Guayac: Plante médicinale antispasmodique et diaphorétique

Autres appellations :

Cumaru verdadeiro – Cumaru amarello – Cumaru do Ama- zonas – Cumaruzeiro – Kumbaru – Cumbari – Muirapaye, Arvore dos feiticeiros ( arbori gènes ) – Paru – Fava de tonca – Tonkabean tree (Amérique du Nord) – Cumara (Guyane anglaise) – Fève tonka, Guayac (Guyane fran­çaise) .

Guayac – Origines et culture :

Originaire du Brésil (Amazonie et Mato Grosso). Fleurit en avril et mai. Fruit : août et septembre.

Guayac – Description :

Grand arbre élégant et feuillu ; tronc droit, pouvant at­teindre 32 m de haut et 60 cm de diamètre ; écorce rou­geâtre ou jaune-clair cendré, peu épaisse, facilement dé­tachable et friable.


  • Feuilles grandes, alternes, au pétiole ailé, imparipen- nées, composées de 6 à 8 folioles alternes, au court pé­tiole, ovales, obtuses à la base et légèrement acuminées, coriaces, raides, luisantes, finement réticulées-nervées, glabres sur les deux faces ; environ 20 cm de long sur 8 cm de large ; stipules très caduques.
  • Fleurs rouges, de 15 mm, très aromatiques, en panicules pubescents de couleur rouille, sépales coriaces aux poils rouille, pétales rose-lilas et étendard blanchâtre ; ovaire glabre, allongé.
  • Fruit : gousse drupacée, ovoïde ou oblongue, pubescente, de 5 à 7 cm, vert-jaune quand elle est mûre, fi­breuse et spongieuse, entourant une graine dure, lisse, de 25 à 40 mm, brun rouge, oléagineuse, non comestible ; la graine est appelée « fève de cumaru », « fève de tonka », « fève de thana » ou « fève de tonkin » dans le commerce.

Parties utilisées :

Les graines.


Quelques lectures intéressantes:

Composition chimique :

  • La graine contient de la coumarine, substance blanche, cristallisée, de saveur âcre puis agréable, très soluble dans l’eau ; point de fusion à 60° et de distillation entre 290°5 et 291°.
  • Elle contient 25 % d’huile aromatique (l’huile de cuma- ru ) , blanche et transparente, avec indice de saponifica­tion 257, huile qui rancit facilement (Pio Corrêa).

Guayac – Indications thérapeutiques :

  • La graine est réputée antispasmodique, diaphorétique.
  • Certains l’emploient comme emménagogue.
  • Modérateur de la respiration et des mouvements car­diaques (Pio Corrêa – Balbach).
  • Anesthésique (agit sur le système nerveux cérébro- spinal) (Roquette – Pinto).

Note : L’extrait de graine de cumaru est toxique à haute dose. Il est surtout employé en parfumerie et en confiserie pour son arôme. Les Indiens l’em­ploient pour soigner les ulcères de la bouche.

Vous êtes praticien santé ou paramédical ? Boostez votre visibilité en vous inscrivant gratuitement sur Therapeutes.com