Accompagnez votre carence affective par la méthode douce !

Chacun de nous a son arbre de vie, ce que l’on a reçu comme amour, durant notre enfance, forgera notre devenir adulte.

Pour beaucoup d’entre nous, la conception de l’amour n’est pas toujours la même.

Le quota de ce que l’on aura reçu (ou pas) déterminera notre devenir émotionnel une fois grand.


On entend souvent parler de ces enfants en manque d’amour, sevrés, qui finissent par grandir avec un vide et un besoin énorme.

Adultes, ils seront à la recherche de cet amour perdu, ce besoin d’affect qui fera qu’ils seront des êtres assez incomplets, assez instables ou à contrario durs, sans affect.

Bien sur, seule la résilience et la force morale d’un individu déterminera le devenir de tout un chacun, mais il n’est pas rare toutefois de constater des phénomènes d’extrême addiction, de manque, voire de dépendance, qui pourraient in fine pervertir le bon développement émotionnel de l’individu.

Ou pire, mettre en péril toute tentative de construction affective plus tard.

Car une carence affective n’est pas une chose légère:

soit on développera une empathie trop développée pour le monde, au risque de se détruire, soit on fuira toute relation qui pourrait nous sembler « dangereuse », par peur justement de se sentir cannibalisé et dépendant.

Ce billet je l’écris pour ces enfants qui ont grandis avec ce manque, devenus adultes aujourd’hui, qui traînent en leur coeur ce trou béant émotionnel, qui les rend fragiles et hypersensibles.

Dans un monde dénué de sens, d’émotions, où le #fastsex #fastlove #fastémotions prévaut.

Il est difficile de son construire émotionnellement et surtout d’affronter ces conflits intérieurs, si en prime durant notre enfance nous avons été privés de cet amour inconditionnel du parent.

Etre aimé est vital pour l’humain, comme l’animal.

Lorsque nous sommes parents, il est de notre devoir de faire attention à l’équilibre de nos enfants.

Le « manque » chez ces derniers pourraient s’accompagner de syndromes physiques et de changements au niveau du comportement: refus d’aliment, apathie, performances intellectuelles qui se dégradent etc.

Le taux d’immunité peut aussi changer et amener par exemple l’énurésie.

Chez les adolescents, il faut surveiller de près les conduites asociales, ou la consommations de drogues notamment qui sont de sérieux signaux.

Chez l’adulte, des activités de compensation vont se mettre en marche, l’hyperactivité, l’altruisme exacerbé etc.

Ce manque ou cette carence entraîneront alors des difficultés psychologiques:  névroses, timidité, voire un état dépressif grave pouvant pousser au suicide.

Comment s’en sortir ?

Si vous êtes vous même concerné(e), la sophrologie peut vous aider en travaillant d’abord votre miroir, et en vous aidant à booster votre image émotionnelle de vous même.

Vous pouvez également vous orienter vers l’hypnose, la Sophrologie ou même la florithérapie.

Le travail est d’abord en vous, il vous faut avoir le courage de casser la spirale infernale qui entraîne de plus, une perte d’estime dangereuse pour votre équilibre.

Vous avez compris que la ressource pour un meilleur être est en vous et qu’il vous faut réagir. Vous savez que vous pouvez le faire mais pour cela, il faut lâcher prise des démons du passé et retrouver estime confiance et commencer d’abord à vous aimer, avant d’attendre l’amour des autres.

Il existe plusieurs méthodes de relaxation qui peuvent vous aider à prendre conscience des choses, à les apprivoiser avant de les accepter. Il faut vous ouvrir à elles, et certains exercices simples de sophrologie pourront vous amener à ce lâcher prise et à cet apaisement nécessaire à votre meilleur être.

D’autres techniques zen

La méditation, le Yoga, le Qi-gong par la respiration calme et profonde vous relaxeront et vous aideront à vous détacher progressivement de cette dépendance. Vous prendrez également soin de votre corps,  et vous verrez que votre regard va changer et vos attentes aussi.


