Préparer son accouchement avec la nature

Accoucher, c’est faire naître un bébé, oui… mais…aussi d’autres naissances se préparent:

Celles d’une mère, d’un père, d’un grand frère ou d’une grande sœur, d’une famille…..Il y a tant d’éléments qui viennent se greffer à l’accouchement!

Chaque petite parcelle mérite de s’y attarder.

Le 3ème trimestre et les dernier préparatifs

C’est le moment de faire le nid…

Le corps s’étant tellement bien habitué à l’état de grossesse, que c’est maintenant dans l’émotionnel que cela se joue. Le troisième trimestre est une période où la femme est en pleine forme. A l’aise avec son corps, ses rondeurs, les mouveemnts du bébé qui la font plonger dans ce lien maternel intense.

Comme tout mammifère, ( « Votre bébé est le plus beau des mammifères », Michel Odent ), la femme qui va devenir mère commence à sentir le besoin de faire le nid, d’organiser la maison, de péparer l’arrivée du bébé. Pour pouvoir se lover dans la relation qui naitra avec la naissance. Cette étape est importante pour se permettre de rentrer dans une phase de « deuil de la grossesse ».

Faire le deuil de la grossesse, c’est avoir tout d’un coup, un jour, la sensation d’avoir une envie profonde de rencontrer le bébé, sa frimousse, l’entendre et le voir. Arrêter d’être dans l’imaginaire. Passer à l’action. La femme désire accoucher!

Faire le nid passe aussi par créer un sentiment de sécurité autour de soi, faire un projet de naissance si on accouche en structure hospitalière pour être sûre que vos souhaites seront respectés, dans la mesure du possible, pour tout le monde.

Côté physique

Pour préparer un accouchement, c’est comme préparer un marathon. Le corps a besoin de petits repas légers et faciles à digérer, car la place de l’estomac est très réduite. Prendre des petites collations avec des aliments sains, naturels, et éviter le sucre. Penser à bien boire de l’eau pour continuer à aider les organes internes qui drainent les toxines pour 2 personnes. Ce n’est donc pas le moment de fatiguer ses reins, ni son foie!

Vous aimerez aussi :  Respirez. Expirez. Répétez: Les bienfaits de la respiration contrôlée

Bougez! Marchez, nagez… le corps doit se mettre en mouvement, tous les tissus, les os du bassin ont besoin d’être libérés. Le repos chaise longue, n’est pas toujours bon pour préparer ce beau défi de passage.

On peut commencer à prendre 3 semaines avant la date du terme, de la tisane de famboisier et de sauge. Le framboisier étant riche en protéines et excellent tonifiant utérin, il rendra les contractions efficaces. La sauge étant « abortive », va permettre de relâcher les muscles du petit bassin et ainsi libérer des tensions. Attention, lorsque je dis abortive, c’est au 1er trimetre, à 9 mois, on accouche!

Commencer à prévoir avec votre sage femme, de l’homéopathie à avoir dans le sac pour le jour J. Selon les écoles, il est opportun d’utiliser l’homéopathie en cas de problématique, et non en prévention.

Préparer l’accouchement

Le troisième trimestre est en général le moment où on commence à préparer l’accouchement, avec une sage femme, et/ou avec des cours de sophrologie. On apprends à respirer, à se détendre, à visualiser. Tous ces petits outils seront très utiles pour le jour J.

La visualisation permet au cerveau de se débrancher de la douleur et ainsi la rendre beaucoup plus acceptable. Elle permet aussi de se recentrer sur le bébé, sur soi, sur le calme. Et ainsi éviter de partir dans la panique.

Continuer le bain dérivatif, qui va tonifier le périnée, et aider à la circulation du petit bassin.

Se préparer en tant que père

L’homme sera le pilier de la femme durant la naissance. Il peut accompagner sa femme aux séances de préparation où il sera le bienvenu. Car, la femme accouche depuis la nuit des temps…l’homme n’est présent en salle de naissance que depuis les années 1970, ce n’est donc pas inné! Et il peut prendre sa place d’accompagnant et se permettre d’être ancré lui ausi pour vivre un moment fort, sans subir du stress auquel il ne serait pas prêt.

Vous aimerez aussi :  La technique Alexander, ou comment mieux utiliser son corps pour soulager les douleurs

La naissance

Quand la naissance se passe de manière physiologique, la récupération est excellente. Quand il y a anesthésie, il peut arriver que l’on soit un peu plus groguie par la médicalisation. Quand tout se passe au mieux et que bébé naît par les voies naturelles, il va bénéficier des bactéries de la flore vaginale de sa mère pour lui permettre de bien ensemencer son tube digestif. Ce sera un bon départ pour lui en permettant au système immunitaire de se construire sur des bonnes bases. C’est pourquoi il est recommendé de faire une cure de probiotiques les 3 dernières semaines.

Si la naissance a lieu par césarienne, vous pouvez donner à votre bébé des probiotiques chaque jour pendant 15 jours.

L’allaitement aura un rôle important, dans ce départ du système immunitaire, en amenant au bébé, pré et probiotiques. Vous pourrez savourer des hivers avec peu de rhumes, ou de bronchiolites. Si ce n’est pas le cas, l’origine de ces bronchiolites ou rhumes importants sera peut être sur le plan émotionnel.

Pour récupérer de la naissance, il est temps de se faire de très bons petits déjeuners, maintenant que la capacité de l’estomac est revenue. Mangez des oeufs coque le matin, l’oeuf étant la meilleure protéine. Si vous êtes végétarienne, optez pour la spiruline, les algues, les graines germées, et le bonnes graisses issues des omégas 3.

Et plongez vous dans ce merveilleux cocooning!!

 

Diane Roque
Naturopathe / Accompagnante à la naissance
81500 Lavaur
tel : 06 87 33 43 98
mail: dianeroque81@gmail.com
dianeroque81.wordpress.com