Currently set to Index
Currently set to Follow

13 bienfaits de l’huile de noix de coco prouvés par des études

L’huile de coco est très à la mode depuis quelques années.

Elle semble très bénéfique pour la santé, et son d’utilisation est très large, comme nous allons le voir ici.

Les nombreux bienfaits de l’huile de noix de coco sont essentiellement attribués aux triglycérides à chaîne moyenne (TCM) qu’elle contient.


Bien qu’il existe de une multitude d’études sur le sujet, et bien que nombre d’entre elles (encore en coursà soient très prometteuses, aucune étude sérieuse n’a permis à ce jour de prouver scientifiquement à 100% les bienfaits de l’huile de noix de coco chez l’homme.

Nous allons toutefois démêler le vrai du faux en analysant plusieurs d’entre elles, réalisées sur l’homme.

Cet article examine 13 études humaines contrôlées sur l’huile de noix de coco.

Les études réalisées sur les bienfaits de l’huile de coco chez l’homme

1. Alimentation en acides gras à chaîne moyenne

« Dépense énergétique postprandiale améliorée avec une alimentation en acides gras à chaine moyenne atténuée après 14 jours chez des femmes pré ménopausées. »

American Journal of Clinical Nutrition, 1999. White MD, et al.

Détails

Douze femmes au poids normal ont suivi un régime alimentaire composé de triglycérides à chaine moyenne (TCM) pendant 14 jours, en consommant du beurre et de l’huile de noix de coco comme sources principales de matières grasses.

Pendant 14 autres jours, elles ont suivi un régime alimentaire composés de triglycérides à longue chaîne (TCL), en consommant du suif de bœuf comme source principale de matières grasses.

Résultats

Après 7 jours, le métabolisme de base et les calories brûlées après les repas étaient significativement plus élevés dans le cadre du régime TCM que dans le cadre du régime TCL. Au bout de 14 jours, la différence entre les deux régimes alimentaires n’était plus statistiquement significative.

2. Oxydation endogène de graisse lors d’une alimentation TCM

« Oxydation endogène de graisse lors de l’alimentation triglycérides à chaîne moyenne chez les femmes en bonne santé. »

International Journal of Obesity, 2000. Papamandjaris AA, et al.

Détails

Douze femmes au poids normal ont consommé un régime mixte complété soit avec du beurre et de l’huile de noix de coco (régime TCM) soit avec du suif de bœuf (régime TCL) pendant 6 jours. Pendant 8 jours suivants, des lipides à chaine longue ont été donnés aux deux groupes afin d’évaluer le métabolisme des graisses.

Résultats

Au 14ème jour, le groupe TCM a brûlé plus de graisse corporelle que le groupe TCL. Le métabolisme de base était significativement plus élevé au septième jour dans le groupe TCM par rapport au groupe TCL, mais la différence était plus significative au jour 14.

3. Dépense énergétique totale

Papamandjaris AA, et al. « Les composantes de la dépense énergétique totale chez les jeunes femmes en bonne santé ne sont pas affectées après 14 jours d’alimentation avec un milieu de triglycérides à chaîne moyenne versus longue. » Obesity Research 1999.

Détails

Douze femmes au poids normal ont suivi un régime mixte complété avec du beurre et de l’huile de noix de coco (régime TCM) pendant 14 jours et avec du suif de bœuf (régime de TCL) pendant 14 autres jours.

Résultats

Le métabolisme de base était significativement plus élevé au septième jour du régime TCM par rapport au régime TCL, mais la différence était plus importante au jour 14. Les dépenses totales de calories a été similaire pour les deux groupes tout au long de l’étude.

4. Efficacité et innocuité de l’huile de coco vierge pour la réduction de l’adiposité viscérale

Liau KM, et al. « Une étude pilote ouverte pour évaluer l’efficacité et l’innocuité de l’huile de coco vierge dans la réduction de l’adiposité viscérale. » International Scholarly Research Notices Pharmacology, 2011.

Détails

Vingt personnes en surpoids ou obèses ont consommé 10 ml d’huile de coco vierge trois fois par jour avant les repas pendant quatre semaines, pour un total de 30 ml (2 cuillères à soupe) par jour. Elles ont reçu comme consigne de suivre leurs régimes alimentaires et exercices sportifs habituels.

