Comment être plus positif ?

Les pessimistes expliquent habituellement les événements de leur vie d’une manière qui en accentue les difficultés et les aspects négatifs. Les pessimistes ont tendance à se blâmer, tout en supposant que les mauvaises choses (évènements etc) vont rester négatives et empirer.

Les optimistes, de leur côté, semblent aborder la vie d’une manière constructive. Ils sont plus résistants face aux difficultés et sont plus heureux avec leur vie en général. Mais ce n’est pas uniquement dans leur tête. Ils sont en général plus sains, et ont tendance à vivre plus longtemps.(voir les femmes optimistes vivent plus longtemps en bonne sante)

L’explication ? Bien souvent, les optimistes apprennent à faire face et à établir des liens avec d’autres personnes qui les aident et les soutiennent, explique Barbara Fredrickson, responsable du Laboratoire d’émotions positives et de psychophysiologie de l’Université de Caroline du Nord aux Etats Unis. «Vous êtes mieux équipée pour faire face aux difficultés de la vie parce que, dans les bons moments, vous avez accumulé plus de compétences et de ressources», explique-t-elle.
Le fonctionnement du cerveau semble également jouer un rôle. Les personnes enthousiastes enregistrent plus d’activité dans le lobe préfrontal gauche de leur cerveau, tandis que les personnes avec le lobe préfrontal droite plus actif ont tendance à se coincer dans les émotions négatives.

L’analyse du cortex cingulaire antérieur rostral peut être significatif: une étude d’imagerie cérébrale a révélé que, lorsqu’on leur demandait de réfléchir à des événements positifs futurs, les plus optimistes avaient une activité plus élevée dans cette région, située le long de la ligne médiane du cerveau et semblant jouer un rôle dans la modération des réactions émotionnelles. Les dysfonctionnements dans ce domaine peuvent causer la dépression ou l’anxiété.

Vous aimerez aussi :  Daïla Lama: Derrière notre anxiété, la peur de ne pas être nécessaire

Certaines personnes utilisent une technique appelée «restructuration cognitive». Au lieu de sombrer dans le pessimisme, elles se demandent s’il existe une base rationnelle pour une pensée négative. Sinon, elles l’oublient.

Elles finissent par admettre: « Je me suis rendu compte que nous avons le contrôle si le verre est à moitié vide ou à moitié plein. »

Comment être plus positif ?

Nos cerveaux ne sont pas câblés pour l’optimisme ou le pessimisme, donc vous pouvez apprendre à accentuer le positivisme.

Voici comment faire:

  • Apprenez à méditer. Un programme de méditation quotidienne – en essayant de rester dans le moment présent, et sans pensées distrayantes – pourra vous aider.
  • Pensez par trois. Environ trois moments positifs sont nécessaires pour contrer un négatif, selon Barbara Fredrickson. Vous pouvez piocher parmi vos moments favoris: écouter de la musique que vous aimez, vous balader en forêt, ou prendre de l’affection auprès de vos animaux domestiques préférés.
  • Écrivez. Martin Seligman, psychologue et auteur du livre « Authentic Happiness », vous propose de créer un journal. Chaque nuit, écrivez trois bonnes choses qui se sont déroulées aujourd’hui, et trouvez une explication pour pourquoi chacun de ces moments sont arrivés.