A chaque peau son argile…les erreurs à éviter !

Les masques à l’argile sont universellement connus pour leurs bienfaits sur la peau, mais quelle argile choisir ? verte, blanche rouge, rose, jaune… l’offre est large et beaucoup se sentant un peu perdues devant le rayon cosmétique de leur boutique bio se rabattent sur la verte, faute de savoir comment utiliser les autres. En effet selon sa couleur, ses propriétés varient légèrement : mais mieux vaut connaitre son type de peau et l’argile adaptée pour se concocter un soin véritablement efficace…

 

Des vertus communes

Antiseptique, bactéricide, anti inflammatoire, cicatrisante, désinfectante, désincrustante, hémostatique… toutes les argiles ont des affinités particulières avec la peau. Riche en minéraux et en oligo-éléments, c’est un soin de la peau unique et incomparable.

Associée à une huile végétale et une ou plusieurs huile(s) essentielle(s), c’est la base indispensable pour réaliser des masques et/ou des cataplasmes pour la peau. Mais on peut aussi l’utiliser pure, simplement diluée avec de l’eau.


 

Quelle argile pour quelle peau ?

Dans tous les cas il est important de choisir une argile de qualité, séchée au soleil.

Pour un masque il est préférable de choisir une argile qualifiée de surfine ou ultra ventilée : ces termes désignent la finesse de la poudre obtenue après broyage.

Si on peut utiliser également l’argile concassée ou granulée, présentée sous forme de morceaux plus ou moins grossiers, sa préparation sera plus longue car il faudra anticiper le temps de fonte, et le résultat risque d’être moins raffiné.

Pour les pressées qui n’ont jamais une minute à elle, on trouve également l’argile sous forme prête à l’emploi, en tube…

L’argile verte

C’est la plus connue et la plus utilisée… Riche en minéraux, elle peut convenir à tout type de peau mais son domaine de prédilection reste les peaux mixtes, grasses et/ou impures.

Elle absorbe l’excès de sébum et rééquilibre naturellement la peau grâce à ses propriétés désincrustantes et désinfectantes.

Elle purifie et cicatrise les peaux acnéiques, mais peut favoriser l’émergence des imperfections au début : il ne faut pas se décourager car son action rééquilibrante se fait sentir au fil de l’utilisation.

Par contre, elle est à utiliser en alternance avec des argiles blanches et/ou rouges pour les peaux sèches ; son usage trop intensif pourrait contribuer à les assécher.

Pour les peaux mixtes et/ou grasses un masque par semaine est tout à fait indiqué. Pour les autres, pas plus d’une fois par mois maximum. Pour les peaux vraiment sèches, mieux vaut opter pour une autre.

L’argile blanche

Aussi appelée kaolin, elle est particulièrement destinée aux peaux matures, sensibles ou même couperosées qu’elle tonifie tout en douceur: elle décongestionne, cicatrise et ressource toutes les peaux. Idéalement à raison d’un masque par semaine. Effet peau de pêche assuré !


Quelques lectures intéressantes:

L’argile rouge

Sa couleur est due à sa richesse particulière en oxydes ferriques : elle est particulièrement reminéralisante pour les peaux ternes et fatiguées.

Elle est adaptée à toutes les peaux qu’elle illumine doucement et purifie. Une fois par semaine maximum.

L’argile rose

C’est un mélange d’argile blanche et rouge : elle cumule donc les propriétés de ces deux argiles. A la fois riche en minéraux et apaisante, elle affinera le grain des peaux grasses et redonnera de l’éclat aux peaux sèches et matures.

A raison d’un masque par semaine maximum.

L’argile jaune

Sa composition et son utilisation sont assez similaire à celle de l’argile verte : elle est purifiante pour les peaux grasses, mixtes et acnéiques. Un masque par semaine maximum tout de même.

Le Ghassoul

C’est une terre argileuse qui est surtout utilisée pour laver les cheveux : ses propriétés absorbantes et dégraissantes sont utilisables pour les peaux grasses et acnéiques et pour le soin des cheveux gras.

Bien la préparer

Vous avez choisi votre argile, c’est bien, reste à la préparer dans les règles de l’art (si vous n’avez pas opté pour la version prête à l’emploi).

L’argile doit être impérativement préparée dans un récipient non métallique (verre, porcelaine ou céramique par exemple) et on choisit une cuillère en bois pour la préparation.

On utilise de préférence une eau peu minéralisée et surtout non chlorée pour un masque de haute qualité. On peut aussi remplacer l’eau par un hydrolat, pour plus de douceur. Pour le visage, il est préférable d’utiliser de l’eau tiède à fraiche.

En pratique il suffit de mettre la quantité d’argile souhaitée dans le récipient, et on rajoute l’eau petit à petit en remuant, jusqu’à obtenir une consistance crémeuse, mais un peu épaisse.

En pratique :

On applique le masque sur l’ensemble du visage en couche épaisse et on laisse simplement poser 10 à 15 minutes.

Par contre, il ne faut jamais laisser sécher le masque sur la peau, d’autant plus si vous avez la peau sèche et sensible. Soit vous écourtez le temps de pose, soit vous réhydratez légèrement avec un peu d’eau grâce à un vaporisateur ou un brumisateur…

Ensuite il suffit de rincer l’argile.

Elle ne doit servir qu’une seule fois et être jetée après utilisation : en effet, elle a absorbée toxines, bactéries …etc. pendant la pose du masque.

Bon masque !

 

Article rédigé par Marie Chetaille,
Naturopathe
Une question ? chetaille.marie@orange.fr

 

 

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com