Sadhana de la compassion

Le Seigneur Brahmâ est considéré comme l’incar­nation de l’amour, de la pureté, de la compassion, et de la vérité. Si l’amour est le nectar de notre survie, la compassion est la base de notre stabilité. Les conducteurs de la compassion sont les actes de tolérance, de maturité et de patience. Le véhicule est les infinies circonstances qui nous sont données pour nous adapter aux autres,  pour  pouvoir nourrir l’esprit de compassion.

La pitié et la sympathie sont les sœurs de lait de la compassion. La compassion nous unit. Pour faire vivre cette émotion, nous devons connaître les valeurs fondamentales de l’amour vivant qui unit expérience et étude à la maturité. Rasa est l’essence de cette maturité, et c’est la qualifica­tion la plus importante pour acquérir la compas­sion. Dans le Kali Yuga, notre âge de la dissen­sion – où les paroles sont hostiles, les cœurs déchirés, et les esprits agités – la compassion est le grand remède.



L’amour, qui est l’acceptation de toutes choses, est souvent confondu avec la compassion. La compassion contient l’amour et est le plus grand maître qui enseigne l’acceptation de soi. C’est une émotion ‘objective’, alors que l’amour est plutôt ‘subjectif’. L’aide la plus profonde que l’enfant peut recevoir, dans sa croissance, est l’amour de ses parents et de sa famille. L’aide la plus profonde qu’un cancéreux ou qu’un drogué puisse recevoir, est celle de ceux qui ont mené un combat semblable. Dans le premier cas, il s’agit d’amour; dans le second, de compassion.

 

Vous aimerez aussi :  Les Cinq Feux de Pitta: Tout savoir sur Pitta en Ayurvéda