Bronchite chronique: Symptômes, Prévention, Traitement

La bronchite chronique est une affec­tion dégénérative. Des accès répétés de bronchite entraînent un épaississement des parois des conduits bronchiaux, qui perdent leur élasticité et se rétrécissent. Les muqueuses des bronches sont en­flammées en permanence, les voies respiratoires sont encombrées d’un mucus tenace.

La bronchite chronique est quatre fois plus fréquente chez l’homme que chez la femme ; elle s’observe plutôt dans les villes qu’en zone rurale. Le tabagisme est un facteur primordial, les cas de mort dus à la bronchite chronique sont beaucoup plus fréquents chez les fu­meurs que chez les non-fumeurs.

Danger : La bronchite chronique est l’une des causes de la pneumopathie obstructive chronique, se traduisant par une insuffisance respiratoire et une diminution des échanges gazeux au niveau des alvéoles pulmonaires. La rétention de gaz carbonique et la réduc­tion de l’oxygénation du sang condui­sent à une narcose par le gaz carbonique (stupeur), suivie de pneumonie et d’in­suffisance cardiaque évoluant souvent vers une issue fatale.


La bronchite chronique est fréquem­ment associée à l’emphysème, qui peut lui aussi évoluer vers une pneumopathie obstructive chronique.

Bronchite chronique Symptômes :

La toux, symptôme princi­pal de la bronchite chronique, survient souvent de façon paroxystique. L’effort nécessité par la quinte de toux peut entraîner une hernie, la fracture d’une côte, et occasionner parfois une hémor­ragie oculaire causée par une augmenta­tion temporaire de la pression artérielle. Les autres symptômes sont les suivants :

  • Difficulté respiratoire, ou dyspnée, due à une perte d’élasticité du tissu pulmonaire et à la rétention des sécré­tions dans les bronches devenues rigides. Les sécrétions peuvent entraîner une respiration sifflante ressemblant à une crise d’asthme.
  • Expectorations : leur volume et leur couleur varie en fonction de l’infection bactérienne. De façon caractéristique, les crachats sont épais, visqueux, et l’expectoration est parfois difficile.
  • Cyanose : coloration bleuâtre des lèvres et du lit des ongles due à un défaut d’oxygénation pulmonaire.

Thorax en tonneau : la perte d’élasti­cité des voies respiratoires et des tissus pulmonaires entraîne une diminution de la ventilation pulmonaire. Les poumons sont dilatés, ce qui entraîne une défor­mation du thorax, fixé en position inspiratoire. L’air est emprisonné dans les poumons.


Quelques lectures intéressantes:

Bronchite chronique Traitement :

Il passe d’abord par la suppression des causes d’irritation. Le patient doit arrêter de fumer et éviter les substances irritantes et les fumées nocives, en particulier sur le lieu de travail. Les effets bénéfiques peuvent être très longs à se manifester. Les expectorations purulentes devront être analysées pour déterminer les germes responsables et tester leur sensibilité aux antibiotiques. Une antibiothérapie adé­quate entraîne souvent une améliora­tion.

La rétention de gaz carbonique et la cyanose nécessitent parfois le recours à une oxygénothérapie spécifique. Celle-ci ne peut être pratiquée que dans un hôpital en raison des appareils respira­toires spéciaux mis en œuvre. Dans les cas graves, la désobstruction des voies respiratoires nécessite une intubation de la trachée et l’aspiration des sécrétions.

En cas de dyspnée légère ou modérée, une physiothérapie respiratoire peut être favorable. La respiration du yoga  apporte souvent un soulage­ment. (Découvrez les pranayamas: exercices de respiration en Yoga)

Le drainage postural aide le patient à expulser les mucosités de ses bronches. L’adoption d’une position correcte permet en effet l’évacuation des sécrétions des poumons. Tapoter légère­ment la poitrine et tousser aident cette forme de drainage.

Toute médication diminuant la toux est absolument contre-indiquée. Les antitussifs sont donc à éviter lorsque la dyspnée et des sécrétions abondantes constituent les symptômes principaux.

Bronchite chronique Prévention :

La bronchite chronique est une maladie habituellement progressive dont le traitement devrait débuter le plus tôt possible. Toutes les causes d’irritation des bronches sont à éviter au maximum.

Résultat: L’évolution de la maladie est imprévisible. Le traitement préventif a une grande importance.

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com