Quand la mort est traumatique: Le trauma suite au deuil !

Comment accompagner par l’Hypnose Ericksonienne le traumatisme lié au deuil ?

Par Fériel Berraies,  praticienne en Hypnose Ericksonienne  certifiée à Xtréma Paris.

 

Pour Milton Erickson, l’inconscient est profondément bon et puissant. En d’autres mots, Il est bienveillant et c’est avec lui que l’état hypnotique doit coopérer.


L’inconscient est capable de mobiliser des ressources intérieures, des potentialités susceptibles de conduire aux changements de comportement désirés. L’hypnose Ericksonienne a pour but d’amener conscient et inconscient à travailler ensemble pour déclencher les changements utiles à la résolution d’un problème,ou amener à vivre différemment une “expérience” et peut aider à recadrer un “comportement”.

Un trauma est une expérience qui ne s’est pas transformée en apprentissage, il n’y a aucun feedback par rapport à elle et la personne le vit avec souffrance encore et toujours. L’Hypnose peut intervenir à cet effet. Mais avant cela, il faut reconnaître le trauma.

Les règles du trauma

En règle générale, il  se présente comme un événement difficile qui n’a pas été intégré et contrairement aux croyances populaires, ce n’est pas l’objet du trauma qui pose  plus problème, mais plus sa relation avec lui !

Pour bien   cerner le trauma  et le reconnaître, le patient quand il vient à nous présente 3 « symptômes » :

  • il n’arrête pas de pleurer quand il l’évoque
  • il présente une forme de culpabilité « comme si c’était sa faute »
  • Et cet événement traumatique est bel et bien fini pour lui et relève du passé

Ces facteurs réunis, on a un trauma.

En début anamnèse, les questionnements du thérapeute sont donc cruciaux, afin de réellement cerner la teneur et l’existence de si oui ou non trauma, comprendre sa  nature et ses répercussions sur le sujet.

Parfois le sujet est  persuadé que c’est un trauma et cela ne l’est pas vraiment. Cela peut être quelque chose de très douloureux, comme par ex  un stress aigu ou une souffrance psychologique intense.  Le trauma peut être aussi non unique et répétitif  ( ex dans le cas d’abus sexuels répétés) ce qui le rend encore plus complexe.

Il est  aussi  important de vérifier la connexion en termes de devenir par rapport à ce trauma, pour savoir si le trauma existe toujours tout en comprenant bien aussi comment ça a démarré.

Pour traiter le trauma: retour vers le passé !

C’est un passage obligatoire, où le thérapeute  va « dérouler le film de sa vie antérieure » pour aider le sujet à  rencontrer le trauma, mais en faisant très attention, pour le protéger, afin qu’il ne  revive pas dans la douleur ce passé, mais plutôt comme un sujet spectateur “capable de ne plus subir”  plus en contrôle. Un voyage qui doit l’aider à voir son histoire  sous un autre angle pour en tire des leçons et le rendre plus fort aujourd’hui!

Tenter d’y trouver des apprentissages et du  positif qu’il ramènera à sa vie dans le ici et maintenant. Pour Erickson, jamais d’échec même dans le plus douloureux, que du retour d’informations!

Je vais le faire revivre dans  son inconscient via une régression en âge, son histoire mais il n’est plus à présent “désarmé” et là il ne “subira plus” mais inversera la donne en termes d’apprentissage.

On peut utiliser plusieurs techniques comme les dissociations, dissociation du conscient et de l’inconscient et de la partie traumatisée, afin de bien séparer les parties en soi. Chacune ayant un boulot différent à faire.

Ou une dissociation visuelle pour permettre au sujet de se voir et de s’entendre en dehors de lui même.

Dissociation dans le temps également, voir le avant, pendant, après la situation.

Quand la mort est traumatique: Le trauma du deuil

Dans beaucoup de situations, le trauma quand il survient est consécutif à la soudaineté de la disparition. Oui la disparition physique est importante, cependant « on est jamais prêts ou préparés  à dire au revoir » quand c’est bref et rapide et que l’on voyait pas la chose venir ! ou que “c’est une mort injuste” (suite par ex à une erreur médicale, ou un accident de travail etc).


