Les recommandations de l’Ayurvéda pour les 2 premiers mois de grossesse

Selon la Sushutra Samhitâ, pendant le premier mois de grossesse, n’est formée dans l’utérus qu’une substance gélatineuse. Cette information, ainsi que beaucoup d’informations fournies par la Sushutra, est corroborée par la science médicale. La Sushutra affirme qu’approximativement six ou sept jours après la conception, le nouvel organisme s’enchâsse dans l’uté­rus. Vers la septième semaine, l’embryon prend une forme. Au second mois, l’embryon prend une forme ramassée, s’il s’agit d’un enfant mâle, allongée, si c’est un enfant femelle. Selon la science médicale, les membres apparaissent comme de minuscules bourgeons sur l’embryon qui a moins d’un mois, et le cœur commence à battre quelques jours avant la fin du premier mois.

En somme, c’est au cours de la septième semaine – la fin du deuxième mois de grossesse – que l’embryon humain prend une forme reconnais­sable. Vers cette époque, le cerveau a été déjà formé, avec la capacité de coordonner les autres organes du corps par impulsion électrique. La crois­sance au cours de cette période est rapide mais irrégulière. Le squelette commence à se développer après le quarante-sixième ou le quarante-hui­tième jour, ce qui signifie que le corps de la femme enceinte a besoin de plus de calcium et autres minéraux.


Quelques lectures intéressantes:

Au cours de cette période, un massage approprié du dos et de la région abdominale est nécessaire, et la future mère doit se détendre et n’accom­plir que des travaux ménagers légers. Elle doit aussi pratiquer la respiration profonde et la méditation chaque fois que c’est possible.


Le masseur doit passer plus de temps à masser le dos, ainsi que les cuisses, les mollets, les chevilles, et les pieds. I.:utilisation d’huile doit être diminuée, étant donné qu’il faut frotter plus pour qu’elle soit absorbée dans le corps, ce qui peut provoquer des tensions chez la femme enceinte, et déranger son rythme respiratoire normal. Au lieu d’appliquer directe­ment l’huile sur le corps, le praticien doit se lubrifier les mains avec juste assez d’huile pour faciliter la friction, la pression, et le pétrissage du corps. En Inde, l’huile de moutarde est communément utilisée avant et après l’accouchement, mais l’huile d’arachide et l’huile de noix de coco le sont aussi. Le masseur doit suivre les préférences de la mère, concernant le par­fum de l’huile, ou d’autres qualités.

 

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com