Résultats

Après quatre semaines, les hommes avaient perdu une moyenne de 1,0 pouce (2,61 cm) et les femmes une moyenne de 1,2 pouce (3,00 cm) de tour de taille. La perte de poids moyenne était de 0,5 livres (0,23 kg) dans l’ensemble et de 1,2 livres (0,54 kg) chez les hommes.

5. Effets de l’huile de coco sur des profils spécifiques

Assuncao ML, et al. « Les effets de l’huile de noix de coco alimentaire sur les profils biochimiques et anthropométriques des femmes présentant une obésité abdominale. » Lipids, 2009.

Détails

Quarante femmes présentant une obésité abdominale ont été randomisées et placée sous supplémentation précise: Le groupe devait prendre 10 ml d’huile de soja ou d’huile de noix de coco à chaque repas, trois fois par jour, pendant 12 semaines. Cela équivalait à 30 ml (2 cuillères à soupe) d’huile de noix de coco par jour.

Elles ont reçu comme instruction de suivre un régime alimentaire faible en calories et de marcher 50 minutes par jour.

Résultats

Les deux groupes ont perdu environ 2,2 lb (1 kg). Toutefois, le groupe ayant consommé l’huile de noix de coco a observé une diminution de tour de taille de 0,55 pouce (1,4 cm), alors que le groupe huile de soja a observé une légère augmentation.

Le groupe de l’huile de noix de coco a également observé une augmentation du HDL (le bon cholestérol) et une diminution de 35% de la protéine C-réactive (CRP), un marqueur de l’inflammation.

En outre, le groupe huile de soja a observé une augmentation du LDL (le mauvais cholestérol), une diminution du HDL et une diminution de 14% de la CRP.

6. Comparaison des profils lipidiques

Sabitha P, et al. « Comparaison de profil lipidique et enzymes anti-oxydantes chez les hommes sud-indiens consommant de l’huile de noix de coco et de l’huile de tournesol. » Indian Journal of Clinical Biochemistry, 2009.

Détails

Soixante-dix hommes atteints de diabète de type 2 et 70 hommes en bonne santé ont été divisés en groupes en fonction de leur utilisation de l’huile de noix de coco versus de l’huile de tournesol dans la cuisson pendant une période de six ans. Le cholestérol, les triglycérides et les marqueurs de stress oxydatif ont été mesurés.

Résultats

Il n’a été observé aucune différence significative dans les valeurs entre les groupes d’huile de noix coco et d’huile de tournesol. Les hommes diabétiques avaient des marqueurs plus élevés de stress oxydatif et de risque de maladie cardiaque que les hommes non diabétiques quel que soit le type d’huile utilisée.

7. Effets sur les lipides et lipoprotéines

Cox C, et al. « Effets de l’huile de noix de coco, du beurre et de l’huile de tournesol sur les lipides et lipoprotéines chez les personnes ayant un taux modérément élevé de cholestérol. » Journal of Lipid Research, 1995.

Détails

Vingt-huit personnes ayant un taux élevé de cholestérol ont suivi trois régimes alimentaires contenant soit de l’huile de noix de coco, soit du beurre, soit de l’huile de tournesol comme source principale de lipides pendant six semaines. Les lipides et les lipoprotéines ont été mesurés.

Résultats

L’huile de noix de coco et le beurre ont augmenté le HDL beaucoup plus que l’huile de tournesol chez les femmes, mais pas chez les hommes. Le beurre a augmenté le cholestérol total plus que l’huile de noix de coco ou l’huile de tournesol.

8. Lipides plasmatiques

R Reiser et al. « Lipides plasmatiques et de réponse lipoprotéique chez l’homme à la graisse de bœuf, l’huile de noix de coco et l’huile de tournesol.» American Journal of Clinical Nutrition, 1985.

Détails

Dix-neuf hommes avec des taux normaux de cholestérol ont consommé déjeuner et dîner contenant trois graisses différentes sur trois périodes d’essai successives.

