A partager: 4 produits du quotidien des femmes et des enfants dangereux et dénoncés

UFC Que choisir dénonce depuis plusieurs années maintenant les dérives industrielles.

 

5. Produits d’entretien – Date d’alerte: Avril 2016

Cette fois-ci, c’est le magazine 60 millions de consommateurs qui a sorti le mardi 12 avril 2016 un numéro spécial consacré aux produits d’entretien.


Le résultat n’était pas très reluisant. Les experts de la revue ont évalué plus d’une centaine de produits, parmi les plus courants. “Mauvaise nouvelle, la quasi-totalité contient une ou plusieurs substances indésirables”, assure le magazine.

Ainsi donc, le “désinfectant pureté” de la marque Dettol qui porte la caution de l’Institut Pasteur contient dans sa composition la présence de chlorure de benzalkonium “qui peut favoriser le développement de bactéries résistantes”.

Parfums et conservateurs au mieux irritants

Monsieur Propre n’est pas en reste avec son “Fraîcheur du matin” avec la marque Febreze. Dans ce produit, les experts de 60 millions de consommateurs ont retrouvé 4 parfums et 2 conservateurs allergisants. Autre cible du magazine, “l’overdose de parfums”, comme dans la lessive Minidou Jardin de fraîcheur Eucalyptus et Fleur d’Ylang-Ylang qui compte 6 conservateurs, 6 parfums allergisants ainsi que des silicones.


Quelques lectures intéressantes:

Même constat, pour le Febreze Sleep Serenity Lait Chaud et Miel, un désodorisant d’oreiller qui contient de composés irritants, allergisants ou qui favorise même la résistance des bactéries. Comme le rappelle le magazine, les désodorisants nous privent des mauvaises odeurs, un signe précieux que nos appareils électroménagers doivent être lavés et qu’il ne faut pas cacher.

Quand ces produits ne sont pas dangereux pour nous, ils le sont pour l’environnement. Ainsi, les lingettes Harpic Hygiène Marine biodégradables que la marque conseille de jeter directement dans la cuvette ne sont biodégradables qu’à 75% en 60 jours. Elles contiennent aussi un antibactérien capable de favoriser l’émergence de micro-organismes résistants. Le problème, ces lingettes ne se biodégradent pas assez vite et posent de gros problèmes dans le traitement de l’eau. (source: www.huffingtonpost.fr)




Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com