buis médicinal: 4 remèdes naturels et leurs bienfaits

Le buis (Buxus sempervirens, Célastracée) est un arbuste  à feuilles persistantes et à odeur caractéristique, appartenant au genre Buxus et à la famille des Buxacées.

Le buis est utilisé en phytothérapie pour ses feuilles séchées (Folium buxii) et parfois l’écorce de la racine.
Au XIIéme siècle Hildegarde de Bingen (1098-1179) bénédictine mystique, compositrice et botaniste, le recommande contre la variole.

Mathias de l’Obel (ou de Lobel ou Lobelius ou Delobel) médecin et botaniste flamand (1538-1616) de la Renaissance, le préconisait comme anti diarrhéique et fébrifuge.


Les médecins du XVIIème siècle comme dépuratif et en application locale contre la calvitie et le siècle suivant comme fébrifuge.

François-Joseph Cazin (1788-1864) médecin français, auteur du: “Traité pratique et raisonné des plantes médicinales indigènes”, conseille le buis, en mettant à profit les qualités dépuratives et sudorifiques du buis. Ce médecin recommandait l’utilisation du buis comme remède contre les rhumatismes, la goutte, la calvitie et les maladies de peau. Le buis fut même utilisé dans le traitement de la syphilis.

Henri Leclerc (1870-1955) médecin français et grand historien de la phytothérapie, considèrait le buis comme cholagogue, laxatif, sudorifique et utile dans les fièvres intermittentes en teinture (4 g /j).

Source: www.after-plastie.com

Parties utilisées : feuilles, écorce de la racine.


Quelques lectures intéressantes:

Principaux composants : buxine (alcaloïde), résine, buxéine…

Propriétés :

  • sudorifique
  • dépuratif
  • laxatif
  • cholagogue
  • fébrifuge
  • désinfectant et cicatrisant.

Indications :

  • insuffisance biliaire
  • infections des voies biliaires
  • affections fébriles (paludisme)
  • rhumatismes, goutte
  • syphilis
  • troubles nerveux
  • épilepsie
  • plaies atones et infectées.

Mode D’emploi :

Usage interne :

  • écorce et feuilles : infusion : une cuillerée à des­sert pour une tasse d’eau. Bouillir et infuser 10 minutes. 2 ou 3 tasses par jour
  • décoction de feuilles sèches pulvérisées comme sudorifique: 40 g par litre d’eau. Bouillir à réduction de moitié. Boire le matin à jeun, en 3 fois, et rester au chaud

(ces deux préparations sont difficilement supporta­bles par l’estomac)

  • teinture ou alcoolature comme fébrifuge dans les infections biliaires, les fièvres intermittentes: 4 g par jour (25 gouttes avant les 2 grands repas,).

Usage externe :

  • décoction de feuilles en lavages, pansements, bains pour les ulcères et plaies gangreneuses.

Crédit photo: www.marieclairemaison.com

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com