Ils ont consommé de l’huile de noix de coco, de l’huile de tournesol et de la graisse de bœuf pendant cinq semaines, de manière alternée avec une alimentation normale pendant cinq semaines entre chaque période d’essai.

Résultats

Le régime alimentaire d’huile de noix de coco a augmenté le HDL et LDL plus que les régimes alimentaires de graisse de bœuf et d’huile de tournesol, mais a moins augmenté les triglycérides que le régime de graisse de bœuf.

9. Ratio LDL/HDL

Muller H, et al. « Le ratio du cholestérol sérique LDL/HDL est influencé plus positivement en échangeant les lipides saturés par des insaturés qu’en réduisant les lipides dans le régime alimentaire chez les femmes. » Journal of Nutrition, 2003.


Quelques lectures intéressantes:

Détails

Vingt-cinq femmes ont suivi trois régimes : un régime à forte teneur en lipides, à base d’huile de noix de coco ; un régime à faible teneur en lipides, à base d’huile de noix de coco ; et un régime à base d’acides gras hautement insaturés (HUFA).

Elles ont suivi chacun des régimes pendant 20-22 jours, en alternance avec une semaine de leur régime normal entre chaque période de régime d’essai.

Résultats

Le groupe au régime à forte teneur en lipides basé sur l’huile de noix de coco a observé une augmentation du HDL et LDL plus importante que les autres groupes.

Le groupe au régime à faible teneur en lipides basé sur l’huile de noix de coco a montré une augmentation du ratio LDL à HDL, alors que les autres groupes ont montré une diminution de ce ratio.

10. Variations postprandiales diurnes

Muller H, et al. « Une alimentation riche en huile de noix de coco réduit les variations postprandiales diurnes dans les antigènes activateurs du tissu plasminogènes et lipoprotéine du jeun (a) comparé à une alimentation riche en lipides insaturés chez les femmes. » Journal of Nutrition, 2003.

Détails

Onze femmes ont suivi trois régimes différents : un régime à haute teneur en lipides, basé sur l’huile de noix de coco ; un régime à faible teneur en lipides, basé sur l’huile de noix de coco ; et un régime avec plutôt des acides gras hautement insaturés.

Elles ont suivi chacun des régimes pendant 20-22 jours, en alternance avec une semaine de leur régime normal entre chaque période de régime d’essai.

Résultats

Les femmes qui ont consommé le régime à haute teneur en lipides basé sur l’huile de noix de coco ont eu de plus grandes réductions dans les marqueurs d’inflammation après les repas, mais aussi dans les marqueurs à jeun du risque de maladie cardiaque, surtout comparées au groupe de HUFA.

11. Huile de coco versus bain de bouche à la Chrorhexidine

M Kaushik et al. « L’effet de l’huile de noix de coco sur le compte des streptocoques mutants dans la salive en comparaison avec le bain de bouche à la Chlorhexidine. » Journal of Contemporary Dental Practice, 2016.

Détails

Soixante personnes ont été randomisées: une partie devait se rincer la bouche avec de l’huile de noix de coco pendant 10 minutes, une autre partie devait prendre un bain de bouche à la Chlorhexidine pendant une minute. Les bactéries formant des plaques dans la bouche ont été mesurées avant et après traitement.

Résultats

L’huile de noix de coco et la Chlorhexidine ont réduit significativement la quantité de bactéries dans la salive formant des plaques.

12. Huile de noix de coco contre la gingivite

Peedikayil FC et al. « Effet de l’huile de noix de coco dans la gingivite liée aux plaques – Un rapport préliminaire. » Niger Medical Journal, 2015.

Détails

Soixante adolescents âgés de 16-18 ans avec une gingivite (inflammation des gencives) ont fait la d’huile avec de l’huile de noix de coco pendant 30 jours. Les marqueurs de l’inflammation et de la plaque ont été mesurés au bout de sept, 15 et 30 jours.

Résultats

Les marqueurs de la plaque et de la gingivite ont diminué significativement par le jour sept et ont continué à diminuer pendant toute la durée de l’étude.

Cependant, il n’y avait pas de groupe témoin dans cette étude, de sorte qu’on ne peut pas conclure que les bénéfices ont été causés par l’huile de noix de coco.

