La maladie pulmonaire interstitielle et ses remèdes naturels

La pneumopathie interstitielle regroupe plus de 200 troubles pulmonaires différents qui affectent tous les tissus et les espaces autour des alvéoles (sacs d’air) dans les poumons, appelés l’interstitium. Ces troubles finissent tous par affecter votre capacité à respirer et à obtenir suffisamment d’oxygène dans votre circulation sanguine. La pneumopathie interstitielle est généralement irréversible. Les médicaments et certains remèdes naturels peuvent ralentir les dommages, mais la plupart des personnes affectées ne retrouvent jamais la pleine utilisation de leurs poumons. La transplantation pulmonaire est être une option pour certaines personnes.

Qu’est-ce que la pneumopathie pulmonaire interstitielle ?

Selon l’American Lung Association, la pneumopathie interstitielle est un “terme générique” pour un grand nombre de troubles qui causent des cicatrices (ou fibrose) des poumons.

Les pneumonies interstitielles peuvent affecter certaines parties des poumons, notamment les alvéoles, les voies respiratoires (trachée, bronches et bronchioles), l’interstitium, les vaisseaux sanguins et la plèvre (paroi extérieure du poumon).


Selon le type, il peut se développer divers degrés de fibrose, d’inflammation et d’autres symptômes. La fibrose associée à la pneumonie interstitielle décrit une quantité élevée et une structure anormale (cicatrisation) du tissu conjonctif, tandis que l’inflammation décrit la formation excessive de cellules inflammatoires.

Si les poumons sont endommagés par la pneumonie interstitielle, la situation peut devenir permanente et progressive, ce qui signifie qu’il y a aggravation dans le temps.

Quels sont les différents types de maladies pulmonaires interstitielles ?

Certains types spécifiques de PI comprennent :

  • Fibrose pulmonaire (FPI), lorsque les petits sacs d’air des poumons appelés alvéoles sont durcis, cicatrisés et endommagés en raison de la perturbation causée par des particules externes.
  • Fibrose pulmonaire idiopathique, sans cause connue.
  • Pneumopathie interstitielle (ou pneumopathie d’hypersensibilité), dans laquelle les poumons s’enflamment. Ce cas est souvent associé à une réaction allergique ou à des maladies auto-immunes (comme la sclérodermie rhumatoïde ou la fibromyalgie).
  • Sarcoïdose, inflammation des poumons et généralement gonflement des ganglions lymphatiques.
  • Hémorragie pulmonaire, qui décrit un saignement aigu des poumons des voies respiratoires supérieures, de la trachée et des alvéoles.
  • Maladies du tissu conjonctif.
  • Les maladies inflammatoires de l’intestin d’origine professionnelle ou environnementale, notamment l’amiantose, les maladies pulmonaires noires chez les mineurs de charbon, les maladies pulmonaires chez les agriculteurs qui inhalent de la poussière de ferme, la sidérose causée par l’inhalation de fer provenant des mines ou des fumées de soudage et la silicose provenant de l’inhalation de poussière de silice.
  • DIL induite par le médicament ou la radiothérapie.

Emphysème vs pneumopathie maladie pulmonaire interstitielle ?

Même si les deux pathologies ont des symptômes en commun, ce n’est pas la même chose.

L’emphysème est considéré comme un type de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

La MPOC est un autre terme générique qui englobe plus de 100 maladies différentes mais connexes, dont l’emphysème et la bronchite chronique.

La MPOC est différente de la PI parce qu’elle décrit des maladies pulmonaires obstructives qui affectent surtout la capacité de respirer en raison du resserrement des voies respiratoires, tandis que la PI est surtout due à des cicatrices et à la fibrose qui limitent la capacité de respirer.

Qu’est-ce qui cause la pneumopathie pulmonaire interstitielle ?

La cause de la maladie pulmonaire interstitielle n’est pas toujours apparente, mais elle peut être due à :

Des facteurs environnementaux (en particulier l’exposition à certains types de poussières ou d’autres allergènes) tels que :

– Amiantose (causée par l’exposition à l’amiante, souvent plusieurs années auparavant).
– Pneumopathie d’hypersensibilité (HP ; aussi appelée alvéolite allergique extrinsèque, EAA) qui peut être observée chez les éleveurs d’oiseaux et les agriculteurs. Dans certains cas, un patient peut présenter une HP/EAA, mais l’allergène n’est pas connu.

Des maladies auto-immunes (ou rhumatologiques) dans lesquelles le système immunitaire du patient attaque son corps, telles que:

  • Dermatomyosite
  • Sclérose systémique (aussi appelée sclérodermie), et
  • Lupus érythémateux disséminé (LED),
  • Granulomatose de Wegeners, syndrome de Churg Strauss et autres vascularites .

 

Des réactions médicamenteuses, en particulier l’amiodarone, la nitrfurantoïne et d’autres médicaments, ont été signalées comme causant une PI chez un petit pourcentage de personnes qui en prennent pendant une longue période.

Il existe beaucoup d’autres maladies inflammatoires de l’intestin plus rares, mais nous avons traité les plus courantes ici. Si vous avez besoin d’informations sur les autres, veuillez consulter votre médecin en clinique.

Dans tous ces cas, l’inflammation interstitielle modifie la capacité du poumon à fonctionner normalement.

Habituellement, une légère cicatrisation du tissu pulmonaire survient d’abord, mais au fil des mois et des années, le tissu pulmonaire normal est remplacé par un tissu pulmonaire plus fortement cicatrisé, ce qui rend difficile la respiration et l’apport en oxygène nécessaire au corps.

