La gestion de la douleur par la sophrologie

Il existe de nombreux procédés permettant de combattre la douleur par suggestion. Ils ont été particulièrement étudiés par Milton Erickson.

 

1) Gestion de la douleur par la sophrologie: La suggestion directe de l’abolition totale de la douleur

Ce procédé est celui qui compte le plus d’échecs. En effet, si vous suggérez à votre malade que sa douleur disparaît totalement, étant donné qu’il la ressent d’une manière assez intense, qu’elle accapare son attention, les suggestions directes risquent fort d’être rejetées si vous n’arrivez pas à détourner complète­ment son attention. Cet échec risque fort de décourager le ma­lade et de l’installer dans un état de résistance qui empêchera par la suite l’utilisation de tout procédé sophronique. Il est évi­dent que si vous vous trouvez par exemple en présence d’un malade qui a une fracture de l’humerus, vous ne pouvez pas lui dire : « Je vais vous apprendre une technique simple de relaxation. » Ce serait profondément ridicule.

Par contre, vous pourrez, quand vous arriverez en blouse blanche devant le malade et qu’il réalisera donc que vous êtes médecin, induire un état sophronique sans aucun rituel, sans aucune technique. Votre présence le calmera et l’autorité émanant de votre personnage créera d’emblée les conditions favorables à la sophronisation.

Le commandement autoritaire : « Fermez les yeux » entraîne un détournement de l’attention qui permet d’implanter la sugges­tion de sommeil : « Et maintenant dormez profondément… De plus en plus profondément. » Dans un certain nombre de cas, vous verrez le malade tomber en état sophronique. Fleischer recommande la méthode des mains serrées que nous avons dé­crite. Dans ces circonstances particulières, le sophrologue doit faire appel au maximum d’autorité et de vigueur de manière à subjuguer en quelque sorte le malade. Quand, à la suite de vos suggestions, les mains sont bloquées, vous dites : « Il vous est maintenant impossible de séparer vos mains, n’essayez plus de les séparer et dormez », la suggestion de dormir sera souvent facilement acceptée par le sujet qui souffre beaucoup, donc est fortement motivé.

Dans les cas, où, du fait de la nature du trau­matisme, cette technique ne peut être utilisée, le praticien pourra parfois obtenir une sophronisation instantanée en adoptant une attitude totalement dominatrice et en intimant impérieusement au malade l’ordre suivant : « Fermez les yeux et dormez, dormez profondément, dormez de plus en plus profondément. Vous dor­mez. » La surprise et la motivation profonde du sujet le poussant à fuir la douleur déclenchent assez souvent un état sophronique instantané.

2) Gestion de la douleur par la sophrologie: La méthode indirecte par réinterprétation de l’expérience douloureuse en état sophronique :

Il est plus facile d’utiliser la méthode indirecte qui expose au malade les raisons pour lesquelles ses symptômes peuvent être atténués ou disparaître. De cette manière, les suggestions ont beaucoup plus de chance d’être acceptées et la diminution des symptômes douloureux obtenue. Hartland utilise l’induction sui­vante : « La douleur est parfois déclenchée, toujours amplifiée par la tension nerveuse et l’anxiété … Par conséquent, si vous vous relaxez, si vous vous détendez, vous commencez déjà à vous sentir mieux et, au fur et à mesure que votre relaxation s’accentuera, votre douleur s’apaisera de plus en plus. Et main­tenant vous vous sentez si totalement, si complètement relaxé que la douleur s’estompe de plus en plus et disparaît. »

3) Gestion de la douleur par la sophrologie: Procédé utilisant l’amnésie 

Dans la vie quotidienne, on peut faire de nombreuses obser­vations de disparition transitoire des manifestations douloureu­ses du fait du détournement de l’attention. C’est le cas d’une mère en proie à une souffrance intense et qui oublie sa propre douleur en voyant l’un de ses enfants blessé. L’amnésie peut être appliquée sous de nombreuses formes en état sophronique : on peut utiliser une amnésie partielle, sélective, aux qualités et aux attributs du phénomène douloureux décrit par le malade.