13. Qualité de vie patientes atteintes de cancer du sein

Law KS, et al. « Les effets de l’huile de noix de coco vierge (VCO) comme supplémentation sur la qualité de vie (QOL) chez les patientes atteintes de cancer du sein.» Lipids Health Disease Journal, 2014.

Détails

Soixante femmes atteintes d’un cancer du sein avancé subissant une chimiothérapie ont participé à cette étude. Elles ont été randomisées pour recevoir soit 20 ml d’huile de coco vierge quotidiennement soit aucun traitement.

Résultats

Les femmes du groupe d’huile de noix de coco ont eu de meilleurs scores de qualité de vie, de fatigue, de sommeil, de perte d’appétit, de la fonction sexuelle et d’image corporelle que celles du groupe témoin.

Effets sur la perte de poids et le métabolisme

Les cinq études portant sur les changements de métabolisme ou la perte des lipides ont été probantes pour l’huile de noix de coco par rapport à d’autres huiles ou des groupes témoins. Cependant, les effets étaient généralement modestes.

Voici quelques informations à ce sujet:

  • L’huile de noix de coco a augmenté le métabolisme pendant un certain temps – variable – dans chaque étude où elle a été mesurée (1,23).
  • Dans une étude en particulier, les sujets du groupe d’huile de noix de coco ont connu une diminution de la graisse corporelle et du tour de taille sans réduire intentionnellement les calories (4).
  • Une étude comparant les régimes de restriction calorique a observé une diminution de la graisse abdominale dans le groupe qui a pris l’huile de noix de coco (5).

Plusieurs études se sont penchées sur la perte de graisse et les changements métaboliques en réponse à l’huile de TCM, qui représente environ 65% d’huile de noix de coco.

Dans chacune de ces études, l’huile de TCM a augmenté le métabolisme, réduit l’appétit et l’apport calorique et favorisé la perte de graisse (6789101112).

 

Effets sur le cholestérol, les triglycérides et l’inflammation

Cinq études ont examiné les effets de différents lipides sur le cholestérol et les triglycérides. Voici quelques uns des résultats :

  • L’huile de noix de coco a augmenté le taux de HDL plus que les lipides insaturés et au moins autant que le beurre (5,13,1415).
  • L’huile de noix de coco a augmenté le LDL et le cholestérol total plus que l’huile de tournesol et la graisse de bœuf, mais moins que l’huile de soja et le beurre (5,1314).
  • Les triglycérides n’ont pas beaucoup changé en réponse à l’huile de noix de coco par rapport à d’autres huiles dans les régimes alimentaires à teneur similaires en lipides.
  • Les marqueurs de l’inflammation et du stress oxydatif ont diminué davantage chez les personnes qui ont consommé l’huile de noix de coco par rapport aux personnes qui ont consommé d’autres huiles (5,16).

Malheureusement, les études ne se sont pas intéressées à l’ApoB ou le nombre de particules de LDL, qui sont des marqueurs plus précis du risque de maladie cardiaque que la mesure standard du LDL cholestérol.

Autres bienfaits pour la santé de l’huile de noix de coco

Qualité de vie dans le cancer du sein

L’addition d’une petite quantité d’huile de noix de coco à l’alimentation chez les femmes subissant une chimiothérapie pour le cancer du sein a donné lieu à un score de qualité de vie généralement meilleur.

A retenir

L’huile de noix de coco semble aider les personnes obèses à perdre de la graisse abdominale. Elle parait également augmenter le métabolisme, du moins temporairement.

Cependant, étant donné que chaque cuillère à soupe d’huile de noix de coco fournit 130 calories, cette augmentation du métabolisme peut facilement être compensée si de grandes quantités sont consommées.

Bien que l’huile de noix de coco semble augmenter le LDL cholestérol plus de d’autres lipides, son effet le plus constant est une augmentation du HDL.

Il est également important de rappeler que les réponses aux lipides alimentaires peuvent varier d’une personne à l’autre.

Ceci dit, l’huile de noix de coco est généralement un aliment sain et naturel. L’incorporer dans votre alimentation peut améliorer votre santé, votre poids

Sources et crédit photo : www.huffingtonpost.ca authoritynutrition.com




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com