Tout sur la céphalée cervicogénique (symptômes, diagnostic, traitement) + bienfaits de l’ostéopathie

L’ostéopathie pour traiter la céphalée cervicogénique

L’ostéopathie est une pratique thérapeutique reconnue depuis 2002 en France, qui se traduit par la manipulation manuelle des muscles, tissus, tendons et articulations. Cette pratique comporte de nombreux bienfaits puisqu’elle permet de soigner certains troubles et pathologies comme le mal de dos, le stress, l’angoisse, l’anxiété, l’hypertension mais elle est également en mesure de soulager les céphalées cervicogéniques. Nous allons donc vous expliquer dans cet article ce qu’est une céphalée cervicogénique , en quoi elle diffère des simples maux de tête et comment l’ostéopathie peut intervenir dans cette pathologie.

Définition

La céphalée cervicogénique est un syndrome caractérisé par une douleur hémicranienne chronique, elle se traduit par une douleur à la tête et au cou.

Des critères de diagnostic ont été établis pour les céphalées cervicales, mais ces caractéristiques peuvent parfois être difficiles à distinguer de celles des maux de tête ordinaires tels que la migraine, les céphalées de tension ou l’hémicrânie continue.

La douleur au cou et la sensibilité du muscle cervical sont fréquentes et sont des symptômes importants des troubles des céphalées primaires. Moins fréquemment, la douleur de la tête peut résulter de structures osseuses ou de tissus mous du cou, une affection connue sous le nom de céphalée cervicogénique. La céphalée cervicogénique peut être résistante au traitement si elle n’est pas bien identifiée. La douleur est vraisemblablement liée à une ou plusieurs structures musculaires, neurogéniques, osseuses, articulaires ou vasculaires du cou.

Douleur au cou comme manifestation de migraine

La douleur au cou et la tension musculaire sont des symptômes courants de la migraine. Dans une étude portée sur 50 patients atteints de migraine, 64% ont signalé une douleur au cou ou une raideur associée à leur migraine, avec 31% des patients souffrant de douleurs au cou pendant le prodrome; 93%, pendant la phase de céphalée; et 31% pendant la phase de récupération. 1 Dans  une étude menée par Blau et MacGregor,1 1 7 patients ont signalé que la douleur était renvoyée dans l’épaule ipsilatérale et 1 patient a signalé que la douleur s’étendait du cou à la région du bas du dos.
Dans une autre étude sur 144 patients d’une clinique universitaire atteints de migraine , 75% des patients ont signalé des douleurs cervicales associées à des crises migraineuses.8 Parmi ces patients, 69% ont décrit leur douleur comme « oppressante », 17% ont déclaré une « raideur » et 5 % ont déclaré  ressentir des « palpitations ». La douleur cervicale était unilatérale pour 57% des répondants. La douleur au cou a eu lieu pendant le prodrome pour 61%  des patients.
Des douleurs cervicales unilatérales récurrentes, sans maux de tête, sont rapportées comme une variante de la migraine. Il a aussi été découvert que des symptômes précédemment négligés  comme la douleur au cou étaient similaires ou identiques à ceux associés à la migraine.

Les différences de posture du cou, les niveaux prononcés de sensibilité musculaire et la présence de points de déclenchement myofascial  ont été observés chez les sujets atteints de migraine, de céphalées de tension ou d’une combinaison des deux, mais pas dans le groupe témoin non-mingraineux. 1,11,12 La comparaison des groupes  n’a démontré aucune différence significative dans les symptômes ou les signes, ce qui dissipe la conviction courante que la céphalée de tension est associée à un plus grand degré d’atteinte musculo-squelettique que la migraine12 .

Maux de tête comme manifestation de troubles musculosquelettiques du cou

La douleur de tête qui est référencée à partir des structures osseuses ou des tissus mous du cou est communément appelée «céphalée cervicogène». Elle est souvent une séquelle d’une lésion à la tête ou au cou, mais peut également se produire en l’absence de traumatisme. Les caractéristiques cliniques de la céphalée cervicogène peuvent imiter celles généralement associées à des céphalées primaires de la tête de tête tels que la céphalée de tension, la migraine ou l’hémicrânie continue et, par conséquent, la distinction entre ces types de maux de tête peut être difficile.