4) Gestion de la douleur par la sophrologie: L’analgésie sophronique 

L’analgésie sophronique peut être partielle, complète, sélective. On peut par exemple modifier entièrement l’expérience doulou­ reuse en suggérant une sensation de torpeur qui entraînera une distorsion dans la perception du phénomène douloureux dans le sens d’une analgésie plus ou moins complète et d’une sensation de confort. De même, une relaxation poussée, au cours de laquelle est suggérée une sensation de chaleur dans la zone douloureuse, peut entraîner des modifications sensorielles allant jusqu’à l’anal­gésie complète. Lorsque l’on donne de telles suggestions, il faut toujours commencer par la suggestion positive, celle de chaleur, et ce n’est qu’une fois celle-ci réalisée, quand le sujet aura net­tement pris conscience de cette chaleur, que vous pourrez placer la suggestion négative d’analgésie progressive, qui a ainsi toutes les chances d’être acceptée.

Vous aimerez aussi :  Traitement de l'asthme par la sophrologie

5) Gestion de la douleur par la sophrologie: L’anesthésie sophronique 

L’anesthésie sophronique est souvent assez difficile à obtenir par suggestion directe. Le plus souvent elle devra être obtenue d’une manière indirecte par l’élaboration de situations psycho­logiques ou émotionelles, excluant le phénomène douloureux et permettant d’établir une anesthésie susceptible d’être prolongée par des suggestions postsophroniques.

6) Gestion de la douleur par la sophrologie: Procédé de remplacement ou de substitution

Ce procédé est basé sur le remplacement ou la substitution sophronique des sensations et c’est celui qu’emploie le plus le professeur Caycedo lui-même. Erickson donne l’exemple d’une cancéreuse souffrant de douleurs intolérables et qui répondit remarquablement à la suggestion d’un prurit tenace et ennuyeux de la plante du pied. Son état de faiblesse lui rendant difficile le grattage de la plante du pied, le prurit suggéré accapara toute son attention. Dans un deuxième temps, on lui dit, en état sophro­nique, des suggestions de chaleur, de fraîcheur, de froid et d’en­gourdissement des régions douloureuses du corps ; suggestions qui firent disparaître les douleurs. Dans un troisième temps, le prurit de la plante du pied f ut porté sur la cicatrice de sa mammectomie et, grâce à ce procédé de substitution, la malade put vivre sans grande douleur, accusant uniquement son prurit pendant les six derniers mois de sa vie.

7) Gestion de la douleur par la sophrologie: Le déplacement du phénomène douloureux

Cette technique consiste à déplacer la zone douloureuse d’une partie du corps sur l’autre. Erickson donne l’exemple d’un homme mourant d’un cancer de la prostate et accusant des douleurs abdominales intenses qui résistaient à tous les sédatifs et ne dis­paraissaient pas en état sopronique profond. Ce sujet comprit parfaitement le concept du déplacement de la douleur, réalisant que la douleur abdominale atroce qui le minait, pourrait être parfaitement tolérable, une fois déplacée au niveau de la main gauche, car elle n’aurait pas à ce niveau la même signification menaçante et angoissante. Il accepta l’idée de ce transfert de la douleur abdominale qui disparut et il s’habitua très bien à la dou­leur de la main gauche ; il survécut confortablement pendant trois mois. Cette possibilité du déplacement du phénomène dou­loureux permet aussi un déplacement des attributs de la douleur. On peut, en les modifiant, agir considérablement sur le complexe douloureux tout entier.

8) La dissociation

La dissociation sophronique peut être utilisée pour la lutte et le contrôle des phénomènes douloureux. Erickson préconise surtout les techniques de désorientation du corps et du temps. Pour la désorientation dans le temps on procède de la manière suivante : prenons le cas d’un malade dont la douleur résiste à toutes les drogues, même à la sophronisation. On peut le faire régresser en état sophronique jusqu’au début de sa mala­die où les phénomènes douloureux étaient minimes et on peut maintenir le sujet à cette période grâce à des suggestions post­ sophroniques appropriées. On peut même quelquefois ramener le sujet à un stade antérieur à sa maladie et, par des suggestions postsophroniques, faire disparaître toutes les sensations anor­males liées à la maladie. Cependant, bien qu’assez souvent un tel résultat ne puisse être entièrement obtenu chez un malade pré­ sentant des douleurs très violentes, les sensations agréables pré­cédant la maladie peuvent être revécues et projetées dans le présent, ce qui permet de neutraliser certaines qualités subjecti­ves du complexe douloureux, entraînant ainsi son atténuation.

