10 bienfaits du miel prouvés par la science

Depuis les temps les plus reculés, le miel a été utilisé comme nourriture autant que comme remède.

Il présente un taux très élevé de composés végétaux bénéfiques, et apporte plusieurs bienfaits pour la santé.

Le miel est particulièrement bon pour la santé lorsqu’il est utilisé pour substituer le sucre raffiné, qui représente 100% de calories vides.


Voici le top 10 des bienfaits du miel, approuvés par des recherches scientifiques.

1. Le miel contient des nutriments

Le miel est un liquide doux et épais produit par les abeilles.

Les essaims d’abeille collectent le nectar riche en sucre des fleurs de leur environnement (1).

À l’intérieur des ruches, elles consomment, digèrent et régurgitent (“vomissent”) constamment le nectar.

Le produit fini est le miel, un liquide censé servir de stock de nourriture pour les abeilles. Le parfum, la couleur et le goût dépendent du type de fleurs butinées par les abeilles.

Voici à quoi ressemble généralement le miel :

miel

Sur le point de vue nutritionnel, une cuillère à soupe de miel (21 grammes) contient 64 calories et 17 grammes de sucre, dont du fructose, glucose, maltose et saccharose.

Le miel ne contient pratiquement pas de fibre, de graisse ou de protéines (2).

Il peut également contenir des traces (environ 1% des AJR) de plusieurs vitamines et minéraux, mais il faudrait en consommer plusieurs kilogrammes pour atteindre les quantités journalières recommandées.

Le principal atout du miel est son fort taux de composés végétaux bioactifs et d’antioxydants. Les variétés les plus sombres contiennent généralement encore plus de ces composants que les variétés les plus claires (3, 4).

Conclusion : Le miel est un liquide doux et épais fabriquée par les abeilles. Il contient peu de vitamines et de minéraux, mais est riche en composés végétaux.

2. Un miel de bonne qualité est riche en antioxydants

Un miel de bonne qualité contient une grande quantité d’antioxydants importants, dont les phénols, les enzymes, et des composés comme les flavonoïdes et les acides organiques (5).

Les scientifiques pensent que c’est la combinaison de ces composés qui procure au miel ses propriétés antioxydantes (5).

Il est intéressant de noter que deux études ont démontrés que le miel de sarrasin améliore les propriétés antioxydantes du sang (67).

Les antioxydants ont été associés à la réduction du risque d’accidents cardiaques, d’attaques cérébrales et certains types de cancers. Il  pourrait également contribuer à améliorer la santé de vos yeux (8).

Conclusion : Le miel contient de nombreux antioxydants, dont des composés phénoliques comme les flavonoïdes.

3. Le miel est “moins néfaste” que le sucre pour les diabétiques

Les données sur le miel et le diabète ne sont pas parfaitement concluantes.

D’une part, il peut potentiellement aider vis à vis de certains risques communs rencontrés par les personnes diabétiques.

Il diminue par exemple le taux de cholestérol LDL et de triglycérides, et les inflammations, et augmente le taux de cholestérol HDL (le “bon” cholestérol) (9, 10, 11).

Certaines études ont cependant découvert que le miel pouvait également augmenter la glycémie, mais à un niveau moindre que le sucre raffiné (10).

En bref, bien que le miel puisse être “moins néfaste” que le sucre raffiné pour les diabétiques, il s’agit tout de même d’un aliment que ces derniers devraient consommer avec précaution.

D’ailleurs, il est dans le meilleur intérêt pour les diabétiques de minimiser tout type d’aliment riche en glucides (12).

4. Les antioxydants qu’il contient peuvent contribuer à diminuer la tension artérielle.

La tension artérielle est un facteur de risques important dans le cadre des maladie cardiovasculaire, et le miel peut aider à la faire baisser.

C’est en partie grâce aux composés antioxydants contenus dans le miel, qui ont des propriétés contribuant à baisser la tension artérielle (13).

Des études menées chez des rats ainsi que des humains ont démontrés que consommer du miel entraîne une légère réduction de la tension artérielle (14, 15).

Conclusion : Manger du miel peut entraîner une légère réduction de la tension artérielle, qui représente un facteur de risques important concernant les maladies cardiovasculaires.

5. Le miel améliore le cholestérol

Un taux élevé de cholestérol LDL représente un facteur de risques important dans le cadre des maladies cardiovasculaires.

Il joue un rôle majeur dans l’athérosclérose, l’accumulation de graisse dans les artères, qui peut causer des crises et des attaques cardiaques.

Il est intéressant de noter que plusieurs études ont démontré que le miel peut aider à améliorer votre niveau de cholestérol.

Le miel réduit la cholestérolémie totale et le cholestérol LDL, tout en augmentant le taux de cholestérol HDL (le “bon” cholestérol) (9, 10, 11, 16).

Par exemple, une étude menée auprès de 55 patients a comparé le miel au sucre de table. Les résultats montrent une réduction du taux de cholestérol LDL de 5,8%, et une augmentation du taux de cholestérol HDL de 3,3%. Le miel a également entraîné une perte de poids de 1,3% par rapport au sucre (17).

Conclusion : Le miel semble avoir un effet positif sur les taux de cholestérols. Il cause une légère réduction de la cholestérolémie totale et du cholestérol LDL, tout en augmentant le taux de cholestérol HDL.

6. Le miel peut diminuer le taux de triglycérides

Un taux élevé de triglycérides dans le sang représente un autre facteur de risques majeurs pouvant causer des maladies cardiovasculaires.

Cela représente également l’un des symptômes de résistance à l’insuline, l’une des causes principales du diabète de type 2.


Quelques lectures intéressantes:

Le taux de triglycéride a tendance à augmenter en raison de la consommation d’aliments riches en sucre et en glucides.