Diagnostic pour les céphalées cervicogènes

Les patients atteints de céphalées cervicogénique ont souvent une posture de cou ou une amplitude de mouvement cervical restreinte16. La douleur à la tête peut être déclenchée  par un mouvement actif du cou ou sur  par pression digitale  sur les régions impliquées ou au-dessus du nerf grand occipital. Les points de déclenchement musculaire se retrouvent généralement dans les muscles suboccipitaux ,  les muscles des cervicales et de l’épaule, et ces points de déclenchement peuvent également causer une douleur à la tête lorsqu’ils sont stimulés manuellement ou physiquement. Il n’y a pas de résultats neurologiques de radiculopathie cervicale, bien que le patient puisse signaler une paresthésie ou une dysesthésie au cuir chevelu.
Le diagnostic par imagerie tel que la radiographie, l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et la tomodensitométrie (TDM) ne permet pas de confirmer le diagnostic de céphalée cervicogène mais peut apporter une aide à son diagnostic.17
Une révision des systèmes et un examen physique, notamment une évaluation neurologique complète, identifient souvent le risque d’un trouble structurel sous-jacent ou d’une maladie systémique.19 L’imagerie est principalement utilisée pour rechercher des causes secondaires présumées de douleur pouvant nécessiter une intervention chirurgicale ou d’autres formes de traitement plus agressives.20 Le diagnostic différentiel dans les cas de céphalées cervicogènes supposées peut inclure la tumeur de la fosse postérieure, la malformation d’Arnold-Chiari, la spondylose cervicale ou l’arthropathie, l’hernie discale, la compression du nerf spinal ou tumeur, une malformation artério-veineuse, la dissection de l’artère vertébrale et tumeurs spinales intramédullaires ou extramédullaires.
Une évaluation en laboratoire peut être nécessaire pour rechercher des maladies systémiques pouvant affecter les muscles, les os ou les articulations (c.-à-d. La polyarthrite rhumatoïde, le lupus érythémateux , les troubles thyroïdiens ou parathyroïdiens, les maladies musculaires primaires, etc.).
Le syndrome  de  la douleur myofasciale  qui affectant les muscles cervicaux, péri-crâniens ou masticateurs peut  également être associé à une douleur à la tête.

Vous aimerez aussi :  3 conseils pour trouver un bon hypnotherapeute à Paris

Un traitement efficace de céphalées cervicogènes nécessite habituellement une approche à multiples facettes en utilisant des interventions pharmacologiques, non pharmacologiques, manipulatrices, anesthésiques et occasionnellement chirurgicales37 . Les médicaments isolés sont souvent inefficaces ou ne fournissent que des bénéfices limités pour cette pathologie.

Les injections d’anesthésiques peuvent réduire temporairement l’intensité de la douleur.

Thérapie manuelle et thérapie physique

Les thérapies physiques et manuelles sont des modalités thérapeutiques importantes pour le traitement de céphalées cervicogéniques.42 Un essai contrôlé testant l’efficacité de l’exercice thérapeutique et la thérapie manuelle pour les cas de céphalée cervicogénique a révélé que l’efficacité n’était pas sensiblement affectée par l’âge, le sexe ou les maux de tête chroniques chez les patients présentant une intensité de douleur modérée à sévère.43 Ce résultat laisse à penser que tous les patients atteints de céphalée cervicogénique pourraient bénéficier d’une thérapie physique et manuelle.
Une autre étude comparant un programme d’exercices physiques avec un traitement de thérapie manuelle pour la céphalée cervicogénique a révélé des réductions substantielles et soutenues de la fréquence et de l’intensité des maux de tête similaires dans les deux groupes mais avec une tendance à une plus grande efficacité lorsque les modalités de traitement sont combinées.44

Une revue médicale suggère que l’efficacité des modalités de traitement physique pour la prévention et le contrôle à long terme des maux de tête semble être plus grande chez les patients impliqués dans des exercices en cours et des programmes de conditionnement physique.45 .

Les techniques manuelles pratiquées en ostéopathie, telles que la thérapie cranio- sacrée, la technique strain counterstrain (tension contre tension, aussi appelée méthode Jones) et la technique de l’énergie musculaire sont particulièrement bien adaptées à la prise en charge de la céphalée cervicogénique.

La manipulation à haute vitesse et à faible amplitude peut être utilisée chez certains patients, mais il n’est pas inhabituel d’observer une augmentation de l’intensité des maux de tête après ces types de thérapie manuelle, surtout si elle est effectuée trop vigoureusement.

Les modalités de traitement physique sont généralement mieux tolérées lorsqu’elles sont initiées avec un étirement musculaire doux et une traction cervicale manuelle. La thérapie peut être lentement avancée si elle est tolérée tolérée pour inclure des exercices de renforcement et de conditionnement aérobique. L’utilisation du blocage nerveux par anesthésie et des neuroleptiques pour soulager temporairement la douleur peut améliorer l’efficacité et l’avancée de la thérapie physique.

Note

La céphalée cervicogénique est une cause relativement fréquente de maux de tête chroniques et est souvent mal diagnostiquée ou non reconnue.
Ses symptômes complexes  peuvent être similaires à ceux des maux de tête ordinaire, les plus couramment rencontrés, comme la migraine ou la céphalée de tension. Le diagnostic et la gestion précoces au moyen d’un traitement complet et multidisciplinaire de la douleur peuvent réduire considérablement le traitement long et coûteux qui est souvent associé à ce type de douleur.