Quelques lectures intéressantes:

Dans d’autres scénariis, les circonstances de la mort peuvent aussi nourrir le trauma, d’autant que la personne reste profondément marquée et n’arrive pas à faire son deuil « naturellement » si elle choquée par des circonstances extrêmes ou d’une grande violence avec un sentiment exacerbé d’injustice et d’anormal. (on a vu cela auprès des personnes qui ont perdu des proches durant les conflits armés, ou suite aux attentats terroristes ou suite à un accident ferroviaire ou d’avion etc) ici les circonstances qui sortent de la norme, augmentent le Traumatisme.

Quand une mort est consécutive à une maladie et que dans le conscient, on est plus ou moins préparés et l’Hypnose tout comme d’autres thérapies brèves peuvent accompagner en atténuant les souvenirs dégradés des dernières semaines.

Ici le travail sera centré sur le positif d’une circonstance douloureuse, pour ne garder que les belles images.  L’Hypnothérapeute peut aider à accélérer ou relancer le travail de deuil par l’hypnose. Mon travail avec vous  intégrera peu à peu la résilience dans votre quotidien.

Les 7 étapes du deuil

Elisabeth Kubler Ross, psychiatre et psychologue, décrivait les 7 étapes nécessaires au travail de deuil: Le choc, le déni, la colère, la tristesse, la résignation, l’acceptation et la reconstruction. Le deuil peut devenir complexe voire même devenir un pathos si l’une de ces étapes ne s’est pas déroulée correctement.

Traitement du deuil pathologique: les dangers

Un Deuil pathologique non traité engendrera toute une panoplie de conséquences psychosociales non négligeables: allant de l’anxiété à la dépression. Ses expressions extrêmes seront les phobies,  les  crises de panique, la dépression, l’isolement, les troubles du comportement alimentaire, les TOCs, les pensées morbides et suicidaires etc.

Casser les blocages du Deuil

Regrets, sentiments de frustrations, culpabilité, déni, non-dits, autant de facteurs psychologiques et émotionnels pour la personne qui les subit et qui est face à un tsunami émotionnel «Je n’ai pas profité de lui, je n’ai pas pu lui dire au revoir, ce n’est pas juste, pas comme ça et pas aussi tôt» !

Ou encore « je n’ai pas pu lui dire combien je l’aime, je lui ai pas demandé pardon » etc. et la liste est longue des non-dits. Tous ces éléments bloquent le processus du deuil qui ne peut plus faire son  chemin naturellement pour la personne en souffrance.

L’Hypnose vous permet de construire « cet épisode manqué «  de votre deuil.

 L’Hypnose est là pour proposer de reconstruire « ce chapitre ou épisode manqué » permettant un espace d’expression et d’interaction  thérapeutique dans lequel le processus de deuil est relancé, pour que cette fois ci, chaque étape se déroule dans son intégralité.

Je vais  vous accompagner au travers de votre  deuil, pour faire votre deuil convenablement,  à votre rythme pour aider à amoindrir les symptômes, voire, les faire disparaître. Mais ce travail viendra essentiellement de vous de votre résilience et de votre désir de vous en sortir !

Laissez partir le défunt pour Faire son Deuil et réapprendre à vivre !

Lorsque l’absence  est intolérable,  l’Hypnose peut vous aider à dire au revoir à l’être perdu. Ainsi, vous allez laisser l’inconscient faire son travail de deuil. Petit à petit, à votre rythme  avec mon accompagnement vous construisez un chemin vers  à la paix, pour commencer à vous ouvrir à la vie que le défunt aurait voulu pour vous.

Et vous réapprenez non pas en l’oubliant, mais en vous habituant à son absence, à ne garder que   le meilleur de son souvenir et de son amour qui est lui, immortel.

M’écrire : fbhypno@gmail.com

Prochainement cabinet sur Ozoir la Ferrière (Seine et Marne ) à la rentrée 2017

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com