Balai doux: Propriétés, Indications et Usages thérapeutiques

Nom scientifique: SCOPARIA DULCIS

Autres appellations :

Tapixaba – Tupeiçva, Tupixaba – Vassourinha do campo – Balai doux (Antilles françaises) – Thé savane (Guyane française).

Origines :

Pousse dans tout le Brésil.


Description :

Plante herbacée, d’environ 40 à 50 cm.

  • Feuilles pétiolées, ovales, lancéolées, opposées ou ver- ticillées, dentées et glabres, petites, bleutées.
  • Fleurs blanches, petites, axillaires.
  • Fruit globuleux, petit, calice denté sur un long pédon­cule, renfermant de nombreuses graines toutes petites.

Parties utilisées :

Toute la plante.

Composition chimique :

Elle est mal connue (Diniz da Silva).

Indications thérapeutiques :

  • Emollient, béchique, pectoral, fébrifuge (Meira Penna).
  • Employé dans les catarrhes pulmonaires, la bronchite, les maux d’oreilles.
  • En traitement externe, contre les hémorroVdes (Descourti Iz) . Très utilisé dans la médecine domestique en Minas Gérais.
  • En Guyane française, le suc passe pour odontalgique et en Guyana pour tonique (Pio Corrêa).
  • La décoction de la racine, astringente et muci Iagineuse, entre dans la composition d’une tisane antiblennorragique et pour régulariser la menstruation (Heckel).
  • Toute la plante est émétique.
  • Les feuilles sont amères et utilisées dans les affections fébri les (Cabre).

 

Le balai doux s’est répandu comme une mauvaise herbe dans les tropiques où il est encore largement utilisé comme herbe médicinale: pour traiter des pathologies telles que les problèmes digestifs, les troubles pulmonaires, les fièvres et les désordres cutanés (botany.si.edu). La plante est considérée comme une plante antibilieuse, antibiotique, antidote, aphrodisiaque, amère, purificatrice de sang, émétique, fébrifuge, hépatique, hypoglycémique et gastro-intestinale (botany.si.edu).

Les racines et les feuilles sont traditionnellement utilisés en Inde, en Indochine et en Asie du Sud-Est comme analgésiques, diurétiques et antipyrétiques, pour traiter les troubles gastriques tels que la diarrhée et la dysenterie, ainsi que pour la toux, la bronchite, l’hypertension, les hémorroïdes et les piqûres d’insectes.

La recherche a montré que la plante contient un certain nombre de substances médicamenteuses actives – les parties aériennes contiennent environ 4% d’une huile visqueuse qui, outre les acides gras comme l’acide stéarique, myristique et linolénique, contient également une série de diterpènes.

Les parties aériennes contiennent également des composants azotés et des flavonoïdes.

La scopaduline, un diterpène des parties aériennes, a montré une activité antivirale légère.


Quelques lectures intéressantes:

L’activité antivirale du scopadulciol, un diterpénoïde tétracyclique, s’est révélée inhiber la réplication du virus, comme le montre la réduction de la production virale.

Il a été démontré que l’acide scopadulcique B a une action inhibitrice de tumeur et qu’il inhibe la réplication du virus de l’herpès simplex de type 1.

Les tiges et les feuilles fraîches contiennent un composé appelé amelline, que certains pensent disposer d’une action thérapeutique importante contre le diabète.

L’administration orale d’amelline soulage les symptômes de la glycosurie, réduit l’hyperglycémie et augmente le nombre de globules rouges. Il s’est également révélé utile dans l’anémie, l’albuminurie, la cétonurie, la rétinite et d’autres complications associées au diabète sucré. Contrairement à l’insuline, l’amelline ne fait pas baisser la glycémie en dessous de la normale et la réduction de la glycémie dans le sang et l’urine se produit graduellement. (proseanet.org)

Au cours d’un essai clinique, 25 personnes en bonne santé et 30 gingivites ont reçu des bains de bouche contenant 1 % d’extrait aqueux de la plante ou 0,02 % de gluconate de chlorhexidine pendant 6 semaines. On a observé une légère augmentation de l’inflammation gingivale chez les personnes atteintes de gingivite à l’aide de l’extrait, mais l’activité antiplaque était semblable à celle de la chlorhexidine (0,02 %).

L’ensemble de la plante est utilisé pour traiter un large éventail de troubles, notamment le diabète, l’herpès, la toux et le rhume, la fièvre, les nausées, les étourdissements, et comme un antidote pour les morsures de serpent et l’intoxication au manioc. À faibles doses, souvent dans le lait, il est utilisé pour soulager les vomissements chez les nourrissons, alors qu’ à plus grande dose, il est utilisé pour faire vomir afin d’éliminer le système digestif.

Une décoction de la plante est utilisée comme traitement contre la fièvre rémittente et la gonorrhée, ainsi que pour provoquer le travail. Une décoction à froid de la plante est utilisée comme remède contre les troubles du gravier et des reins.

Les plantes fraîches ou séchées sont utilisées à l’extérieur pour traiter un large éventail de problèmes cutanés, y compris les boutons, l’impétigo, les ulcères, l’eczéma, les eczémas, les contusions et les contusions.

Une infusion d’herbe est utilisée comme bain de bouche pour les gencives infectées.

Les feuilles sont mâchées pour traiter la toux; elles ont d’abord un goût amer puis sucré (comme la réglisse). Ils étaient autrefois utilisés dans le traitement du diabète. Les feuilles sont macérées dans de l’eau tiède et buvées abondamment lorsqu’elles sont refroidies dans le traitement des maux de tête fiévreux.

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com