Comment arrêter de fumer: Casser l’addiction au tabac avec l’hypnose

Par Fériel Berraies Praticienne en Hypnose Ericksonienne ( formée à  Xtréma Paris)

Arrêter de fumer  est une décision personnelle et réfléchie. Elle doit exister avant d’avoir recours à toute thérapie brève (Hypnose, Sophrologie) c’est une démarche personnelle et volontaire avant toute chose. Induire le contraire, et l’attribuer à la thérapie uniquement, est une illusion !

Aujourd’hui, de plus en plus de personnes se tournent vers ces méthodes,  pour arrêter de fumer : selon l’association Française pour l’étude de l’hypnose médicale (AFEHM), 67% des personnes ayant essayé l’hypnose arrêtent de fumer un mois après la séance.

Et même si les statistiques diminuent significativement dans le temps (45% de succès à 3 mois après la séance), on peut affirmer que près d’une personne sur deux arrête de fumer grâce à l’hypnose. Seule indication : la volonté réelle et un début de sevrage assumé. L’hypnose ne programme pas la volonté des patients, elle ne porte ses fruits que seulement si, la personne a réellement décidé d’arrêter. Une fois cet engagement pris, et malgré les périodes difficiles de sevrage, et même si l’on est souvent tenté de « rechuter » le travail devient plus facile.

Comment fonctionne l’Hypnose ?

L’hypnose permet d’installer une détente et un lâcher prise et un état de conscience modifié qui a pour but de favoriser le relâchement des tensions, une sorte d’histoire « vierge » où l’on va réécrire l’histoire du sujet avec un nouveau chapitre « sans tabac ».

Avec le recadrage du « comportement », on permet ainsi de reprogrammer les mauvaises habitudes jusqu’alors automatisées par l’inconscient qui par le passé, considéraient qu’elles étaient essentielles pour le sujet, voire vitale.

Tabagisme, un trouble compulsif

Beaucoup de circonstances de la vie quotidienne appellent l’envie de fumer : des situations qui  provoquent toujours un même automatisme, celui d’allumer une cigarette – par reflexe mécanique irréfléchi et non par besoin. Il s’agit là d’un geste purement machinal où la main prend automatiquement une cigarette et l’allume.

Allumer la cigarette devient un rite, une habitude qui rassure, qu’il s’agisse de boire son café le matin, après l’amour, quand on est stressé au boulot, qu’on s’engueule avec sa femme ou que notre journée a été pourrie ou pour se donner l’illusion qu’on mangera moins car cela coupe l’appétit ou que parce que ça fait cool entre potes !

Vous aimerez aussi :  Traitement des phobies par hypnose: comment recadrer la phobie pour générer un nouveau comportement ?

On ancre « un pattern » un comportement que le cerveau finit par inscrire. Ce cerveau qui associera détente, plaisir, à  l’action de fumer. La cigarette notre meilleur pote, la cigarette antidépresseur, anti anxiété, le placebo de toute votre vie. Elément indissociable de votre vie, de vos  habitudes, le réceptacle de vos émotions, de jours en jours, de mois en mois, d’années en années. Fatalement, vous devenez addict au tabac avec les répercussions sur votre santé bien que conscients vous n’avez pas le courage de dire STOP it !

Substitution par l’Hypnose

L’hypnose va aider le sujet à combattre cette dépendance en le remplaçant par quelque chose de bénéfique : une meilleure gestion de ses émotions,  une meilleure valorisation de soi de sa confiance, une meilleure capacité de concentration ou substituer cela à l’envie  de faire du sport pour ne citer que quelques exemples.

Les Histoires encastrées: une technique pour modifier le comportement

Pour ce faire, la méthode des histoires encastrées, une technique qui consiste à encastrer plusieurs histoires les unes avec les autres, est utilisée. Le discours du guide ou thérapeute avec son sujet, sera essentiellement axé sur des  métaphores, sortes  d’histoires multiples que je vais  réinventer au fur et à mesure en prenant soin d’utiliser les termes, les expressions et les idées (champ lexical et ressources de mon patient)

Cette technique permet au patient, pendant la séance, de sentir en totale confiance dans un environnement qui se nourrit de son histoire et de ses ressources. Toutes ces histoires sont ensuite articulées selon le schéma d’histoires dites encastrées, avec le dessein de  favoriser la manque de concentration (confusion)  et l’amnésie (faire oublier le mauvais comportement)  : l’instruction clef se retrouve par conséquent perdue au milieu de phrases à tiroirs.

La méthode des histoires enchâssées, consiste à raconter une première histoire que je ne termine pas. J’entame ensuite une seconde histoire, que je ne termine pas non plus. Et il en va de même pour la troisième puis la quatrième histoire.

Vous aimerez aussi :  Le guide pour trouver un bon hypnothérapeute à Montpellier

On atteint à ce stade un manque de concentration total chez le patient qui amène ce dernier dans une sorte d’amnésie au cours de laquelle il ne souvient généralement plus des deux premières histoires.

Arrive alors la cinquième histoire qui contient le cœur de la solution : dans cette dernière histoire, j’imbrique l’arrêt du tabac tout en insistant sur le fait que c’est le patient lui-même qui a décidé d’arrêter de fumer et que ceci est une excellente décision, un excellent choix. Et comme il s’agit de sa propre décision et celle de personne d’autre, il se doit de respecter ses choix comme ses décisions. Cela sous-entend qu’aucun ordre ni suggestion post-hypnotique pour l’arrêt du tabac ne soit imposé et que de ce fait, le patient est maître de son choix, lui et lui seul. C’est lui qui va faciliter l’arrêt définitif du tabac puisqu’il décide qu’il n’a plus ni envie, ni besoin de fumer.

A l’issu de cette cinquième histoire, je termine la quatrième histoire, puis la troisième, puis la seconde et enfin la première. A ce stade, le patient a complètement oublié (consciemment mais non inconsciemment) la partie arrêt du tabac, ce qui est le but recherché. De plus, comme le cerveau gère toute la biochimie du corps (température, pression sanguine, digestion, etc.) je  demande à cette partie du cerveau de remettre à jour toutes les parties concernées par l’absence d’apport en nicotine, ce qu’il sait très bien faire.

A l’issue de ma séance, je peux convenir avec mon patient, de tenir un genre de tableau de bord, pour voir s’il a craqué ou non, et si oui de noter l’importance de la pulsion cigarette d’une échelle allant de 1 à 3 ( en terme de force de la pulsion)

Comme il est probable que le protocole tabac prenne plusieurs séances, un forfait accompagnement avec l’hypnothérapeute est aussi possible.

Fériel Berraies
Sophrologue et hypnothérapeute
fbhypno@gmail.com