre sain des micro-organismes de la flore intestinale, où ils jouent un rôle important dans la dégradation des œstrogènes et la réduction de l’inflammation. Des études montrent que l’inclusion de soja avec ses isoflavones peut réduire la prolifération des cellules endométriales.