Allergie à l’Alternaria alternata: Symptômes et Explications

Qu’est ce que l’Alternaria alternata ?

C’est l’une des principales moisissures sporulée des maisons et de la sphère atmosphérique.

Alternaria alternata est une espèce de champignons phytopathogènes de la famille des Pleosporaceae de la famille des Pleosporaceae.

C’est l’agent de la maladie des taches foliaires et d’autres maladies (souvent appelées « alternariose ») affectant de très nombreuses espèces végétales. C’est un phytopathogène opportuniste. (Source: fr.wikipedia.org)


Allergie Alternaria alternata Symptômes :

L’inhalation des spores peut entraîner des symptômes respiratoires tels que asthme et rhinite. La libération des spores est maximale en août-septembre donnant lieu à la rhino- conjonctivite estivale “pseudo-pollinique”. En prenant comme cri­tère une induration supérieure à 6 mm lors des prick-tests, on observe un taux de prévalence de tests positifs de 5,5% dans une population d’allergiques “tout venant”, versus un taux nul chez les témoins. D’autres estimations fournissent des chiffres de 9,5% (Association des Allergologues Libéraux de la région Provence- Alpes, AREFORCAL) chez les adultes jeunes et les adolescents, et de 10 à 13% chez les enfants. Les sensibilisations à Alternaria, le plus souvent associées à des allergies aux acariens ou aux pollens, peu­vent être isolées dans environ 10% des cas. Parmi les différentes espèces, la plus connue est Alternaria alternata dont l’antigène majeur est Alt al. On a incriminé Alternaria comme cofacteur dans des “épidémies” d’asthme aigu sévère, voire mortel. Une étude récente a également montré que le total des spores de moisissures est plus élévé les jours où des décès par asthme sont constatés (p < 0,005), alors que les comptages de pollens d’arbres, de Graminées et de Composées ne variaient pas. De plus, le risque relatif de décès par asthme est élevé (RR : 3,56 avec un intervalle de confiance de 1,31, p = 0,003) lorsque le total des spores de moisis­sures est égal ou supérieur à 1000/m3.


Quelques lectures intéressantes:

Il est capital d’évaluer la présence de moisissures à l’intérieur des maisons par une enquête aéromycologique et de prévenir leur proli­fération favorisée par la vétusté des habitats, l’humidité, la présence de plantes. Toutefois, l’inhalation d’Alternaria à l’extérieur des maisons est probablement quantitativement plus importante qu’à l’intérieur de celles-ci, surtout dans les régions (et les saisons) chaudes et humides. Le diagnostic de certitude pourrait s’ap­puyer sur un test de provocation nasale.

L’immunothérapie aux moisissures n’est pas recommandée étant donné la mauvaise qualité des extraits allergéniques disponibles. Ces restrictions ne valent pas pour certains extraits d Alternaria (et de Cladosporium) lorsque l’allergie est isolée, suffisamment inva­lidante et si l’éviction est difficile.




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com