Les dégâts du tabac: le tabac et ses dangers

Le tabac multiplie les risques de :

  • cancer du poumon (taux neuf fois plus élevé chez le fumeur que chez le non-fumeur) ;
  • emphysème (directement lié à la consommation de cigarettes, d’ordi­naire) ;
  • crise cardiaque (deux fois plus fré­quentes chez ceux qui fument quotidien­nement un paquet et plus) ;
  • aggravation des troubles gastro-intes­tinaux (les ulcères cicatrisent plus diffi­cilement ou deviennent chroniques) ;
  • bébé plus petit à la naissance (fumer pendant la grossesse affecte le fœtus) ;
  • aggravation des troubles circulatoires (fumer constitue un risque grave pour ceux qui souffrent d’une maladie cardia­que ou vasculaire ; le tabac élève la tension, rétrécit les vaisseaux sanguins de la jambe, des doigts de la main et du pied, et s’avère une cause directe de claudication intermittente (douleur à la marche en raison d’un rétrécissement des vaisseaux) et de gangrène de la jambe).

De nouvelles recherches viennent sans cesse confirmer la dramatique incidence du tabac sur la maladie.

Comment s’arrêter de fumer :

  • Pourquoi fumez-vous? Dressez la liste de vos raisons. Faites-le honnête­ment, et par écrit.
  • Si, entre autres raisons, vous fu­mez parce que vous avez besoin de tenir un objet, remplacez votre cigarette par un substitut : crayon, stylo, allumette…
  • Est-ce par habitude ? Dans ce cas, glissez un carton dans votre paquet. Et notez chaque cigarette que vous fumez. Vous ne cesserez pas définitivement, mais vous en consommerez moins.
  • Vous craignez de prendre du poids en arrêtant ? Ne vous inquiétez pas. Chaque problème en son temps. Quand vous aurez réglé celui-ci, il vous sem­blera beaucoup plus facile de vous débarrasser ensuite de quelques kilos superflus.
  • Vous avez besoin d’une cigarette dans un moment de stress ? Essayez l’exercice physique. Le jogging, la nata­tion, n’importe quel sport un peu vif réduisent mieux la tension mentale que ne le procure le tabac.
  • Vous vous croyez dépendant du tabac ? Rappelez-vous que vous n’avez pas forcément envie de toutes les ciga­rettes que vous portez à vos lèvres. On fume souvent plus par anticipation du plaisir que par désir réel. On peut donc supprimer un certain nombre de ciga­rettes. Efforcez-vous d’abord de ne fumer que celles dont vous sentez ne pas pouvoir vous passer, et vous découvrirez probablement que vous avez réduit votre consommation de moitié. Essayez ensuite, au bout d’une semaine ou deux, d’arrêter complètement. Si vous n’y arrivez pas, demandez l’aide d’un méde­cin. Beaucoup de gens également ont réussi à se débarrasser de cette mauvaise habitude grâce à l’hypnose, en consul­tant un psychologue, ou par la thérapie de groupe, en se réunissant avec d’autres fumeurs pour discuter du problème.
Vous aimerez aussi :  Prégnénolone - Utilisations, posologie et effets secondaires

Si l’on désire vraiment abandonner le tabac, on trouve toujours un moyen.