Currently set to Index
Currently set to Follow

Comment prévenir le burn out en entreprise ?

Face à un contexte économique en perpétuel mutation et le mal être des collaborateurs face à la globalisation, le dumping, la crise financière, les modes d’organisations du travail vont changer, entrainant son lot de contraintes et de problématiques sur la santé des salariés.

 

Si le concept de qualité de vie au travail est compris en France, dans la réalité du terrain, (trop) peu d’entreprises se sont réellement investies dans la problématique du bien-être des salariés.

Le chômage et l’impasse socio-économique aidant, le modèle reste avant tout centré sur la rentabilité à tout prix, et comment faire face aux différentes pressions économiques.


La situation est parfois dramatiquement simple: se retrouver au chômage ou accepter des conditions de travail qui sont intenables !

Pourtant la santé du collaborateur est de plus en plus en péril et les entreprises (savent mais) n’assimilent pas que cela coute plus cher de gérer l’absentéisme et le manque de performance que d’instaurer une réelle qualité de vie au travail.

Le terme QVT (Qualité de Vie au Travail) est apparu suite à l’intervention de deux chercheurs américains en 1972 Louis E Davis et Albert Cherns, lors d’une conférence internationale à NY.

La QVT se base sur l’association de 4 éléments essentiels :

  • Le respect de l’intégrité physique
  • Le respect de l’intégrité psychique
  • Le développement du dialogue social
  • L’équilibre entre la vie pro et la vie privée

Si le concept de qualité de vie au travail est occulté en entreprise, ce sont les forces vives de l’entreprise qui seront impactées, et, au final, c’est l’ensemble de l’entreprise qui va en souffrir.

Le burn out est une maladie professionnelle, un véritable fléau du XXIe sièce qui peut être prévenu et accompagné par tout un panel de solutions autour des médecines douces et complémentaires.

Nous parlerons ici notamment de la sophrologie, qui propose des outils concrets pour l’entreprise.

Cette pratique adaptée au milieu de l’entreprise peut apporter un bien-être durable et une meilleure connaissance de soi.

Comment reconnaitre le burnout

Il existe divers symptômes qui peuvent se manifester chez votre collaborateur :

  • Difficultés d’endormissement,
  • Insomnies,
  • Douleurs récurrentes au dos ou à la tête,
  • Problèmes de concentration ou de mémorisation…

Tous ces facteurs vont rendre votre collaborateur inapte à travailler dans des conditions normales.

Attendez vous alors à des épisodes de non rentabilité, de désengagement, d’absentéisme, et de conflits au sein de l’équipe.

Ces symptômes sont révélateurs d’un état de fatigue qui peut, lorsqu’il perdure, faire basculer dans un burn out.

Le stress au travail et les troubles musculo-squelettiques

Ils sont la résultante de l’environnement dans lequel nous travaillons, des douleurs présentes sur certaines parties localisées du corps.

Ils apparaissent davantage dans les articulations du haut du corps :

  • Poignet-main : 40%
  • Epaule : 37%
  • Coude : 21%
  • Genou : 1%
  • Autres syndromes : 1%

Les  facteurs favorisant les TMS sont :

  • Les mouvements bio-mécaniques :  Mouvements de force, positions extrêmes, répétition des mêmes gestes, travail statique, vibrations, chocs mécaniques, froid…
  • Contraintes organisationnelles : Organisation et environnement de travail, management
  • Individuels : Age, sexe, état de santé
  • Contraintes psycho-sociales ou la façon dont le travail est perçu par le salarié : Insatisfaction, travail monotone, tensions engendrées par les délais à respecter, manque de reconnaissance professionnelle, manque d’autonomie, relations sociales dégradées, absence de soutien de la hiérarchie, relations difficiles avec les collègues, insécurité de l’emploi.

Par conséquent, le stress au travail peut provoquer des douleurs musculaires, des œdèmes, des inflammations au niveau des tendons, ulcères, infarctus, constipation, épaississement et bouchage des artères…

Quelles solutions naturelles pour  les réduire ?

  1. Une meilleure hygiène de vie au travail
  2. Diététique, ergonomie, ostéopathie, kinésithérapie
  3. Techniques de management plus responsables, prise en compte des facteurs humains pour alléger les contraintes organisationnelles
  4. Sophrologie, sport, vie sociale

Un sujet encore tabou

Le burn out, qui n’a rien à voir avec une dépression, est encore tabou.

Beaucoup d’actifs en souffrance, au bord de l’épuisement, n’osent pas l’exprimer.

Ils craignent que l’on mette en doute leurs compétences, leurs capacités d’adaptation…

Dans le milieu de l’entreprise, la qualité de vie au travail n’est pas une priorité.

Bien que les politiques RSE se sont attachées à l’idée d’améliorer les choses ces dernières années, on assiste le plus souvent à des mesures hypocrites qui visent à valoriser l’entreprise d’un point de vue RH et attractivité employeur, sans véritablement prendre la mesure du problème.

Dans d’autres cas, le département RSE est – malgré ce que l’entreprise essaye d’afficher – déconsidéré et noyé avec d’autres responsabilités/fonctions car il n’est pas considéré comme une source de revenus directs.

Parfois le responsable RSE est tellement sous pression qu’il entretient une ambiance délétère avec tout le reste de son équipe. Cmment peut il bien agir pour le bien-être de tous les collaborateurs de l’entreprise dans ces conditions ?

Pourtant trop de stress peut entrainer un burn out et couter cher à l’entreprise.

Lire aussi : Mal-être en entreprise, comment la sophrologie peut aider ?

En quoi l’entreprise peut aider à prévenir le basculement vers le Burnout ?