Références

1 Blau JN, MacGregor EA. Migraine and the neck. Headache. 1994;34:88-90.
2Sjaastad 0, Saunte C, Hovdahl H, Breivik H, Gronback E. “Cervicogenic” headache.A hypothesis. Cephalalgia. 1983;3:249-256.
3 Edmeads J. The cervical spine and headache. Neurology. 1988;38:1874-1878.
4 Pollmann W, Keidel M, Pfaffenrath V. Headache and the cervical spine: a critical review. Cephalalgia. 1997;17:501-516.
5 Leone M, D’Amico D, Grazzi L, et al. Cervicogenic headache: a critical review of the current diagnostic criteria. Pain. 1998;78:1-5.
6 Bogduk N. The anatomical basis for cervicogenic headache. J Manipulative Physiol Ther. 1992;15:67-70
7 Tfeld-Hansen P, Lous I, Olesen J. Prevalence and significance of muscle tenderness during common migraine attacks. Headache. 1981;21:49-54.
8 Kaniecki RG. Migraine and tension-type headache: an assessment of challenges in diagnosis. Neurology. 2002;58 (9 Suppl 16):S15-S20.
9 Waelkens J. Warning symptoms in migraine: characteristic and therapeutic implications. Cephalalgia. 1985;5:223-228.
10 DeMarinis M, Accornero N. Recurrent neck pain as a variant of migraine: description of four cases. J Neurol Neurosurg Psychiatry. 1997;62:669-670.
11 Lebbink J, Speirings EL, Messinger HB. A questionnaire survey of muscular symptoms in chronic headache: an age- and sex-controlled study. Clin J Pain. 1991;7:95-101.
12 Marcus D, Scharff L, Mercer MA, Turk DC. Musculoskeletal abnormalities in chronic headache: a controlled comparison of headache diagnostic groups. Headache. 1999;39:21-27.
13 Haldeman S, Dagenais S. Cervicogenic headaches: a critical review. Spine J. 2001;1(1):31-46.
14 van Suijlekom HA, Lame I, Stomp-van den Berg SG, Kessels AG, Weber WE. Quality of life of patients with cervicogenic headache: a comparison with control subjects and patients with migraine or tension-type headache.Headache . 2003;43:1034-1041.
15 Sjaastad 0, Fredriksen TA, Pfaffenrath V. Cervicogenic headache: diagnostic criteria. Headache. 1998;38:442-445.
16 Hall T, Robinson K. The flexion-rotation test and active cervical mobility—a comparative measurement study in cervicogenic headache. Man Ther. 2004;9:197-202.
17 Fredriksen TA, Fougner R, Tangerud A, Sjaastad O. Cervicogenic headache: radiological investigations concerning headneck. Cephalalgia. 1989;9:139-146.
18 Coskun O, Ucler S, Karakurum B, Atasoy HT, Yildirum T, Ozkan S, et al. Magnetic resonance imaging of patients with cervicogenic headache. Cephalalgia. 2003;23:842-845.
19 Pfaffenrath V, Dandekar R, Pollmann W. Cervicogenic headache-the clinical picture, radiological findings and hypotheses on its pathophysiology. Headache. 1987;27:495-499.
20 Delfini R, Salvati R, Passacantilli E, Pacciani E. Symptomatic cervicogenic headache. Clin Exp Rheumatol. 2000;18(Suppl 19):S29-S32.
21 Pikus HJ, Phillips JM. Outcome of surgical decompression of the second cervical root for cervicogenic headache. Neurosurgery. 1996;39(1):63-70.
22 Pikus HJ, Phillips JM. Characteristics of patients successfully treated for cervicogenic headache by surgical decompression of the second cervical root. Headache. 1995;35:621-629.
23 Jansen J, Bardosi A, Hildebrandt J, Lucke A. Cervicogenic, hemicranial attacks associated with vascular irritation or compression of the cervical nerve root C2. Clinical manifestations and morphological findings. Pain. 1989;39:203-212.
24 Lord SM, Barnsley L, Wallis BJ, Bogduk N. Chronic cervical zygapophyseal joint pain after whiplash. A placebo-controlled prevalence study. Spine. 1996;21:1737-1744.
25 Drottning M, Staff PH, Sjaastad O. Cervicogenic headache after whiplash injury. Cephalalgia. 1997;17:288-289.
26 Michler RP, Bovim G, Sjaastad O. Disorders in the lower cervical spine. A cause of unilateral headache? Headache. 1991;31:550-551.
