Poids faible à la naissance (prématuré): Symptômes, Danger ? Prévention & Traitement !

Poids faible à la naissance (prématurité)

Il n’y a pas si longtemps, la prématu­rité n’était définie que par le poids de naissance, égal ou inférieur à 2,5 kg, sans tenir compte de la durée de la grossesse. Aujourd’hui, c’est l’inverse : le temps de gestation détermine la maturité de l’enfant, indépendamment de son poids de naissance.

L’histoire de la mère, les divers examens pratiqués durant sa grossesse et l’examen des différentes fonctions du nouveau-né per­mettent d’établir avec précision cette maturité.


Si la période de gestation est inférieure à 38 semaines, le nouveau-né est considéré comme un prématuré ; si elle est supérieure à 42 semaines, le bébé est né après terme ; entre 38 et 42 se­maines, le nouveau-né est à terme.

Lorsque le poids du nouveau-né est inférieur à celui que laisse présager la période de gestation, il s’agit d’un enfant de poids faible à la naissance, né à terme mais ne pesant par exemple guère plus de 1,200 kg. Il faut alors faire très attention à son taux de sucre sanguin qui risque de chuter dangereusement après la naissance.

Environ 7 à 10 p. cent des nouveau- nés sont de poids faible à la naissance. Ce sont des bébés particulièrement exposés aux infections, aux anomalies et aux troubles de toutes sortes.

Ce faible poids de naissance est imputable à la mère pour diverses raisons : maladie chronique (tuberculose, diabète, affec­tion cardiaque) ; infection aiguë pendant la grossesse ; dénutrition ou malnutri­tion ; mère trop jeune ou trop âgée ; naissances trop rapprochées ; facteurs héréditaires ; abus de tabac ou de médicaments (analgésiques, sédatifs, sti­mulants, etc.) ; toxémie gravidique ; mauvaises conditions de vie pendant la grossesse ; décollement prématuré du placenta ; grossesse multiple.

Un nou­veau-né de petit poids peut avoir un développement tout à fait normal, ou bien perturbé à divers degrés : cela va du léger retard dans l’apprentissage à l’arriération mentale, la cécité ou l’infir­mité graves.

Poids faible à la naissance Danger : Les nouveau-nés de faible poids sont extrêmement vulnérables à l’environnement. Leur avenir est direc­tement fonction de leur degré de matu­rité. Lorsque le poids de naissance est inférieur à 1,500 kg, la survie reste aléatoire, et les risques de troubles de la vision, de l’audition et de retard intellectuel sont très élevés.

Les préma­turés sont particulièrement exposés aux complications neurologiques, aux re­tards d’apprentissage et aux anomalies congénitales. En moyenne, leur quotient intellectuel est inférieur à la normale.


Quelques lectures intéressantes:

L’immaturité entraîne en outre des difficultés respiratoires, un manque de résistance aux infections, une tendance au rachitisme et à l’anémie, des troubles de la nutrition, un faible appétit et une diathèse hémorragique (réaction exces­sive à une blessure légère).

Poids faible à la naissance Symptômes :

Inertie, faiblesse, cri faible, respiration irrégulière, tête large, yeux proéminents, abdomen saillant, tissu graisseux sous-cutané peu abondant sont les caractéristiques communes d’un nouveau-né prématuré ou de faible poids à la naissance.

Poids faible à la naissance Traitement :

Afin de faciliter le difficile passage de la vie intra-utérine à l’envi­ronnement extérieur, on place momen­tanément le nouveau-né prématuré ou de faible poids dans un milieu qui tente de reconstituer les conditions de vie utérine. Chaleur (un incubateur main­tenu à une température constante de 30 à 32 °C), humidité (55 à 65 p. cent), alimentation adaptée aux faibles capa­cités de digestion du bébé (parfois administrée par cathéter), oxygénation adéquate (voies respiratoires régulière­ment désobstruées, oxygénation artifi­cielle si nécessaire) et prévention contre les infections (aseptie de l’incubateur) constituent les garanties de base de la survie du prématuré. A cela s’ajoute un minimum de manipulation et d’exposi­tion à l’air libre, des soins prodigués par des infimiières-puéricultrices expertes et un supplément de vitamines spéciale­ment dosé. Les 48 premières heures de la vie sont les plus critiques.

Poids faible à la naissance Prévention :

Une bonne protection prénatale implique la surveillance de la santé et de l’alimentation de la mère, des conditions de vie favorables pendant la grossesse, la suppression du tabac et de l’alcool et le moins de médicaments possible.

Résultat : Les chances de survie d’un nouveau-né de faible poids sont directe­ment liées à son degré de maturité. La mortalité reste élevée chez les grands prématurés. La croissance et le dévelop­pement d’un prématuré sont plus lents que pour un nouveau-né normal. Il conserve pendant deux ans un léger retard psychomoteur qu’il rattrape par la suite sans difficulté dès qu’il atteint l’âge de la maternelle. Des soins médi­caux compétents et un entourage affectif équilibré sont essentiels pour permettre au prématuré de devenir un enfant en tous points normal.

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com