Baume de tolu: Indications et mode d’emploi

Le baume de Tolu (Myroxylon balsamum/Balsamum tolutanum) est obtenu à partir de la résine des baumiers (Myroxylon bal­samum, var. genuinum ou myroxylon Toluiferum.). L’arbre pousse dans les régions nord de l’Amérique du Sud, entre autres au Venezuela. On fait couler le suc à la manière de la térébenthine dans les Landes. Cette résine qui durcit au contact de l’oxygène est obtenue par incision en V de l’écorce de cet arbre. Ce baume a une forte odeur de vanille et de cannelle. On l’utilise dans les parfums mais aussi et surtout en médecine traditionnelle et moderne.

Les indiens l’utilisaient par exemple (et l’utilisent toujours) en le faisant brûler avant de le faire respirer aux malades souffrant d’affections respiratoires, de migraines ou de douleurs articulaires. Chez nous il est surtout connu pour ses actions fluidifiantes des sécrétions bronchiques en cas d’infestions des voies respiratoires de type obstructives avec toux sèche et difficultés respiratoires. Il entre aussi souvent dans la composition de pommades pour nourrir le derme et soigner les affections de la peau.


Quelques lectures intéressantes:

Beaucoup de gens consomment souvent du baume de tolu sans le savoir. En effet, cette résine très appréciée et facile à récolter entre dans la composition de nombreux produits cosmétiques et de santé mais aussi de médicaments modernes comme certains antibiotiques ou des sirops antitussifs bien connus, qu’ils soient allopathiques ou homéopathiques. (Source: www.huiles-essentielles-sante.com)


Principaux composants: oléo-résine aromatique con­tenant de nombreux éthers.

Propriétés :

  • antiseptique
  • modificateur des sécrétions bronchiques et uri­naires

Indications :

  • bronchites, trachéites
  • laryngite tuberculeuse
  • cystites
  • pyélonéphrites

Comment l’utiliser :

  • pilule à 0,10 g : 3 à 12 par jour
  • émulsion du Codex, à 20 pour mille, la plus active : 2 à 4 cuillerées à café par jour dans une infusion chaude
  • teinture alcoolique : mélanger avec teinture de benjoin, d’eucalyptus pour inhalations.
  • Synergiques balsamiques : baume du Pérou, benjoin, térébenthine, copahu.

Crédit photo: www.blossom-photo.com




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com