Les antibiotiques dans vos aliments : Devez-vous vous sentir concerné ?

La demande pour les produits alimentaires « élevé sans antibiotiques» est en forte croissance.

En 2012, les ventes de ces produits ont augmenté de 25% au cours des trois dernières années (1).

La surutilisation des antibiotiques chez les animaux producteurs de denrées alimentaires est blâmée pour l’augmentation des bactéries résistantes, appelées aussi «superbactéries».


Lorsque celles-ci sont transmises à l’homme, elles peuvent causer des maladies graves.

Cependant, d’autres experts suggèrent que l’utilisation d’antibiotiques chez les animaux producteurs de denrées alimentaires pose très peu de risques pour la santé humaine.

Cet article explore la façon dont les antibiotiques sont utilisés dans les aliments et leurs conséquences potentielles sur votre santé.

L’utilisation d’antibiotiques dans l’alimentation des animaux producteurs

Les antibiotiques sont des médicaments utilisés pour traiter les infections bactériennes. Ils travaillent en tuant ou en arrêtant la croissance des bactéries nuisibles.

Depuis les années 1940, les antibiotiques ont été donnés aux animaux d’élevage comme les vaches, les porcs et les volailles, afin de traiter des infections ou prévenir une maladie de se propager.

De faibles doses d’antibiotiques sont également ajoutées à l’alimentation animale pour favoriser la croissance. Cela signifie une plus grande production de viande ou de lait dans des périodes plus courtes (2).

Ces faibles doses peuvent également réduire les taux de mortalité des animaux et améliorer la reproduction.

Pour ces raisons, l’utilisation d’antibiotiques est devenue très répandue dans l’agriculture. En 2011, 80% de tous les antibiotiques vendus aux États-Unis étaient pour une utilisation chez les animaux producteurs de denrées alimentaires (3).

Conclusion : Les antibiotiques sont des médicaments utilisés pour traiter les infections bactériennes. Ils sont largement utilisés dans l’agriculture animale pour traiter les maladies et promouvoir la croissance.

La quantité d’antibiotiques dans les aliments est très faible

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, les chances que vous en consommez des antibiotiques à travers les aliments d’origine animale sont extrêmement faibles.

Une législation stricte est actuellement en place aux États-Unis pour veiller à ce qu’aucun des produits alimentaires contaminés ne soit en mesure d’entrer dans l’approvisionnement alimentaire.

Des lois similaires sont en place au Canada, en Australie et l’Union européenne.

En outre, les vétérinaires et les propriétaires d’animaux sont tenus de veiller à ce que tous les produits d’origine animale qu’ils produisent sont sans médicaments avant de pouvoir être utilisés comme nourriture.

Des périodes de retrait des médicaments sont appliquées avant de traiter des animaux, des œufs ou du lait sont utilisés comme nourriture. Ceci donne le temps pour que les médicaments sortent complètement du système de l’animal.

Le département américain de l’Agriculture (USDA) a un processus strict de test de toutes les viandes, la volaille, les œufs et le lait pour les composés indésirables, y compris les résidus d’antibiotiques (4).

Conclusion : En raison de la législation gouvernementale stricte, il est extrêmement rare que les antibiotiques donnés à un animal n’entrent dans votre approvisionnement alimentaire.

Il n’y a aucune preuve que les antibiotiques dans les aliments nuisent aux personnes directement

Aucune preuve ne suggère que des antibiotiques dans les produits alimentaires ne portent directement atteinte aux personnes.

En fait, les chiffres de l’USDA ont montré que la quantité de produits d’origine animale ayant des résidus d’antibiotiques était extrêmement basse, et ceux qui en ont sont éliminés.

En 2010, moins de 0,8% des produits alimentaires d’origine animale ont eu des résultats positifs pour une certaine forme de contamination, y compris les résidus d’antibiotiques (5).