La pneumopathie interstitielle affecte chaque personne différemment et les maladies évoluent à des rythmes différents. Pour certains, la cicatrisation se produit rapidement, alors que dans d’autres, elle se produit sur une plus longue période de temps.

Les symptômes varient également de modérés à graves et peuvent rester les mêmes pendant un certain temps.

4 remèdes naturels pour les symptômes de la pneumopathie pulmonaire interstitielle

1. Oxygénothérapie

L’oxygénothérapie est principalement utilisée pour réduire les complications associées à un faible taux d’oxygène dans le sang, notamment l’essoufflement et la difficulté à faire de l’exercice.

Elle peut aider à faciliter la respiration et l’activité physique, à améliorer le sommeil et à réduire la tension artérielle du côté droit du cœur. (2)

Certaines personnes n’utilisent l’oxygène que pendant le sommeil ou l’exercice, tandis que d’autres l’utilisent toute la journée pour contrôler leurs symptômes.


Quelques lectures intéressantes:

Echangez avec votre médecin sur l’utilisation d’un oxymètre de pouls à la maison.

C’est un petit appareil placé sur le bout de votre doigt qui vous indique la quantité d’oxygène dans votre sang.

2. Réadaptation pulmonaire et exercice physique

 

La ” réadaptation pulmonaire ” comprend un certain nombre d’approches thérapeutiques qui peuvent aider à améliorer le fonctionnement quotidien et le bien-être des personnes atteintes d’une maladie pulmonaire interstitielle.

La réadaptation pulmonaire peut comprendre :

  • la physiothérapie
  • un programme d’exercices appropriés (comprenant habituellement un entraînement aérobique et musculaire)
  • l’ergothérapie pour faciliter toutes les activités
  • un soutien nutritionnel
  • un soutien émotionnel
  • des exercices respiratoires qui peuvent améliorer l’efficacité pulmonaire. (3)

Rester actif est important pour soutenir les poumons (par exemple en travaillant avec un physiothérapeute ou un entraîneur personnel qui connaît bien les maladies pulmonaires, le système cardiovasculaire et le système immunitaire).

L’inactivité peut aggraver l’essoufflement, la raideur, l’enflure et la douleur.

Echangez avec votre médecin sur les différentes manières de demeurer actif, comme la marche à l’extérieur, la natation, le vélo, le yoga et le Tai Chi.

Essayez de faire de 20 à 30 minutes d’exercice modéré (pensez à une marche rapide ou à un jogging lent) chaque jour si possible.

3. Régime anti-inflammatoire

regime anti inflammatoire

Si vous souffrez d’une pneumopathie interstitielle, il serait bon de consulter une diététicien ou un conseiller en nutrition pour vous aider à personnaliser un régime alimentaire sain.

Si vous perdez du poids en raison d’une perte d’appétit, il est important de vous assurer de consommer suffisamment de calories pour combler vos besoins et prévenir les carences nutritionnelles.

Vous devriez également parler à votre nutritionniste ou à votre médecin de tous les suppléments et médicaments que vous prenez pour vous assurer qu’ils n’aggravent pas les symptômes tels que les changements de la tension artérielle ou le RGO.

Il est recommandé aux personnes atteintes d’une maladie pulmonaire interstitielle de suivre un régime alimentaire sain et équilibré qui comprend :

  • Une variété de légumes et de fruits pour maximiser l’apport en antioxydants, vitamines, minéraux et fibres. Tous les types de légumes-feuilles, patates douces, brocolis et autres légumes crucifères, carottes, tomates, courges, ail, herbes et épices, agrumes, mangues, cerises, melon, toutes sortes de baies, cacao, thé vert et algues marines. Les aliments biologiques sont les meilleurs pour aider à réduire l’exposition aux pesticides et aux produits chimiques.
  • Beaucoup de protéines maigres, comme le poisson, la viande nourrie à l’herbe, les œufs de pâturage et la volaille bio, les poissons sauvages comme le saumon ou les sardines qui fournissent des acides gras oméga-3.
  • Les aliments probiotiques, notamment le yogourt, le kéfir et les légumes de culture.

 

Restez hydraté, en particulier avec de l’eau, des jus de légumes frais et des tisanes/infusions.

Évitez les aliments raffinés et transformés, y compris les aliments frits, les repas-minute et ceux faits de grains raffinés, de sucre ajouté et de graisses hydrogénées.

Il peut être recommandé également aux personnes souffrant d’une maladie auto-immune ou d’allergies d’essayer un régime d’élimination et d’éviter les allergènes courants comme le gluten, les produits laitiers, les arachides et les fruits de mer.

4. Soulagement naturel de la douleur

Votre médecin peut vous recommander de prendre un analgésique en vente libre si la douleur s’aggrave.

Vous pouvez également essayer d’utiliser des analgésiques naturels comme des compresses froides, des huiles essentielles et un humidificateur pour améliorer les fonctions pulmonaires et respiratoires.

Dormez suffisamment, ce qui renforce votre système immunitaire et aide à gérer le stress.

Pour aider à réduire la toux persistante, envisagez d’utiliser un humidificateur d’air dans votre maison pour que vous respiriez de l’air chaud et humide.

Cela aide à apaiser vos voies respiratoires, à calmer un mal de gorge et à améliorer la fonction pulmonaire.

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com