Les bienfaits de la cupping thérapie

Qu’est-ce que la cupping thérapie?

En Chine, la cupping therapie (aussi appelée hijama ou extraction par ventouses ) est considérée comme une compétence de guérison spéciale, et elle est souvent transmise d’une génération à l’autre. Les textes anciens indiquent qu’elle était utilisée à l’origine par les herboristes médicaux taoïstes et qu’elle était un moyen populaire de traiter les membres de la famille et les élites.

Les guérisseurs l’ont utilisé progressivement pour une variété de symptômes et de maladies qui ne pouvaient être guéries par des méthodes classiques, notamment la tuberculose pulmonaire, les rhumes, les douleurs au dos, les spasmes musculaires et les pincements de nerf. Traditionnellement, la cupping thérapie était également utilisée pour les patients atteints de troubles du sang (comme l’anémie), les maladies rhumatismales comme l’arthrite, les problèmes de fertilité et les maladies mentales.

Elle est utilisée aujourd’hui pour une variété plus large de cas :

  • Infections respiratoires
  • Troubles du sang, comme l’anémie et l’hémophilie
  • Douleurs articulaires causées par l’arthrite et la fibromyalgie
  • Migraine
  • Douleurs musculaires et raideur
  • Fertilité et troubles gynécologiques
  • Problèmes de peau comme l’herpès, l’eczéma et l’acné
  • Hypertension artérielle (hypertension)
  • Troubles mentaux, anxiété et dépression
  • Allergies alimentaires et asthme
  • Varices et cellulite

 

 

Comment fonctionne la cupping thérapie ?

Selon Jennifer Dubowsky, acupuncteur et spécialiste de la cupping thérapie, la méthode permet d’«améliorer la circulation, de soulager la douleur, d’éliminer la chaleur et de retirer les toxines qui persistent dans les tissus de votre corps» (11).

Concrètement, la cupping thérapie se sert de pots en verre particuliers, placés à divers endroits du corps entre 5 et 15 minutes, faisant ainsi un effet ventouse sur la peau

L’effet de ventouse cible les zones de la peau et des tissus profonds dans le dos, ce qui est bénéfique pour la douleur, la rupture du tissu cicatriciel profond et la relaxation des muscles ou du tissu conjonctif. D’une certaine manière, la méthode serait presque l’opposée d’un massage car, au lieu d’exercer une pression sur les zones enflées, cela entraîne une aspiration.

La cupping thérapie est souvent effectuée chez les patients souffrant de douleurs lombaires chroniques, de nœuds musculaires, d’anxiété, de gonflement ou de raideur des membres et des muscles.

On distingue deux techniques : les ventouses à chaud, avec une flamme ou à froid. Pour les premières, le vide à l’intérieur est fait à l’aide d’une flamme puis la ventouse est posée sur un endroit précis du corps en relation avec la pathologie à soigner.

Vous aimerez aussi :  Comment éviter les jambes lourdes ?

Ventouses humides ou Hijama 

Appelée aussi incisiothérapie ou cupping therapy, la hijama humide  est une méthode thérapeutique qui consiste à réaliser des micro-griffures épidermiques superficielles à des points bien précis du corps humain.

Des ventouses sont ensuite appliquées sur les zones afin d’aspirer le sang. On utilise bien entendu un kit de ventouses et son pistolet d’aspiration à usage personnel. C’est une technique indolore et extrêmement efficace contre divers maux.

Ventouses sèches 

C’est l’usage le plus courant en Médecine Traditionnelle Chinoise. Elle est le plus souvent utilisée pour améliorer la circulation du sang, de libérer les tensions, de tonifier et faire correctement circuler notre énergie.

 

Acupuncture et cupping thérapie : quelles différences ou complémentarités ?

