2 recettes médicinales efficaces à base d’amandier (Amygdalus commurtis)

L’amandier est un arbre fruitier, de 5 à 12 mètres de haut , à racine puissante et pivotante,à feuilles caduques, à fleurs blanches ou roses. Il possède une écorce lisse, des feuilles lancéolées à bords dentés. L’amande (son fruit) est une drupe à chair fumée non consommable. Le noyau contient une ou deux amandes consommables. Les fleurs sont de couleur blanc-rose. Elles sont très sensibles aux gelées printanières et apparaissent au printemps, avant les feuilles, sur des rameaux formés l’année précédente. Le noyau contient une ou deux amandes consommables.

Informations sur la récolte et la culture

L’amandier que l’on croit originaire d’Asie centrale est connu à l’état sauvage depuis des siècles. Cultivé depuis des millénaires en Asie, et dans les pays méditerranéens, sa culture a été introduite par les Grecs au 5e ou 6e siècle avant notre ère, puis s’est répandue plus tard en Italie, en Espagne et dans le sud de la France. Il est aujourd’hui cultivé et naturalisé dans toutes les zones tempérées chaudes.
Généralement l’amandier est autostérile, et, à moins de faire des greffes, il doit y avoir à proximité d’autres amandiers pour sa pollinisation par les abeilles. La récolte a lieu lorsque les fruits sont mûrs, vers la fin de l’été, par gaulage ou secouage mécanique ; aussitôt après la récolte on pratique l’écalage, qui consiste à retirer l’enveloppe autour du noyau. – La multiplication se fait par greffage.. Les plants (scions) sont préparés en pépinière et sont plantés pendant la phase de repos végétatif au bout de 1 ou 2 ans. (source: http://www.france-nature.com)


Quelques lectures intéressantes:


  • Parties utilisées : feuilles, fleurs, coques.
  • Propriétés :
    • émollient
    • calmant
    • diurétique
    • fébrifuge
    • purgatif
  • Comment l’utiliser?
    • contre les toux quinteuses (coqueluche) et l’insuffisance hépatique: feuilles et fleurs : en infusion : 30 g de feuilles et 15 g de fleurs pour 1 litre d’eau. Infuser 10 minutes. 1 tasse avant chaque repas (foie), 4 tasses entre les repas (toux)
    • coques : pectorales et calmantes (coqueluche) : 2 poignées par litre d’eau. Bouillir 20 minutes. Par petites tasses dans la journée.

Crédit photo: booksofdante.wordpress.com




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com