Les produits confirmés comme positifs ne pénètrent pas dans la chaîne alimentaire. Les producteurs qui enfreignent de manière répétée les règlements sont publiquement exposés – un système qui décourage toute faute.

Conclusion : Il n’y a aucune preuve suggérant que les antibiotiques sont consommés à partir de produits alimentaires d’origine animale, et encore moins qu’ils aient causé des dommages à l’homme.

La surutilisation des antibiotiques chez les animaux peut augmenter les bactéries résistantes

Les antibiotiques sont généralement bien lorsqu’ils sont utilisés correctement pour traiter ou prévenir les infections.

Cependant, l’utilisation excessive ou inappropriée est un problème. Lorsque les antibiotiques sont surexploités, ils finissent par devenir moins efficaces pour les humains et les animaux.

En effet, les bactéries qui sont fréquemment exposées à des antibiotiques développent une résistance à ces substances. En conséquence, les antibiotiques ne sont plus aussi efficaces pour tuer les bactéries nocives. Ceci est une grande préoccupation pour la santé publique (6).

La Food and Drug Administration américaine (FDA) a reconnu cette préoccupation et a mis à jour de ses règlements afin de réduire l’utilisation inutile d’antibiotiques dans le bétail.

Conclusion : L’utilisation excessive d’antibiotiques peut augmenter les bactéries résistantes, rendant les antibiotiques moins efficaces pour les animaux et les humains.

Les bactéries résistantes peuvent se propager aux humains, avec un risque grave pour la santé

Les bactéries résistantes peuvent être transmises des animaux producteurs de denrées alimentaires aux les humains dans de plusieurs façons.

Si un animal est porteur de bactéries résistantes, il peut être les transmettre par la viande qui non manipulée ou non cuite correctement.

Vous pouvez également avoir ces bactéries en consommant les cultures vivrières qui ont été traitées avec des engrais contenant du fumier animal avec des bactéries résistantes.

Une étude a révélé que les personnes vivant à proximité de champs de cultures traités avec des engrais de fumier de porc sont à un risque plus élevé d’infection par les bactéries résistantes SARM (7).


Quelques lectures intéressantes:

Une fois que ça se propage vers l’homme, les bactéries résistantes peuvent rester dans l’intestin humain et se propager entre les individus. Les conséquences de la consommation des bactéries résistantes comprennent (8):

  • Les infections qui ne seraient pas arrivées autrement.
  • L’augmentation de la gravité des infections, y compris souvent des vomissements et de la diarrhée.
  • Des difficultés dans le traitement des infections et plus de chances que les traitements échouent.

Aux Etats-Unis, chaque année environ deux millions de personnes sont infectées par des bactéries résistantes par un ou plusieurs des antibiotiques normalement utilisés pour traiter les infections (9).

Parmi ces personnes, au moins 23.000 meurent chaque année. Beaucoup d’autres eux meurent d’autres conditions aggravées par l’infection (9).

Conclusion : Les bactéries résistantes peuvent être transférées de l’animal à l’homme par des produits alimentaires contaminés, causant des infections et même la mort.

Les bactéries résistantes dans les produits alimentaires

Les bactéries résistantes dans les aliments des supermarchés sont beaucoup plus fréquentes que vous ne pourriez le penser.

Les bactéries nocives fréquemment déclarées dans les aliments comprennent la Salmonella, le Campylobacter et l’E. Coli.

Sur 200 échantillons de viande de supermarché américain de poulet, bœuf, dinde et porc, 20% contenaient des Salmonella. Parmi ceux-ci, 84% étaient résistants à au moins un antibiotique (10).

Un rapport a révélé des bactéries résistantes dans 81% de viande hachée de dinde, 69% des côtelettes de porc, 55% de bœuf haché et 39% de poitrines de poulet, ailes et cuisses dans les supermarchés américains (11).