27 Fredriksen TA, Salvesen R, Stolt-Nielsen A, Sjaastad O. Cervicogenic headache:long-term postoperative follow-up. Cephalalgia. 1999;19:897-900.
28 van Suijlekom JA, Weber WEJ, van Kleef M. Cervicogenic headache: Techniques of diagnostic nerve blocks. Clin Exp Rheumatol. 2000;18(Suppl 19):S39-S44.
29 Stolker R, Vervest A, Groen G. The management of chronic spinal pain by blockades: a review. Pain. 1994;58:1-20.
30 Schellhas KP. Facet nerve blockade and radiofrequency neurotomy. Neuroimaging Clin N Am. 2000;10:493-501.
31 Bovim G, Berg R, Dale LG. Cervicogenic headache: anesthetic blockades of cervical nerves (C2-C5) and facet joint (C2C3). Pain. 1992;49:315-320.
32 Bogduk N. The anatomy of occipital neuralgia. Clin Exp Neurol. 1980;17:167-184.
33 Bremner-Smith AT, Unwin AJ, Williams WW. Sensory pathways in the spinal accessory nerve. J Bone Joint Surg Br. 1999;81:226-228.
34 Fitzgerald MJ, Comerford PT, Tuffery AR. Sources of innervation of the neuromuscular spindles in sternomastoid and trapezius. J Anat. 1982;134(Pt 3):471-490.
35 Jaeger B. Are “cervicogenic” headaches due to myofascial pain and cervical spine dysfunction? Cephalalgia. 1989;9:157-164.
36 Travell JG. Referred pain from skeletal muscle. NY State J Med. 1955;55:331-340.
37Martelletti P, van Suijlekom H. Cervicogenic Headache—Practical approaches to therapy. CNS Drugs. 2004;18:793-805.
38 Blume HG. Cervicogenic headaches: radiofrequency neurotomy and the cervical disc and fusion. Clin Exp Rheumatol. 2000;18(Suppl 19):S53-S58.
39 Bovim G, Sjaastad O. Cervicogenic headache: responses to nitroglycerin, oxygen, ergotamine, and morphine. Headache. 1993;33:249-252.
40 Hobson DE, Gladish DF. Botulinum toxin injection for cervicogenic headache. Headache. 1997;37:253-255.
41 Wheeler AH. Botulinum toxin A: adjunctive therapy for refractory headaches associated with pericranial muscle tension. Headache. 1998;38:468-471.
42 Nilsson N, Christensen HW, Hartvigsen J. The effect of spinal manipulation in the treatment of cervicogenic headache. J Manipulative Physiol Ther.. (1997). ;20:326-330.
43 Jull GA, Stanton WR. Predictors of responsiveness to physiotherapy management of cervicogenic headache. Cephalalgia. 2005 :25:101-108.
44 Jull G, Trott P, Potter H, Zito G, Niere K, Shirley D, et al. A randomized controlled trial of exercise and manipulative therapy for cervicogenic headache. Spine. 2002;27:1835-1843.
45 Biondi D. Physical treatments for headache: a structured review. Headache. 2005;45:1-9.
46 Roberts AH, Sternbach RA, Polich J. Behavioral management of chronic pain and excess disability: long-term follow-up of an outpatient program. Clin J Pain. 1993;9(1):41-48.
47 Reale C, Turkiewicz AM, Reale CA, Stabile S, Borgonuovo P, Apponi F. Epidural steroids as a pharmacologic approach. Clin Exp Rheumatol. 2000;18(Suppl 19):S65-S66.
48 Anthony M. Cervicogenic headache: prevalence and response to local steroid therapy. Clin Exp Rheumatol. 2000;18(Suppl 19):S59-S64.
49 Inan N, Ceyhan A, Inan L, Kavaklioglu O, Alptekin A, Unal. C2C3 nerve blocks and greater occipital nerve block in cervicogenic headache treatment. Funct Neurol. 2001;16:239-243.
50.McDonald GJ, Lord SM, Bogduk N. Long-term follow-up of patients treated with cervical radiofrequency neurotomy for chronic neck pain. Neurosurgery. 1999;45:61-67.
51.Lord SM, Barnsley L, Wallis BJ, McDonald OJ, Bogduk N. Percutaneous radio-frequency neurotomy for chronic cervical zygapophyseal-joint pain. N Engl J Med. 1996;335:1721-1726.
52 Bovim G, Fredriksen TA, Stolt-Nilsen A, Sjaastad O. Neurolysis of the greater occipital nerve in cervicogenic headache. A follow-up study. Headache. 1992;32:175-179.
53 Popeney CA, Alo KM. Peripheral neurostimulation for the treatment of chronic, disabling transformed migraine. Headache. 2003;43:369-375.

Vous aimerez aussi :  Allergie aux animaux de laboratoire

 

Source : jaoa.org

Crédit photo : wikimedia.org