Comment cultiver la joie de vivre

Dans un monde de plus en plus stressant, complexe et incertain, serait il possible de cultiver sa joie de vivre?

Pourrions nous, alors que tout grisaille sous notre ciel trop souvent plombé par de mauvaises nouvelles, rayonner d’enthousiasme et être porteurs d’un dynamisme fécond tout en étant conscients des réalités qui nous entourent ?

 

Oui. Et cette lecture vous invite à l’expérimenter. Nous allons explorer ensemble la vraie joie, celle qui dure et ne contient pas en elle le germe caché de ses contraires (dépression-démission-désolation). Cette joie subtile jaillit de l’art de repérer, savourer, cultiver et préserver les beautés de la vie, en soi et à l’extérieur. Elle s’enracine dans l’audace d’avoir des rêves et d’être pleinement soi-même, se fortifie dans la présence à soi et à l’instant, s’épanouit dans la capacité de s’émerveiller, de donner et d’aimer, de recevoir et de se laisser aimer tout en étant respectueux du vivant en soi et autour de soi.


Comment cultiver sa joie, c’est avant tout comprendre que les enthousiasmes les plus stables trouvent leur source dans l’être. C’est découvrir la puissance libératrice qui survient quand on passe du culte des biens à celui des liens : lien à soi et lien à l’autre.

Pour vivre la joie au quotidien, il s’agit de mettre en jachère notre consommation consolatrice, afin de développer notre intériorité fondatrice.

Pour cela, lançons nous dans la culture de notre jardin d’intérieur! Et, même si nous avons des vies hyperactives, ralentissons quelque peu notre rythme, afin de passer du faire à l’être et de troquer la quantité pour la qualité…

Dans cette époque ou le matérialisme à outrance menace l’intégrité de notre espèce et a échoué dans la tentative de rendre l’homme épanoui, cultiver sa joie de vivre devient un enjeu sociétal. Et c’est avant tout en soi-même que chacun(e) peut cultiver les graines de sa joie.

Mais c’est un art, un travail à accomplir! Il s’agit d’apprendre à jubiler grâce à ce que l’on est plutôt que grâce à ce que l’on a.


Quelques lectures intéressantes:

Alors, allons-y ! Et comme ce qui se lit s’oublie et ce qui se vit se grave, empoignez vos bêches et râteaux et commencez par désherber et biner votre lopin de terre…

Tout d’abord, définissons ensemble les différentes formes que peut prendre la joie de vivre au quotidien:

Coloriez parmi ces mots ceux qui se rapprochent de votre représentation de la joie de vivre: pétillement, réjouissance, vitalité, intensité, dynamisme, enthousiasme, allégresse, gaieté, jubilation, ivresse, délice, détente, respiration, jouissance, enchantement, légèreté, félicité, ravissement, exaltation, contentement, sérénité, peps, sens, élan vital, engagement…et rallongez cette liste à votre gré !

Lisez à voix haute les mots que vous avez coloriés, en sentant en vous l’énergie qu’ils contiennent. c’est à dire, sentez vous pétillant(e), réjoui(e)…

Le but de cet exercice est simple:

Pour être stable et fort, c’est essentiel d’apprendre à cultiver en soi des états d’âme positifs, et ce quel que soit notre contexte de vie.

Pas besoin d’attendre qu’il y ait des raisons particulières pour que cela se passe.

Le critère de référence d’une vie réussie ne réside pas dans le nombre de choses que l’on possède pais dans la quantité de joie ressentie. Abraham

Cet article est extrait du livre d’Anne van Stappen, docteur en médecine et formatrice en CNV depuis 1995

Petit cahier d’exercices pour cultiver sa joie de vivre au quotidien

aux éditions Jouvence

cultiver sa joie de vivre

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com