La cupping thérapie et l’acupuncture sont similaires parce qu’elles favorisent le «Qi» optimal en attirant l’énergie et le flux sanguin vers les zones du corps qui souffrent d’une inflammation ou qui sont sujettes à une faible circulation lymphatique ou encore qui subissent un flux sanguin faible. Parfois, les deux pratiques sont conjuguées en plaçant une aiguille d’acupuncture dans la peau du consultant, puis en couvrant l’aiguille avec une tasse.

La cupping thérapie et l’acupuncture suivent les lignes de méridiens du corps le long du dos, favorisant la relaxation et la rupture des tensions tout en stimulant le flux d’énergie (connu sous le nom Qi, la «force de vie»). En d’autres termes, les 2 pratiques sont utiles pour le sang et le flux lymphatique, ce qui permettrait de traiter diverses infections ou maladies.

Ensemble, ces méthodes résolvent les fonctions perturbées de Zang-fu, un terme collectif en Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) pour désigner les organes internes, notamment le cœur, le foie, la rate, les poumons et les reins, ainsi que la vésicule biliaire, l’estomac, l’intestin grêle, le gros intestin et la vessie. (9)

Les deux pratiques sont prescrites par les guérisseurs de MTC pour traiter le rhume ou la grippe, lutter contre le stress chronique et favoriser la guérison suite à une pneumonie, une bronchite et des blessures musculo-squelettiques. L’objectif ? Aider à libérer les toxines accumulées, les blocages, et aider à fluidifier les veines et les artères.

Vous aimerez aussi :  Respirez. Expirez. Répétez: Les bienfaits de la respiration contrôlée

L’objectif théorique derrière l’utilisation de l’acupuncture et de la cupping thérapie conjuguée, c’est de cibler les tissus ou les muscles qui se sont resserrés en réponse à une blessure, ce qui a provoqué une perturbation des globules blancs. L’acupuncture utilise des aiguilles minuscules pour augmenter le flux de sang dans la zone touchée, mais chez les personnes atteintes de blessures, la conjugaison avec la cupping thérapie pourrait être plus profitable. C’est parce que la seule augmentation du flux sanguin ne permettra pas de guérir un tissu douloureux ou un problème musculaire.

Qu’en dit la recherche scientifique ?

Il n’y a pas eu beaucoup d’études scientifiques sur le sujet.

Un rapport, publié en 2015 dans le « Journal of Traditional and Complémentary Medicine », note que la cupping thérapie pourrait bien aider à l’acné, à l’herpès zoster et à la gestion de la douleur.

Cela ressemble aux résultats d’un rapport de 2012, publié dans PLoS One. Des chercheurs australiens et chinois ont passé en revue 135 études sur le sujet.

Les chercheurs ont conclu que la cupping thérapie est plus efficace qu’un simple effet placebo – elle présente des avantages similaires à l’acupuncture ou aux traitements à base de plantes pour le traitement de divers types digestifs, cutanés, hormonaux et les maladies inflammatoires. (7)

Ils ont également conclu que la cupping thérapie peut être efficace en complément d’autres traitements, comme l’acupuncture ou la prise de médicaments, pour les maladies ou affections suivantes:

  • Zona
  • Acné
  • Paralysie faciale
  • Spondylose cervicale

Mais ces chercheurs ont noté que bon nombre des études qu’ils ont examinées pourraient avoir été biaisées et que des études plus fiables sont nécessaires.

La « British Cupping Society » affirme quant à elle, que la cupping thérapie est utilisée pour traiter les problématiques suivantes:

  • Troubles du sang tels que l’anémie et l’hémophilie
  • Les maladies rhumatismales telles que l’arthrite et la fibromyalgie
  • Fertilité et troubles gynécologiques
  • Problèmes de peau comme l’eczéma et l’acné
  • Hypertension
  • Migraines
  • Anxiété et dépression
  • Congestion bronchique causée par les allergies et l’asthme
  • Varices

Mais il n’existe aucune preuve scientifique à cela…

Voici une présentation en vidéo: