Currently set to Index
Currently set to Follow

Comment développer sa créativité lorsque l’on est confiné(e)

En ce moment de crise sanitaire planétaire, nous vivons un changement de paradigme, et ce passage vers un nouveau monde va nous amener à modifier notre vision des choses, à revisiter nos anciens schémas comportementaux, à se réinventer…

 

Il paraît que nous sommes tous nés créatifs, et pas forcément tous faits pour occuper des métiers artistiques, mais chacun d’entre nous a la capacité de RÊVER.

Et si le temps dont nous disposons en cette période de confinement était un précieux allié pour laisser émerger ce que nous avons enfoui en nous depuis longtemps ?


Notre capacité à rêver, à être dans les nuages, à laisser notre esprit vagabonder…

Sans rien attendre en retour…

Et si vous décidiez de libérer votre créativité, même confiné(e) dans un 20 m2, en allant  réveiller en vous l’enfant intérieur, votre spontanéité ?

 

4 clés du coaching pour libérer votre créativité (quel que soit votre mode de confinement)

Clé N°1 : Transformez votre home sweet home en atelier (surtout si votre habitat est petit)

  • Transformez votre studio (ou votre maison) en atelier d’artiste ou en grenier d’enfance… où vous laisserez votre imaginaire prendre le dessus.
  • Déplacez vos meubles et amusez-vous à donner une autre ambiance à votre intérieur ; cela aura un effet rafraîchissant et vous permettra de ne pas vous sentir trop à l’étroit…
  • Replongez-vous dans vos anciennes photos qui feront émerger des souvenirs agréables dont vous pourrez vous inspirer.

 

Clé N°2 : Reprenez contact avec votre enfant intérieur

« Tous les enfants sont des artistes, le problème, c’est de rester artiste, une fois adulte » Pablo Picasso.

Reprendre contact avec son enfant intérieur, c’est faire éclore sa spontanéité, sa joie de vivre propre à l’enfance, sans avoir peur du jugement.

Testez votre spontanéité d’enfant avec cet exercice :

A faire rapidement sans trop réfléchir (car la rapidité tue le « censeur ») :

  • Installez-vous, les jambes croisées en tailleur ou allongé(e) sur le sol :
  • Listez sur une feuille :
    • – les 5 hobbies qui vous semblent drôles
    • – les 5 choses que vous ne feriez jamais et qui vous semblent drôles
    • – les 5 compétences que vous jugez amusantes de posséder
    • – les 5 choses que vous aimiez faire enfant
    • – les 5 choses  un peu folles et déraisonnables que vous aimeriez faire dès à présent
  • Puis, retenez 1 seule chose de chaque catégorie et mettez-la en pratique tout de suite (si ce n’est pas réalisable, gardez- la pour l’après-confinement)

 

Clé N°3 : Soyez dans les nuages, cela permet de prendre de la hauteur !

RÊVEZ… C’est être moins pragmatique.

Selon l’équipe du Professeur Christoff de l’université de Colombie, un esprit qui vagabonde serait le reflet d’un cerveau très actif.

La rêverie aurait comme avantage de stimuler l’utilisation de nos fonctions cognitives (mémoire, langage, raisonnement, fonctions exécutives).


Quelques lectures intéressantes:

Rêver permet aussi de trouver des solutions à un problème, résoudre un conflit interpersonnel et surtout de changer son regard sur  soi-même, les autres et le monde.

Dans l’histoire, des inventions sont nées de la rêverie.

Pensez à l’anecdote (légende ou pas) de la pomme tombée sur la tête d’Isaac Newton, alors qu’il faisait une sieste sous un pommier d’où serait née sa théorie de la gravitation universelle.

Clé N°4 : Osez !

La plupart du temps, nous restons bloqués dans un domaine, une expérience de notre vie, car cela nous paraît plus sécurisant. On appelle cela la zone de confort qui finit souvent au fil du temps par devenir inconfortable.

Nous n’osons pas laisser libre court à notre créativité car nous avons peur de l’inconnu, du jugement d’autrui, de ne pas être à la hauteur…
Et toutes nos croyances et injonctions familiales peuvent  émerger et renforcer nos blocages.

Alors comment s’affranchir de ces croyances limitantes ?

 

Comment OSER ?

  • Soyez pleinement dans l’ici et maintenant , sans être nostalgique de votre passé et sans faire de plan sur la comète sur un avenir qui est encore incertain.
  • Soyez égoïste, faites d’abord les choses pour VOUS et ne tenez pas compte du regard des autres et de leur jugement.
  • Soyez audacieux(se), et ne vous censurez-pas.
  • Ouvrez votre champ des possibles.

 

Et quelle que soit votre façon de vous exprimer (par la peinture, l’écriture, la musique, la sculpture, la cuisine, le chant, la broderie, les collages…), pensez d’abord à votre plaisir immédiat à accomplir cette activité, à vivre cette expérience.

L’avantage d’être confiné(e), c’est d’être entouré(e) de peu de personnes, alors profitez-en pour « lâcher–prise» et peu importe le résultat !

Pas de notes, de sanctions, et encore moins de challenges… Seulement le plaisir dans la spontanéité !

Et tout comme le ferait un enfant, riez et partagez si le résultat vous plaît, et si ce n’est pas le cas, vous pouvez toujours recommencer !

« Vous êtes perdu dès l’instant où vous savez le résultat » Juan Gris, peintre cubiste.

 

Après tout,  vous avez encore du temps (jusqu’au 11 mai)  pour refaire votre esquisse, peaufiner votre recette ou encore réécrire votre chanson du confinement !

Ce que vous pouvez retenir

  1. Transformer son  habitat en atelier d’artiste
  2. Recontacter son enfant intérieur : être spontané(e)
  3. Rêver pour prendre de la hauteur
  4. Oser (s’exprimer quel qu’en soit le mode)

 

Article rédigé par Flore Thuong, le 17/04/20
Coach professionnelle de transitions de vie certifiée RNCP
Sophrologue certifiée RNCP
Praticienne en hypnose Ericksonienne certifiée
Prendre rendez-vous pour une séance à distance
email : flore.thuong@free.fr
tel : 06 75 04 08 92

Disclaimer: Un accompagnement en coaching ou sophrologie ne peut se substituer à un traitement médical




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com