Quels sont les symptômes de l’hépatite B? Quel traitement?

L’hépatite B est comparable dans ses manifestations à l’hépatite A, mais elle est d’une plus grande gravité et de transmission différente. La contamina­tion est souvent le fait d’injections pratiquées avec des seringues ou des aiguilles hypodermiques non stériles. Ce sont bien entendu les drogués, peu concernés par les mesures antiseptiques et utilisant à plusieurs une même ai­guille, qui en sont les premières vic­times. Le virus de l’hépatite sérique est extraordinairement résistant et survit aux formes habituelles de stérilisation. Pour le détruire, il faut trente minutes effectives d’ébullition ou de passage à la vapeur dans un autoclave. Mais la voie de transmission essentielle de l’hé­patite B est la transfusion sanguine ; il est en effet très difficile de passer au crible tous les donneurs de sang afin de détecter ceux qui sont porteurs du virus, sans le savoir eux-mêmes, du reste, la plupart du temps. Toutefois, le test de l’antigène de l’hépatite B (AgHBs) est de plus en plus pratiqué pour éliminer au mieux les sangs contaminés. (Voir Hépatite infectieuse aiguë 187.)

Le virus, présent dans la salive ou le sperme, peut également se transmettre par contact direct.

La période d’incubation varie de deux à six mois (celle de l’hépatite A dure de vingt-cinq à trente-cinq jours). L’hé­patite B frappe plutôt les adultes âgés de plus de vingt ans. Sa virulence et son taux de mortalité sont beaucoup plus élevés que pour l’hépatite A.


Quelques lectures intéressantes:


Hépatite B: Symptômes et traitement

Les symp­tômes sont pour l’essentiel semblables à ceux de l’hépatite A, à la différence toutefois d’une éruption précoce et caractéristique d’urticaire (papules rouges qui démangent). Il peut égale­ment y avoir un bref épisode d’arthrite (un cas sur cinq) avant l’apparition de la jaunisse. Le traitement est celui de l’hépatite A. Cependant, l’hépatite B est une maladie beaucoup plus grave que l’hépatite A car les risques d’évolution vers l’hépatite subaiguë ou la cirrhose sont de loin plus élevés.

Résultat: 90 p. cent des malades ne souffrent d’aucune conséquence à long terme une fois passé la phase aiguë. Les 10 p. cent restants souffrent de compli­cations hépatiques pendant des mois et même des années. Parmi eux, certains (très peu) développent une hépatite chronique ou une cirrhose. Le taux de mortalité des malades qui ont été hospitalisés est très bas, 1 à 2 p. cent.

La plupart des personnels hospitaliers accordent une vigilance particulière à la stérilisation des instruments, aussi le danger de contamination par cette voie- là se trouve-t-il considérablement ré­duit. Quant à la transmission par transfusion sanguine, on peut raisonna­blement penser que le problème sera résolu dans un avenir très proche.




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com