Les étapes pour détecter le burnout avant sa venue :


Quelques lectures intéressantes:

  • Libérez la parole de votre collaborateur (vous détecterez ainsi les profils vulnérables)

Reconnaître le burn out comme maladie professionnelle sensibilisera  les entreprises à la prise en charge de ce problème, et permettra aux personnes épuisées d’oser le dire.

  • Proposer des espaces récréatifs et ou de détente ( relaxation, sophrologie etc)

Les entreprises qui proposent à leurs collaborateurs des séminaires de sophrologie sur la prévention du burn out sont de plus en plus nombreuses. Leur volonté d’être à l’écoute de leurs salariés et de leur apporter des solutions novatrices ne peut que les valoriser.

  • Identifier et  reconnaître les agents stressants

Faire entrer la sophrologie dans l’entreprise, c’est sensibiliser les collaborateurs à reconnaître les agents stressants, et leur apprendre quoi changer dans leur quotidien pour limiter leur stress.

  • Ecouter les tensions physiques psychologiques et émotionnels (les signaux de votre corps et de votre tête )

La sophrologie leur permet ainsi de prendre conscience de l’état dans lequel ils sont, afin de les amener à être davantage à l’écoute des tensions de leur corps et de leurs émotions.

Bien que l’entreprise ne soit pas le lieu pour se dévoiler, elle peut donner l’impulsion pour se prendre en charge rapidement et éviter un burn out.

La Sophrologie à la rescousse en entreprise

 Avec quelques séances de sophrologie, on peut agir efficacement sur les premières manifestations du burn out.

–          On apprend  à évacuer les tensions physiques et émotionnelles

–          On apprend à prendre du recul par rapport aux agents stressants

–          On travaille la mémoire et la concentration (boosting des capacité)

–          On renforce la confiance en soi, et on restaure l’estime de soi.

–          On s’adapte mieux au stress en entreprise en étant dans la distanciation et la pensée positive

La sophrologie en quelques mots

Mise au point en 1960 par le neuropsychiatre Alfonso Caycedo, la sophrologie est une technique de relaxation basée sur des exercices de respiration et de gestion de la pensée.

Lire: Respirez. Expirez. Répétez: Les bienfaits de la respiration contrôlée

Elle assure une détente physique et psychique propice à la gestion du stress à l’amélioration de la concentration, de la mémoire ou de la créativité.

Mais il convient de rappeler que tout un travail d’amélioration des conditions de travail, doit être effectué pour garantir la santé du collaborateur. La sophrologie seule ne suffirait pas !

Il faudrait en fait,

  • mieux répartir la charge de travail en fonction des effectifs, du temps de travail et des compétences ;
  • redéfinir les responsabilités de chacun ;
  • revoir les méthodes d’évaluation des performances individuelles ou collectives et les modalités de reconnaissance du travail…

La Sophrologie au travail ne se limite pas uniquement à la gestion du stress des émotions et de la vitalité. C’est aussi un outil de développement pour les collaborateurs.

Il ne faudrait pas la limiter à rôle curatif, pour répondre à une situation de stress. Elle permet également d’apporter des outils particuliers de développement personnel.

En complément des outils et du développement relatif au savoir-faire de vos collaborateurs, la sophrologie ouvre le champ du savoir-être dans le milieu du travail.

Dans un monde de plus en plus globalisé où la performance à tout prix au moindre coût prime, laminant la santé du salarié.

Par des techniques faciles d’apprentissage et utilisables dans la vie professionnelle, la sophrologie permet de développer des atouts indispensables :

  • La confiance en soi,
  • La motivation,
  • La créativité. Et donc la performance !

Une réalité à construire

Bien-être au travail, QVT, ce sont des concepts qui sont loin d’être creux et qui doivent interpereller tout DRH et toute entreprise « responsable » pour un « management » responsable.

Le bien-être au travail et l’équilibre entre la sphère professionnelle et la sphère privée sont des attentes chaque jour plus importantes pour les collaborateurs de l’entreprise.

Quel module proposer en Entreprise ?

Cet accompagnement peut se faire de différentes manières :

La mise en place d’ateliers de relaxation peut prendre de nombreuses formes au sein même de l’entreprise (ateliers de groupe sur la pause du midi, séances individuelles, formations ciblées), comme en dehors : participation aux ateliers de relaxation, séances individuelles.

Cette approche répond aux besoins des CE, mais également des comités d’Hygiène et de Sécurité.

Proposée comme un service, une pause relaxation proposée à vos équipes contribue à la sensation de bien-être au travail et constitue une véritable marque d’attention.

De plus en plus d’entreprises se lancent dans cette démarche, que ce soit dans l’industrie, la grande distribution ou le conseil. Le MEDEF en France s’est penché avec intérêt sur ces techniques et surtout sur les résultats obtenus par rapport au faible investissement.

NB: La qualité de vie au travail concerne tous les secteurs d’activité !

Avec une pratique régulière de la sophrologie, la personne apprend à développer ses ressentis, à dégager les tensions et donc à réduire les risques d’apparition des TMS en adaptant ses positions et ses habitudes de vie pour atteindre un meilleur confort quotidien.

 

*TMS troubles musculo squelettiques

*RPS Risques psychosociaux ( stress, angoisse, émotions négatives, dépression, burnout etc)

 

Article rédigé par Fériel Berraies
Sophrologue certifiée RNCP spécialisée en Entreprise, et hypnothérapeute

Découvrez le Site :www.feriel-berraies-thérapeute.com
Son profil therapeutes.com
Lui écrire : fbsophro@gmail.com




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com