13 règles d’or de la diététique ayurvédique

  1. La nourriture doit être chaude.
  2. La nourriture ne doit pas être sèche.
  3. La nourriture doit être prise en quantités convenables.
  4. On ne doit reprendre de la nourriture que lorsque le repas précédent est digéré.
  5. Les aliments pris ne doivent pas être contradictoires avec leur puissance.
  6. La nourriture doit être prise dans un lieu qui convient. avec les accessoires requis.
  7. La nourriture ne doit pas être mangée hâtivement.
  8. Le processus d’ingestion ne doit pas être excessivement lent.
  9. Tout en mangeant, concentrez-vous correctement sur la nourriture
  10. Ne doit être pris que l’aliment qui est sain pour la constitution physique de l’individu et son tempérament psychique.
  11. Pour ce qui est de la prise de nourriture, l’Ayurveda divise la capacité de l’estomac en trois. Une partie est remplie de solides, la deuxième partie est remplie de liquides, et la troisième partie est laissée vide pour le mouvement des trois dosha.

Il ne faut pas :

  • de pression non nécessaire sur l’estomac ;
  • d’obstruction dans le bon fonctionnement du cœur:
  • de pression sur les côtés de la poitrine ;
  • de lourdeur dans l’abdomen.

Il faut:

  • une sensation de nourriture convenable des sens ;
  • un assouvissement de la faim et de la soif ;
  • une sensation de bien-être dans des activités dormir, rire, inspirer et expirer.
  1. La nourriture prise le matin doit être digérée le soir, et la nourriture prise le soir doit être digérée le lendemain matin.
  2. Il doit y avoir un accroissement de force corporel, un teint éclatant, et du bien-être.

 

Incompatibilité avec les habitudes d’évacuation :


Quelques lectures intéressantes:


En cas de difficultés pour aller à la selle, un régime de légumineuses, de légumes verts et de racines peu cuits ou crus n’est pas conseillé. Une telle alimentation conduira à un déséquilibre vâta et retiendra les déchets, ce qui peut causer des hémorroïdes et autres maladies

Incompatibilité avec l’état de santé :

Manger des aliments qui ont des qualités viciatrices vis-à-vis de l’état de santé d’une personne est incompatible. Par exemple, prendre des aliments induisant vâta après un exercice physiquement fatigant ou une activité sexuelle. Ces activités sont gouvernées par vâta ;

augmenter ce dosha revient à le vicier.

Ordre incorrect:

L’Ayurveda reconnaît l’importance de l’ordre de la diététique. On n’est pas censé consommer des aliments avant de se vider la vessie et les intestins. Cela signifie aussi l’ordre dans lequel la nourriture doit être prise. Il faut commencer avec des substances sucrées (agni étant fort au commencement, il peut digérer facilement le sucré), puis on peut ingérer des aliments ayant amla (sécrétion digestive et salivaire) et lavana rasa (apéritif, humidifiant), et, à la fin, des produits tikta (purifiant la bouche), kashaya (diminuant la sécrétion salivaire) peuvent être consommés. Cela aussi concerne l’adhésion aux normes concernant l’ingestion de certains aliments.

Incompatibilité de combinaison :

Certains aliments, quand ils sont combinés, deviennent incompatibles et malsains (voir tableau).

Incompatibilité avec les règles de la diététique:

Si l’on n’observe pas les règles d’ingestion des aliments, il y a une incompatibilité avec la méthode.

 

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com