Procrastination: solution efficace par les médecines douces

Par Fériel Berraies, 

Procrastination,  késako ?

C’est un comportement qui consiste à remettre à plus tard, ou à commencer quelque chose et à ne pas la finir, où à se disperser pour ne pas faire la tâche principale.

Une sorte de conduite d’évitement où l’on se dit que l’on va faire la chose mais on s’arrange ensuite, pour ne pas la faire.


Une spirale infernale s’enclenche car plus vous attendez plus vous vous mettez en danger, plus vous reportez plus vous culpabilisez et vous perdez alors tout contrôle et estime de vous-même.

On connait bien nos enfants et surtout nos ados, lorsqu’on leur demande de faire quelque chose et qu’ils vous répondent « ok mais après » mais vous savez pertinemment qu’ils ne la feront pas ou bien qu’ils feront autre chose ou au pire, qu’ils la feront mal…

Mais la procrastination touche aussi les adultes, qui peuvent également se trouver dans un scénario du « report « encore et toujours jusqu’à se mettre en danger !

Quand la procrastination s’installe

C’est au départ insidieux, banal, on reporte une tâche, un dossier, un rendez-vous, mais au fil du temps on s’installe dans une conduite d’évitement.  On peut faire plein de choses à côté, être même hyperactif mais on ne fait jamais la chose qu’il faut. Il est clair que si vous vous trouvez dans ce scénario, vous êtes un « procrastineur » que vous soyez dans le déni ou pas !

Casser les mythes

Beaucoup sont dans le jugement face à ce comportement qui est considéré du ressort du pathologique pourtant. Et en conséquence, cela en aggrave les effets psychologiques pour celui qui la subit. Il faut se dire que la plupart du temps, ces personnes sont loin d’être paresseuses ou incapables, au contraire, la plupart sont intelligentes, productives, téméraires et créatives. Elles sont simplement dans une période transitoire de mal être et elles se retrouvent prises au piège car le temps passe, la culpabilité grandit et surtout la perte d’estime de soi à force.

Mais alors pourquoi procrastine ton ?

Certains de ces comportements donnent la voix en fait à de l’anxiété, un manque d’assurance une certaine souffrance morale aussi parfois. Le souci est que si cela s’installe dans la durée, cette conduite peut amener une panne dans l’activité. Si en prime, il y a un manque de confiance, il est à craindre que l’individu va se complaire dans sa propre dévalorisation et avec à l’appui une culpabilité dont l’origine serait la peur de l’échec. La peur de ne pas être capable et à la hauteur.

Arrêtez de cogiter et agissez !

Au lieu de se dire je dois faire ceci ou cela, passez à l’action, commencer à faire et agissez. Dites vous qu’il faut commencer par un petit bout puis un autre et que de toute facon cela est un passage obligé, même si la tâche parait immense. Faites vos petits pas de fourmis, et vous verrez votre culpabilité, votre stress, votre malaise commencer à fondre comme neige au soleil !

Faut simplement commencer, comme un régime, c’est dur au départ mais si vous vous accrochez vos verrez tous v os freins vos blocages disparaitre.

Les étapes pour recadrer : faire preuve de bon sens avant tout et se donner de la bienveillance

C’est une politique des étapes avant tout

1- La  « to do list » de choses que vous remettez au lendemain et cela vous permettra  de mesurer  votre  stress

2- Reprendre les 3 tâches les plus importantes de la liste et trouver des solutions pour les finaliser

3- Faites-vous des objectifs avec  des  petites étapes pour avancer pas à pas. Avancez lentement mais surement par “petits pas”, Et cette liste, on la commence aujourd’hui !


Quelques lectures intéressantes:

La Sophrologie vous aidera à éliminer stress et culpabilité

Des exercices de relaxation touchant le corps et le mental vont permettre justemen d’évacuer les pensées parasites, ces pensées sont toxiques et peuvent justement alimenter le syndrome de l’échec continuellement. Cela amenant l’individu à re pousser encore et toujours de peur de ne pas être à la hauteur. A côté du stress, va s’alimenter l’angoisse car justement là tous les clignotants sont au rouge. L’individu est conscient du temps qui passe et du fait qu’il est en danger mais il n’arrive pas à se débarrasser de cette chape de plomb qui l’immobilise. Et in fine, il va alimenter un manque de confiance qui se traduira dans la durée par des complexes et une perte d’estime de soi.

La médecine allopathique doit travailler de concert avec les médecines douces

Ce qu’il faut rappeler, c’est que cela reste un comportement pathologique qui doit être au préalable suivi par des spécialistes (psychiatres, médecin etc) et les méthodes douces ne sont que complémentaires.

Il est important de fouiller dans l’arbre de vie du patient voir, s’il n’y a pas des choses plus cachées qui seraient refoulée ( névrose, trauma, état de stress post traumatique ou une dépression non traitée, enfance, insécurité maladive)

Même, si l’hypnose se targue de pouvoir traiter le problème à elle seule, ayant les deux spécialités, si l’on vient me voir pour la Sophrologie, je vais d’abord me renseigner si mon client n’est pas dans une situation qui nécessite réellement cette prise en charge préalable.

Il s’agit réellement d’un problème sérieux ( s’il reste dans une grande durée) , et il ne faut pas passer à cote, les médecines douces seraient alors les arbres qui cache une forêt bien plus épineuse qu’on le penserait…

Travailler la confiance et l’estime

Et surtout la perception de sa propre valeur est importante. Il faut accepter son miroir avec ses imperfections et ne pas avoir peur de voir la vérité en face. Il faut aussi se donner le temps de changer, respecter son rythme et rester dans la bienveillance. S’affranchir du regard, des jugements de la société qui nous stigmatise.

Il s’agit d’un réel travail que d’apprendre à s’accepter avec ses failles mais également croire en ses potentialités. La Sophrologie est bienveillante elle est écologique elle ne ment jamais, elle ne fait que reconnecter l’individu à ses ressources qui sont mises en veille pour x ou x raison.

Car au fond, la visualisation positive dont la méthode Cauet s’inspire en Sophrologie, projette le meilleur et donne l’espoir que l’ on peut avec des efforts et de l’assiduité se donner les moyens de s’en sortir. ?

Détente, visualisation positive, boosting des capacités, oui la Sophrologie est votre arme contre la procrastination. Donnez vous le temps de vous en sortir…

 

Article rédigé par Fériel Berraies,
Sophrologue certifié RNCP, hypnothérapeute certifiée Xtréma Paris
Retrouvez ses conseils sur : www.feriel-berraies-therapeute.com
Contacter Fériel: fbsophro@gmail.com

 

Crédit photo:

Source Tapping a Pencil

Auteur Rennett Stowe from USA
Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com