Le self contrôle, c’est juste de l’empathie avec votre futur soi

Le « Test du Marshmallow« , fut réalisé pour la première fois dans les années 1960. Il illustre parfaitement le conflit entre impulsivité et maîtrise de soi. Les enfants doivent tasser leurs désirs immédiats et se concentrer sur les objectifs à long terme – une capacité qui est en corrélation avec leur santé plus tard, la richesse et la réussite scolaire, et qui est censé être contrôlé par la partie avant du cerveau. Mais une nouvelle étude d’Alexander Soutschek à l’Université de Zurich suggère que la maîtrise de soi est également influencée par une autre région du cerveau…

Appuyez avec votre index droit sur le haut de votre oreille droite, au niveau de la tête. Maintenant montez encore un peu de quelques centimètres. Vous touchez maintenant la jonction temporopariétale droite (rTPJ). Cette zone a longtemps été liée à l’empathie et l’altruisme. Mais en utilisant des champs magnétiques pour fermer brièvement la jonction temporopariétale droite, Alexander Soutschek a montré qu’elle est également impliquée dans la maîtrise de soi.

Ce qui est parfaitement logique.

L’empathie dépend de votre capacité à surmonter votre propre perspective, apprécier quelqu’un d’autre et vous mettre dans sa peau, dans ses chaussures. La maîtrise de soi est essentiellement la même compétence, sauf que ces « autres chaussures » appartiennent à votre futur soi, une entité supprimée et hypothétique qui pourrait aussi bien être une personne différente. Donc, pensez à la maîtrise de soi comme une sorte de désintéressement temporel.

« Pendant longtemps, les gens ont imaginé que nous utilisions les mêmes mécanismes pour raisonner sur les autres personnes (imaginer ce que les autres peuvent penser) que pour nos moi hypothétiques ». (Rebecca Saxe du MIT).

Vous aimerez aussi :  Une méthode simple pour changer les mauvaises habitudes en bonnes habitudes

Suite de l’article ici