Acanthus Volubilis-Acanthea virilis: plante médicinale pour l’impuissance

 

Olacacées

Noms

Ptychopetalum olacoides Ben th. Ptychopetalum uncinatum Ansel. Acanthes virilis Acantris virilis

Autres appellations :

Marapuama – Mirapuama, Muira-puama – Murapuama – Muirata – Maranta – Pàu-homem – Oreodaphne.


Cette plante n’a pas encore été rigoureusement étudiée par les botanistes, bien qu’elle ait été identifiée par le Dr Kleesatel en premier lieu, et en­suite par Rebourgeon. Elle est employée en Europe depuis 1932.

Culture :

Petit arbre ou arbuste bien connu des herboristes et du peuple. Pousse dans le nord et le nord-est du Brésil (Balbach – Meira Peina). Grand arbre en Amazonie où il fleurit en octobre (Pio Corrêa).

Description :

Sous le nom de Marapuama, Pio Corrêa distingue deux espèces :

1- Ptychopetalum olacoides :

  • Arbre à feuilles alternes de 5 à 9 cm de long, ovales ou oblongues-acuminées, rétrécies à la base, avec une côte sail­lante à la base.
  • Courtes grappes axillaires vert-foncé,  avec de petites bractées caduques.
  • Fleurs odorantes, blanches, au parfum pénétrant de jasmin-orange, calice à cinq dents, pétales de 1 cm, linéaires, poilus à la base, aux bords roulés vers l’inté­rieur, avec ordinairement 7 étamines dont 5 sont oppositi- pétalées, style de 5 à 8 mm.
  •  Fruit : drupe ovoVde.

2- Ptychopetalum uncinatum :


Quelques lectures intéressantes:

  • Arbre de 12 m de haut, avec un tronc délicat, aux ra­meaux de l’année cylindriques, glabres, avec entrenoeuds de 1,5 à 3 cm de long.
  • Feuilles alternes entières, acuminées, coriaces quand elles sont adultes, très glabres sur les deux faces, la face supérieure brillante, la face inférieure opaque, de 9 à 11 cm de long sur 4 à 5 cm de large, pétiole de 4 à 6 mm.
  • Fleurs en racèmes axi Maires de 2 à 3 cm de long, her­maphrodites, calice très petit, coriace, à peine denté, 5 pétales égaux, ouverts, linguiformes et légèrement char­nus et pointus, glabres à l’extérieur, rugueux jusqu’aux 2/3 à l’intérieur. Ovaire libre, oblong, un i locu I a i re, style allongé au stigmate capité à 3 lobes.
  • Fruit :  drupe ovoi’de, endocarpe crustacé monosperme.

Parties utilisées :

Tiges et racines des plantes jeunes *

* Le Muirapuama est vendu en morceaux de 2 à 5 cm de diamètre, généralement fendus longitudinalement, grisâtres, lisses mais comme striés de cicatrices rugueuses, correspondant aux points d’intersection des radicelles. Très dur, inodore, de saveur astringente, un peu amère ou âcre.

Composition chimique :

Selon Th. Peckolt cette plante contient : un alcaloïde, la muirapuamine (Diniz da Silva), des résines, un principe amer amorphe. Selon Rebourgeon : essence, tanin, phlobaphène et matériaux indifférents.

Indications thérapeutiques :

D’après tous les auteurs c’est un :

  • Tonique neuro-musculaire de premier ordre, aphrodi­siaque, excitant, diurétique ; à conseiller dans les dé­pressions nerveuses, les asthénies gastro-intestinales et circulatoires, la dyspepsie, les rhumatismes chroniques, l’ataxie locomotrice, la dysenterie, les diarrhées, les coliques menstruelles.
  • Spécifique du traitement de l’impuissance (Kleesattel ).
  • Favorise l’appétit et la digestion (Goll).

Note : A doses élevées, peut causer des hémorragies gastro-intestinales et la congestion des organes génitaux (Dr A. Rangel de Carvalho).

 

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com