Construire une maison saine: quels matériaux éviter?

D’après une étude oqai (2009), Le Français moyen consacre environ 67 pour cent de son temps en intérieur (source). Par conséquence, nous inhalons beaucoup de poussière, et dans cette poussière se cachent divers produits chimiques – certains toxiques – qui sont répandus dans les meubles, l’électronique et les jouets, ainsi que dans les matériaux de construction comme l’isolation, les produits d’étanchéité, les adhésifs et la peinture.

Les produits chimiques ne restent pas dans les produits, ils migrent continuellement vers l’air et la poussière, puis pénètrent dans nos corps.
Oui, cela semble terrifiant, mais vous pouvez minimiser votre exposition à ces toxiques en recherchant les normes et les systèmes de certification qui existent pour les matériaux dont vous avez besoin pour votre projet de construction ou de rénovation.

Ensuite, vous pouvez identifier les éléments potentiellement toxiques et chercher des alternatives plus sûres. Votre entrepreneur (si vous en avez un) peut faire tout cela pour vous.


Certaines entreprises font des efforts pour éliminer les produits chimiques dangereux. Dans dans certains pays, comme l’état de Washington aux Etats Unis par exemple, les entreprises sont tenues de signaler l’utilisation de produits chimiques dangereux dans les produits pour enfants.

En France, des mesures sont prises régulièrement, mais nous sommes loin d’être protégés de tous les produits toxiques et de nouvelles recherches dévoilent de nouveaux risques chaque année. Il est donc utile d’adopter les bons comportements.

Identifier les grands facteurs de risques

Le revêtement de sol en vinyle, les stores, les revêtements muraux – tout type de matériau de construction en vinyle à l’intérieur de votre maison représente un risque.

Les Phtalates, des produits chimiques utilisés pour rendre le plastique souple et flexible, sont aussi omniprésents dans le vinyle car ils sont dangereux. Ils imitent les hormones du corps et peuvent affecter les fonctions normales du corps. Les phtalates sont des perturbateurs endocriniens, nocifs pour vous et vos enfants. En particulier, lorsqu’une femme enceinte est exposée, les phtalates peuvent affecter le cerveau, le système reproducteur et les autres organes de son enfant.

Les adhésifs, les mastics et les revêtements de surface, notamment la peinture, sont des produits de finitions qui peuvent bien souvent contenir de nombreux produits chimiques toxiques. Ils contiennent souvent des phtalates, ainsi que des composés organiques volatils (COV). Les composés organiques volatils représentent un groupe de produits chimiques, tels que le chlorure de méthylène et le benzène, qui peuvent être libérés dans l’air que nous respirons.

Chaque produit chimique a sa propre toxicité et son potentiel d’impact sur la santé, mais les symptômes courants de l’exposition aux COV sont les maux de tête et l’irritation des yeux, de la gorge et du nez. L’exposition chronique au cours d’une vie peut être liée à certains cancers et à certains dommages au foie et aux reins.


Quelques lectures intéressantes:

Tout ce qui est construit à partir du bois peut contenir du formaldéhyde et / ou d’autres COV. En effet, le formaldéhyde est répandu dans les produits de bois pressé comme les panneaux de particules, le contreplaqué et les panneaux de fibres, matériaux souvent utilisés pour les revêtements de sol, les armoires et les meubles. L’exposition au formaldéhyde peut entraîner une irritation des yeux, de la gorge, du nez et de la peau et accroître le risque d’asthme. L’exposition au formaldéhyde est également liée à certains cancers.

Isolation du bâtiment – et plus spécifiquement, l’isolation en mousse de plastique (souvent simplement connue sous le nom de mousse de pulvérisation) -contient des retardateurs de flamme toxiques et d’autres produits chimiques qui peuvent exacerber et même provoquer l’asthme. C’est un gros problème pour les travailleurs qui l’installent et qui peut nuire aux habitants.

Dans une étude, les habitants dans 10 maisons qui ont subi des travaux de rénovation avec de la mousse de pulvérisation ont développé une congestion des sinus et des maux de tête. Dans une autre étude, deux personnes ont été diagnostiquées d’asthme et de maladie réactive des voies respiratoires après l’installation de mousse.

Recherchez des alternatives plus saines

Nous avons taché de déniché toutes les initiatives sur le sujet:

Il existe un site (bon c’est en Anglais, mais c’est mieux que rien) spécialisé sur le sujet qui propose des ressources complètes pour identifier des matériaux plus sains, du plancher à la peinture (les armoires et les comptoirs seront bientôt ajoutés). Voici l’adresse: homefree.healthybuilding.net

En France, nous avons trouvé le site Pic bleu qui propose des ressources pour trouver des matériaux écologiques de construction.

Le site ecohabitation a également recensé plusieurs ressources. L’une des meilleures d’entre elles est cette fiche complète sur les risques pour chaque matériau, et les alternatives saines. Bravo pour ce travail!

Saluons aussi l’initiative de placoplatre qui est conscient de ces problèmes et qui a développé des solutions: www.placo.fr

De plus en plus d’entrepreneurs sont HQE et BREEAM, ce qui impose d’utiliser des matériaux haute qualité envionnementale (peinture sans COV…) et de fournir la traçabilité du produit.

3 Conseils au passage:

  • Privilégier les matériaux nobles et de préférence massif avec des assemblages mécaniques.
  • Demander les fiches techniques des produits mis en oeuvre
  • Prendre le temps de regarder cette vidéo:

 

 

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com