Quels sont les effets des écrans sur les enfants et les adultes…

On a tous entendu parler de l’effet des écrans sur le sommeil, la concentration et les capacités psychomotrices de nos enfants… parfois sans pouvoir expliquer clairement quel est l’effet nocif de cette technologie. De même, les recommandations pour les adultes comme les enfants préconisent de ne pas utiliser les écrans juste avant d’aller se coucher, pour ne pas nuire à l’endormissement et à la qualité du sommeil. Mais beaucoup sont un peu perdus quand à la mise en pratique, faute de comprendre par quel mécanisme ces appareils du quotidien peuvent influer sur le système nerveux de nos enfants ou notre sommeil… 

La lumière bleue, oui mais pas que

On sait que les écrans sont suspectés de nuire à l’endormissement à cause de leur lumière : en effet la lumière, naturelle ou artificielle diminue la sécrétion de la mélatonine, l’hormone naturellement produite par la glande pinéale, ou épiphyse.

La mélatonine est nécessaire à l’endormissement, mais elle n’est sécrétée que lorsque la lumière commence à baisser. Elle atteint un pic entre 1 heure et 4 heures du matin. A l’aube, c’est justement l’apparition de la lumière, perceptible à travers les paupières fermées qui arrête sa sécrétion.


C’est pourquoi le fait de fixer un écran lumineux le soir impacte directement sur sa production.

Pour les mêmes raisons, on préfère une ambiance tamisée en soirée, bien avant l’heure du coucher, pour commencer à préparer l’organisme et l’informer que la journée est bientôt terminée et que dans quelques heures ce sera le moment de s’endormir…dans le noir total de préférence.

Ou à la rigueur avec une source de lumière très tamisée et surtout assez éloignée de son lit pour ne pas y être exposé directement.

Mais l’impact de l’exposition lumineuse et de la diminution de la mélatonine n’explique pas à elle seule les restrictions préconisés pour les enfants, à savoir : de ne pas exposer aux écrans les enfants de moins de trois ans et de veiller pour les plus grands à « rationner » leur temps d’exposition.

C’est surtout qu’on commence à suspecter que l’hyper exposition aux ondes électromagnétiques (et oui, c’est plutôt elles les fautives) dès le plus jeune âge pourrait être responsable de certains troubles nerveux et/ou de développement…

Les autres méfaits supposés des ondes

Les ondes électromagnétiques seraient ainsi suspectées de perturber les sécrétions hormonales naturelles (la mélatonine, mais aussi l’adrénaline par exemple).


Quelques lectures intéressantes:

Elles pourraient potentiellement interférer dans les échanges des ions cellulaires, c’est-à-dire en clair, brouiller la communication cellulaire et désorganiser les échanges. Les ondes électromagnétiques sont également suspectées de favoriser l’hyperperméabilité intestinale, à l’origine de nombreuses maladies émergentes…

Et depuis 2011, l’OMS a classé les ondes électromagnétiques en catégorie 2B, c’est-à-dire « facteur peut-être cancérigène pour l’homme »…

Beaucoup de bonnes raisons pour appliquer le principe de précaution : les jeunes enfants devraient être exposés au minimum et les plus grands limiter raisonnablement le temps d’exposition…

Et ce n’est pas seulement les écrans….

On parle généralement de la nocivité des écrans (tablette, télévision, Smartphone …) mais pour être précis, il faudrait parler des ondes…et donc de tous les appareils qui en émettent : wifi, micro onde, objets connectés, Bluetooth, téléphone sans fil…etc.).

Ce sont donc tous ces objets qu’il faut éloigner de la chambre à coucher des petits et des grands : l’organisme doit pouvoir disposer d’un moment de récupération et de régénération intense, sans perturbations.

Et puis quand vous dormez, vous ne profitez pas des avantages de toute cette technologie, donc pourquoi en avoir les inconvénients ?

Établissez-vous donc un nouveau rituel : le soir, on fait la chasse aux ondes !

Alors en pratique

Concrètement, on essaie de réserver pour les grands et les petits des moments préservés des ondes, idéalement la nuit pour favoriser un sommeil réparateur… A priori, disposer de moments de répit sans aucune exposition serait particulièrement important pour l’organisme.

La présence d’un téléphone portable allumé ou en veille, d’un téléphone sans fil, d’un ordinateur, d’une borne wifi dans la chambre à coucher ou juste de l’autre côté du mur jouxtant la chambre, un radio réveil, un lit électrique…tous ces éléments sont à éviter autant que possible. Inutile de préciser que dormir avec son téléphone portable allumé sous l’oreiller est à bannir…

Tous ces appareils peuvent être tout simplement éteints la nuit, ou remplacés s’ils ont fonction de réveil. Pour ceux qui vivent en immeuble, c’est évidement plus compliqué, car ils bénéficient de l’installation de leurs voisins …

Il est alors envisageable de s’équiper de protections vendue pour pallier à l’effet présumé des ondes électromagnétiques.

 

Article rédigé par Marie Chetaille,
Naturopathe
Une question ? chetaille.marie@orange.fr

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com