Une autre étude a testé 136 échantillons de bœuf, de volaille et de porc de 36 supermarchés américains. Près de 25% ont été positifs pour la bactérie SARM résistante (12).

De nombreux produits prétendent être «élevé sans antibiotiques», y compris certains qui sont étiquetés biologiques. Cela ne signifie pas que ces produits sont exempts de bactéries résistantes.

Les preuves suggèrent que ces produits contiennent encore des bactéries résistantes, même si elles sont un peu moins résistantes que les produits réguliers cultivés à l’aide d’antibiotiques.

Une étude a révélé que les poulets organiques ont été plus fréquemment contaminés par des bactéries comme la Salmonella et le Campylobacter que les poulets non-organiques. Cependant, les bactéries organiques chez les poulets étaient légèrement moins résistantes aux antibiotiques (13).

Encore une fois, la prévalence des bactéries entérocoques était de 25% plus élevée dans le poulet organique que le poulet non-organique. Cependant, la quantité de bactéries résistantes était presque 13% de moins dans le poulet organique (14).

Une autre étude a révélé que sur 213 échantillons, la fréquence de résistance aux antibiotiques de l’E. Coli a tendance à être légèrement plus faible pour le poulet élevé sans antibiotiques, par rapport au poulet régulière (15).

Conclusion : Les bactéries résistantes sont fréquemment retrouvées dans les produits alimentaires d’origine animale. Les aliments étiquetés «bio» ou «élevé sans antibiotiques» peuvent avoir des quantités légèrement inférieures de bactéries résistantes.

Pourquoi vous n’avez probablement pas besoin de vous préoccuper

Il n’y a aucune preuve claire reliant directement l’utilisation des antibiotiques chez les animaux producteurs de denrées alimentaires à la maladie accrue due à des bactéries résistantes chez l’homme.

Un examen a conclu que le danger pour la santé est très faible, car une cuisson adéquate détruit les bactéries nuisibles (16).

Il se peut en fait que ce soit l’usage humain des antibiotiques qui provoque la majeure partie de la résistance aux bactéries (16).

Fait intéressant, la propagation des bactéries comme le SARM provenant de porcs infectés aux agriculteurs est commun (17).

Cependant, la transmission au grand public est rare. Une étude au Danemark a indiqué que la probabilité de transmission à la population était de seulement 0,003% (18).

Si les produits alimentaires sont cuits correctement et les bonnes pratiques d’hygiène sont respectées, alors le risque est extrêmement faible.

Conclusion : Il n’y a pas de lien clair entre l’utilisation d’antibiotiques chez les animaux et les bactéries à infections résistantes chez l’homme. Le risque pour la santé humaine est susceptible d’être faible, puisque la cuisson adéquate détruit les bactéries dans les aliments.

Comment faire pour réduire le risque de maladie

Il peut être impossible d’éviter complètement les bactéries résistantes dans les aliments d’origine animale.

Cependant, il y a des choses que vous pouvez faire pour réduire considérablement le risque:

  • Pratiquer une bonne hygiène alimentaire: Se laver les mains, utiliser des planches à découper différentes pour différents aliments et laver les ustensiles à fond.
  • Veiller à ce que la nourriture soit cuite correctement: La cuisson de la viande à la température appropriée devrait tuer toutes les bactéries nocives.
  • Acheter des aliments sans antibiotiques: Vous pouvez réduire encore davantage le risque en recherchant des marques qui disent que c’est organique, élevé sans antibiotiques ou sans antibiotique.

A retenir

Le débat sur l’utilisation des antibiotiques chez les animaux continue.

Bien qu’il n’y ait aucune preuve que les antibiotiques dans les aliments nuisent aux hommes directement, la plupart conviennent à ce que la surutilisation des antibiotiques chez les animaux producteurs de denrées alimentaires est un problème.

Cela peut contribuer au développement et à la propagation de bactéries résistantes aux médicaments, ce qui constitue un risque potentiel pour la santé publique.

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com