Il est intéressant de noter que de multiples études ont associé la consommation régulière de miel avec un taux faible de triglycérides, et particulièrement lorsqu’il est utilisé comme substitut au sucre (9, 10, 11, 16).

Par exemple, une étude ayant comparé le miel au sucre a découvert un taux de triglycérides de 11 à 19% plus faible pour le groupe de consommateurs de miel (17).

Conclusion : Un taux de triglycérides élevé est un facteur de risques pouvant causer des maladies cardiovasculaires et du diabète de type 2. Plusieurs études ont démontré que le miel contribuait à réduire le taux de triglycérides, et particulièrement lorsqu’il est utilisé comme substitut au sucre.

7. Les antioxydants qu’il contient sont liés à d’autres bienfaits sur la santé cardiaque.

Comme souligné précédemment, le miel est un aliment riche en phénols et autres composés antioxydants, dont beaucoup ont été associé avec un risque plus faible d’apparition de maladies cardiovasculaires (8).

Ils facilitent la dilatation des artères, ce qui favorise la circulation sanguine vers le cœur. Ils peuvent également empêcher la formation de caillots sanguins qui sont responsables de maladies et d’attaques cardiovasculaires (8).

De plus, une étude effectuée avec des rats a montré que le miel protégeait leur cœur du stress oxydant (18).

Au bout du compte, il n’existe pas d’étude sur le long terme effectuée avec des humains concernant le miel et le cœur. Ces données ne sont donc pas 100% certifiées.

Conclusion : Les antioxydants contenus dans le miel ont été associés à des effets bienfaisants pour la santé cardiaque, dont une amélioration de la circulation sanguine vers le cœur et une réduction des risques de formation de caillots sanguins.

8. Le miel favorise la guérison des brûlures et des plaies

L’application de miel sur la peau a été utilisée pour soigner les plaies et les brûlures depuis l’Égypte ancienne, et est toujours pratiquée de nos jours.

Dans une revue de 2015, 26 études sur les effets du miel sur le soin des plaies ont été évaluées (19).

Les résultats présentés dans cette revue démontrent que le miel est très efficace pour soigner des brûlures partielles au second degré, et des plaies infectées à la suite d’une opération chirurgicale (19).

C’est également un traitement efficace pour les ulcères du pieds causés par le diabète, des complications très sérieuses pouvant amener à une amputation (20, 21).

Une étude a enregistré un taux de succès de 43,3% pour le traitement des plaies au miel. Lors d’une autre étude, pas moins de 97% des patients ont été guéris de leur ulcère causé par le diabète grâce au traitement (21, 22).

Les chercheurs pensent que ces vertus curatives proviennent des effets antibactériens et anti-inflammatoires, ainsi que ses propriétés nourrissantes pour les tissus environnants (23).

De plus, le miel peut aider à traiter d’autres affections cutanées, dont la psoriasis, les hémorroïdes et les lésions herpétiques (24, 25, 26).

Conclusion : Appliquée sur la peau, le miel peut faire partie d’un traitement efficace pour les brûlures, les plaies et bien d’autres affections cutanées. Il est particulièrement efficace pour les ulcères du pied causés par le diabète.

9. Le miel peut calmer la toux des enfants

Tousser est un problème commun pour les enfants atteints d’infections des voies respiratoires.

Cela peut nuire au sommeil et à la qualité de vie des enfants comme des parents.

Les traitements conventionnels pour la toux ne sont cependant pas toujours efficace, et peuvent avoir des effets indésirables.

Le miel peut s’avérer être une meilleure option. Il est prouvé que cet aliment est très efficace (27, 28).

Une étude a même découvert que le miel offraient des résultats plus satisfaisants que deux traitements communs pour la toux (29).

Une autre étude a démontré que le miel possède des propriétés réduisant les symptômes de la toux et améliore le sommeil plus efficacement que les traitements pour la toux (28).

Néanmoins, il ne faut pas en donner aux enfants de moins de 1 an, à cause des risques de botulisme (30).

Conclusion : Pour les enfants âgés de plus d’un an, le miel peut agir comme antitussif sans danger. Certaines études démontrent qu’il est encore plus efficace que certains traitements.

10. C’est délicieux, mais riche en calories.

Le miel est une alternative saine et délicieuse au sucre raffiné.

Soyez certains de choisir une marque de qualité, car certains miel de moindre qualité sont parfois coupés au sirop.

Gardez à l’esprit qu’il doit être consommé avec modération en raison de sa richesse en calories et en sucre.

Les bienfaits du miel se remarquent plus nettement lorsqu’il est utilisé comme substitut à d’autres édulcorants plus néfastes.

Au final, le miel est simplement un édulcorant “moins nocif” que le sucre ou le sirop de maïs riche en fructose.

La fraude du faux miel nuit à votre santé

L’association de consommateurs de l’UFC Que Choisir révèle dans une enquête publiée en 2014 que certains producteurs n’hésitent pas à ajouter du sirop de sucre dans les pots de miel qu’elles mettent sur le marché.

Ces sirops sont remplis de calories vides et ne comprennent aucun des bénéfices du vrai miel. Par ailleurs, les miels sont souvent constitués en mélangeant différents miels de différentes origines. Des pays parfois peu scrupuleux sur la qualité de leurs produits. Résultat : ce miel n’a ni les saveurs ni les propriétés nutritives du vrai miel

Ni la saveur ni les propriétés nutritives du vrai miel

Sur la vingtaine de pots de miel premiers prix vendus en supermarché testés par UFC Que Choisir, six contiennent plus de 10% de sirop de sucre.

Sources et crédit photo : blog.fitnext.com, authoritynutrition.com, fr.wikipedia.org

 




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com