La technique de désorientation corporelle est plus complexe et ne peut se faire qu’en état sophronique profond. Le sujet est alors amené à se dissocier lui-même, en quelque sorte à se « dédoubler ». Eriekson donne les exemples suivants : l’une de ses malades, rompue aux procédés autosophroniques, avait pris l’habitude, lorsque se manifestaient des douleurs devenues intolé­rables, d’entrer en transe et de se comporter comme si elle était dédoublée, son corps douloureux restant étendu sur son lit tandis que son double passait dans une autre pièce. La malade expliqua à Erickson qui venait lui rendre visite :

« Juste avant votre arrivée, j’ai eu une crise douloureuse. Aussi, suis-je entrée en état de transe, montée dans une chaise roulante et partie dans le living-room pour regarder un programme télévisé ; j’ai lais­sé mon corps douloureux dans ma chambre. »

Vous aimerez aussi :  Comment se relaxer quand on est stressé: Exercice pour se détendre

Elle raconta le spectacle imaginaire auquel elle avait assisté. Une autre malade qu’Erickson avait traitée par sophronisation plusieurs années auparavant, et qui pratiquait parfaitement l’autosophronisation, disait à son chirurgien :

« Vous savez bien, docteur, que je perds connaissance chaque fois que vous me faites le pansement parce que je ne puis supporter la douleur. Aussi, si vous n’y voyez pas d’inconvénient, j’entrerai en état autosophronique, je laisserai mon corps sur le lit, ici, pour que vous vous en occupiez et j’irai dans le solarium. »

Plus tard, la malade expliqua : « Je m’installai dans le solarium d’où je pouvais observer le chirurgien penché sur mon corps, mais il était placé de telle façon que je ne pouvais voir ce qu’il faisait, alors je regardai par la fenêtre, puis revins et me sentis fort bien. »

9) Distorsion du temps

Cette méthode décrite par Cooper et Erickson est souvent la plus utile des mesures sophroniques du contrôle de la douleur. Un excellent exemple illustrant les possibilités de cette technique est celui du malade présentant un paroxysme douloureux toutes les trente minutes environ, nuit et jour, le malade vivant entre ses crises dans un état d’anxiété extrême. La méthodologie utilisée f ut la suivante : dans un premier temps, on apprit au malade en état sophronique à développer une amnésie pour toutes les crises douloureuses antérieures. Ce résultat étant acquis, on lui suggéra ensuite qu’il n’aurait pas conscience des crises à venir. On lui apprit alors la distorsion de temps par « condensation » du temps (dix minutes de souffrance étaient converties en vingt secondes). On lui donna alors des suggestions postsophroniques visant à faire de chaque crise un phénomène nouveau servant de signe­ signal qui entraînait le déclenchement d’un état autosophroni­que, ce qui lui permettait de sentir la douleur dans un état de transe et de sortir de la transe en n’ayant gardé aucune conscience, aucun souvenir de la souffrance. Cette technique éla­ borée permet donc de condenser la douleur et de la faire passer du conscient dans l’inconscient.

10) Gestion de la douleur par la sophrologie: Diminution des phénomènes

Lorsque l’on a l’impression que le malade ne répond à aucune des techniques décrites, on utilise alors un procédé qui consiste tout simplement à lui donner des suggestions entraînant une diminution de la douleur. On insiste bien sur le fait que cette diminution sera très lente, imperceptible, progressive, s’instal­lant sur un temps donné sans qu’il puisse s’en rendre compte avant une huitaine de jours. Il fout souligner au malade qu’u ne diminution de 1 p. 100 de la douleur ne pourrait pas être perçue, ni même une diminution de l’ordre de 2 à 3 p. 100, peut-être même de 4 à 5 p. 100, mais qu’une telle dimi­nution en sera quand même une. Puis on continuera en disant qu’une diminution de 5 p. 100 le premier jour, de 2 p. 100 le deuxième jour ne serait toujours pas perceptible, mais que si le troisième jour elle diminue encore de 3 p. 100, ce qui serait tou­jours imperceptible, il aurait tout de même obtenu déjà une dimi­nution notable de sa douleur. Une telle série de suggestions peut être continuée jusqu’à ce qu’il ne reste que 80 p. 100 de l’intensité initiale, puis 70 p. 100, puis 50 p. 100, 40 p. 100 et même par­fois 10 p. 100. Ainsi, le malade est progressivement amené à une maîtrise de plus en plus complète de la douleur. En effet, si on lui suggère que la diminution se fait très progressivement, il ne peut pas refuser la suggestion. Son espoir de voir diminuer la souffrance imperceptiblement fait qu’il s’autosuggestionne et que finalement l’intensité des symptômes diminue,