Traitement naturel contre les vers intestinaux par la médecine traditionnelle chinoise

Traitement naturel contre les oxyures

Les troubles intes­tinaux provoqués par les oxyures (vers blancs) sont soignés à l’aide du Cortex Meliae.
Le Cortex Meliae est l’écorce du lilas des Indes (Melia azedarach L.), appelée K’ou-/ien p’i (Peau du Lien amer). Elle contient un alca­loïde : la margosine. L’écorce, séchée au soleil, est réduite en tran­ches. Elle constitue un anthelminthique réputé.

Traitement naturel contre les ascaris

Les Ascaris (lombrics) sont des vers qui séjournent dans l’intestin grêle et provoquent des troubles gastro-intestinaux. Le traitement classique occidental est la Santonine tirée des armoises (Se­men-contra). En Chine, on utilise les graines du Che kiun-tseu (Qui­squalis Indica L.) qui contiennent un principe actif identique à celui de la santonine. Il faut rappeler que les lombrics peuvent remonter jusque dans la cavité gastrique. Le Fructus Quisqualis est un vermi­fuge. Il est couramment employé contre l’ Ascaris lumbricoides. Il correspond aux méridiens de la Rate et de !’Estomac.
Quant aux ténias, ce sont des vers plats et rubanés qui prolifèrent dans l’intestin. Le plus connu est le ver solitaire. Les Chinois utili­sent comme ténifuge le Mylitta lapidescens. Il s’agit des fameuses Lei-wan (« pilules du tonnerre »), prises trois fois par jour pendant trois jours (une prise représentant 15 à 20 g). Cette drogue porte le nom savant de Sclerotium Omphaliae, Omphalia lapidescens Schrœ­ter (Polyporaceae).


Quelques lectures intéressantes:

Traitement naturel contre l’ankylostome

L’ankylostome est un ver rond nématode qui s’attaque à l’intestin grêle (ankylostomiase duodénale). Les drogues indiquées en décoc­tion sont: le Kouan-tchong (Rhizoma Cyrtomiz) (Aspidiaceae), ver­mifuge; le K’ou-lien p’i (Cortex Meliae) (Me/iaceae), vermifuge; le Ts’eu-sou (Fructus Peril/ae) (Labiatae), qui facilite le transit intesti­nal et le T’ou king-kiai (Fructus Chenopodii) ( Chenopodium ambro­sioides Linné) var. anthelminthicum (L.) A. Gray. Les chénopodes (ansérines) donnent une essence très active contre les ankylostomes. Mais la pathologie parasitaire chinoise est tellement importante, tel­lement immense, qu’il ne nous est pas possible de nous étendre davantage sur ce sujet.


Les informations, les opinions et les conseils contenus dans cet article ne doivent pas être utilisés comme outil de diagnostic ni être substitués à un diagnostic médical.
Il est fortement recommandé de demander un avis médical auprès d’un professionnel de santé avant d’envisager tout traitement.

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com