Qu’est-ce que la Technique Graston ? Quels bienfaits ?

Qu’est-ce que la Technique Graston ?

La Technique Graston a d’abord été développée et utilisée dans le monde des athlètes aux Etats-Unis en 1994. Il s’agit d’une méthode de mobilisation des tissus mous avec instrument, généralement utilisée pour faire passer les cicatrices internes, réduire les restrictions des fascias et augmenter la mobilité des tissus. La Technique Graston utilise des instruments en acier inoxydable qui épousent les formes du corps humain pour ses manipulations et des exercices thérapeutiques dans le but de détecter et soulager des problèmes tels que les fibroses des tissus mous et les inflammations chroniques. Cette méthode est aussi utilisée pour maintenir la souplesse et la forme des tissus, de manière préventive.

La base de cette méthode non-invasive, devenue populaire en Amérique du Nord grâce à son efficacité prouvée, est l’idée que l’utilisation d’un outil pour introduire des microtraumatismes sur une zone avec beaucoup de cicatrices internes ou de la fibrose permettrait de déclencher une réponse inflammatoire, encourageant un processus de guérison plus rapide. L’utilisation des outils en acier inox créés spécialement pour ces manipulations sert non seulement à la détection des zones affectées, mais aussi au traitement des problèmes.

Le but de la Technique Graston est d’éliminer, grâce à la tension exercée sur les zones affectées, les adhérences et les restrictions au niveau des muscles et des tendons, et ainsi permettre la récupération d’un fonctionnement normal et sans douleur.

Cette méthode est rarement utilisée de manière isolée, et elle est généralement accompagnée d’échauffements, d’étirements et du renforcement musculaire. La durée du suivi dépend de chaque cas, mais généralement, les individus se font accompagner 2 fois par semaine pendant entre 4 et 5 semaines. La majorité des patients remarquent des changements positifs dès la troisième séance.

Une précaution évidente par rapport à cette technique est devoir un professionnel ayant suivi la formation nécessaire pour l’effectuer. De plus, les effets secondaires de la Technique Graston ne sont pas graves, mais valent la peine d’être mentionnés : surtout, les individus peuvent sentir un certain niveau d’inconfort au moment des séances, et des bleus peuvent apparaitre après celles-ci. Il est cependant important de savoir qu’il n’est pas nécessaire de sentir de la douleur pour que la méthode marche, et il est donc important de communiquer avec votre praticien s’il vous semble que la douleur est excessive : ils sont formés pour s’adapter au niveau de tolérance de chaque individu.

Vous aimerez aussi :  Régime anti-inflammatoire: Top 15 des aliments anti-inflammatoires

 

4 bienfaits prouvés de la Technique Graston

  • Réduit la durée de traitement et de guérison

Quand un patient décide d’utiliser la Technique Graston dans leur accompagnement et la suit jusqu’à avoir obtenu les résultats souhaités, celle-ci permet de réduire le temps de traitement et de guérison. Au lieu d’ignorer ou d’engourdir la zone douloureuse, la Technique Graston se concentre sur l’origine du problème.

De fait, une étude a regardé les effets de la Technique Graston sur les douleurs au niveau du coude, et a trouvé qu’ajouter cette méthode a d’autres types de suivis permettait de réduire de manière significative la longueur du traitement, sans présenter d’effets secondaires négatifs. De plus, il semblerait que cette technique fonctionne sur le long terme, puisque les patients étudiés n’avaient pas de nouvelles douleurs 8 mois plus tard (1).

  • Diminue l’utilisation d’antidouleurs

Puisque la technique Graston cherche à trouver l’origine de la douleur afin de la réduire et idéalement l’éliminer, elle peut faire diminuer le besoin de prendre des antidouleurs (voir le faire disparaitre). Les douleurs chroniques peuvent être difficiles à supporter, mais les antidouleurs viennent souvent avec beaucoup d’effets secondaires qui peuvent être très nocifs pour la santé des individus.

Cette méthode non-invasive est idéale pour se débarrasser de ce type de douleurs, et donc du besoin de prendre certains médicaments. La Technique Graston augmente la température et le flux sanguin vers la zone manipulée (2), ce qui permet au corps de se débarrasser plus efficacement des toxines et de promouvoir la guérison.

  • Lutte contre les conditions chroniques

Les douleurs chroniques font partie des conditions les plus difficiles à gérer au quotidien, et peuvent vraiment affecter la qualité de vie des personnes concernées. Beaucoup d’individus se tournent vers la Technique Graston pour gérer ces problèmes, allant de douleurs dans le cou et les chevilles à des problèmes plus généralisés comme dans le cas de la fibromyalgie. La Technique Graston peut agir efficacement sur les blessures des tissus mous pouvant être à l’origine de ces douleurs.

Vous aimerez aussi :  La technique Alexander, ou comment mieux utiliser son corps pour soulager les douleurs

Une étude menée en 2012 a étudié un groupe d’adultes sportifs et en bonne santé qui souffraient de douleurs chroniques à une cheville. Les chercheurs ont trouvé que le groupe ayant suivi la Technique Graston en complément d’un programme général avaient remarqué une amélioration de leur problème plus marquée (3).

  • Soulagement des doigts à ressaut

Le doigt à ressaut est une condition lors de laquelle les individus remarquent un retard à l’extension de leur doigt ou un blocage du doigt en flexion. Il y a des causes variées derrière ce problème mais dans tous les cas, il s’agit d’une condition désagréable et douloureuse. Une étude menée en 2006 a trouvé que la Technique Graston était efficace chez les personnes ayant cette affection au niveau du pouce, lorsqu’elle était utilisée en complément d’exercices de relâchement musculaire actif (4). Ceci est une excellente nouvelle pour les personnes souffrant de ce problème, parce que les solutions normalement utilisées sont soit des injections de stéroïdes, soit une intervention chirurgicale, deux options a priori peu attirantes.

 

Crédit photo : commons.wikimedia.org