Quelques lectures intéressantes:

Tournez la page du passé

En essayant d’ouvrir un nouveau chapitre. Affrontez votre quotidien en vous disant qu’il ne sert à rien de regarder en arrière et d’attribuer les « échecs » relationnels de votre vie d’adulte à cette carence, cet amour dont vous avez été privé.

La Sophrologie vous replace au cour de votre destin, vous êtes maître de changement et de votre meilleur être, plus de victimisation ni de pensées négatives qui pourraient vous enfermer dans l’échec émotionnel.

Vous méritez l’amour 

Prenez du temps pour vous et faites en sorte de réaliser des choses pour vous. Apprenez d’abord à faire des choses pour vous, à vivre pour vous.  Et si vous êtes en couple, ne suffoquez pas votre partenaire. Gardez à l’esprit que Walt Disney nous a intoxiqué et qu’il n’existe pas de prince charmant ni de  princesse!

N’ayez pas peur de ne pas être assez aimé ou de ne pas être aimé tout court.

Cultivez votre indépendance

Il est ici question d’équilibre, de construire son propre espace de vie et d’émotions, ce qui est très sain lorsque l’on est en couple.

N’étouffez pas votre partenaire, afin de renforcer votre relation et reprendre confiance en vous.

Et si vous n’avez pas de partenaire, ce n’est pas un drame non plus, quelque soit l’issue de vos rapports avec les autres, vous attirez les personnes positives si vous restez positive.

Débarrassez vous du syndrome d’abandon

Prenez le risque d’aimer, d’être aimé, ou de ne pas être aimé en retour comme vous le voulez aussi. Mais apprenez aussi à modérer votre demande d’amour plus exigeante envers les autres, plus importante que la normale. Cette nécessité de mesurer votre valeur à travers le regard de l’autre ou des autres est dangereuse et toxique.

Car si le moindre changement d’attitude, par exemple l’expression d’un désir sexuel moins intense ou moins fréquent ou un ton moins chaleureux vous déstabilise, vous allez vous inoculer des émotions très toxiques:  passant de l’inquiétude au doute ou à l’ angoisse. Et là vous allez commencer l’auto sabotage, voire l’autodestruction.

Aimez vous d’abord !

Inversons la donne.

Toutes ces choses que nous faisions pour lui ou elle, maintenant c’est à nous même qu’on va les faire:

Se faire du bien, se chouchouter et poser sur soi un regard plus indulgent notamment.

Apprenez à dialoguer avec votre «moi adulte et votre moi enfant».

Il existe pour cela un exercice en Sophrologie: « l’enfant intérieur » où vous allez revenir en arrière et rassurer cet enfant qui a souffert du manque, pour lui dire qu’il est aimé par vous et qu’il n’a jamais été seul.

En complément, faites du sport, adoptez un animal qui vous donnera de l’amour inconditionnel, ressourcez vous en ballade avec Gaia et un peu de Sylvothérapie: embrassez et serrez fort les arbres qui vous apaiseront.

Nourissez votre intellect de culture, d’Art, de voyages, sortez entre amis, faites vous beau ou belle. Tout cela vous donnera la confiance, la force et l’estime perdus et ainsi, solide et en confiance, vous pourrez enfin être sur un même pied d’égalité avec votre partenaire actuel ou futur!

Aimez vous d’abord, aimez les autres ENSUITE !

Vous souffrez de dépendance affective ou-vous que votre partenaire en souffre? contactez le bon thérapeute.

Article rédigé par Fériel Berraies
Sophrologue et Hypnothérapeute, en formation en Naturopathie
Prix Sanitas de l’innovation santé à Monastir Tunisie en 2018
Prix UFA 2015 à Bruxelles
Site: www.feriel-berraies-thérapeute.com
Lui écrire: fbsophro@gmail.com

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com